1
min

Homo Politicus

Image de Fabrice Antonov

Fabrice Antonov

3 lectures

1

De meeting en meeting, on ne voit que moi,
J ’harangue les foules, main sur la hampe,
Et tel un Priape, dernier dieu de l ’Olympe,
Je vois en chaque femme la plus belle des proies.

Dans les halls immenses de certains palaces,
Je cherche mes comparses, le regard à l ’affût.
Derrière les lourdes herses, au hasard de ces rues,
Je devine des soirées pleines de vieux salaces.

Vous me trouverez parfois au fond de limousines,
Avec des filles accortes et des secrétaires
Que je traite comme des livres qu'on bouquine,
Sur le pont d ’un yacht anglais, avec le mal de mer.

Je m'affiche toujours sous mon meilleur jour.
Devant les caméras, j'ajuste ma cravate,
Et cette journaliste brune, fantasme sur pattes,
Sera ce soir dans ma suite, délicieux petit four.

En salle de réunion, avec mes communicants,
Juvéniles énarques semblables à des squales,
J’élabore une stratégie pour l ’assaut final.
Je n'en dirai pas plus de peur d ’être indécent.

Dans la foule immense, je deviens un sonar,
Déployant mes antennes, saisissant des mains.
Je ris de tous ces électeurs, admirables crétins,
Persuadés d ’avoir trouvé en moi la perle rare.

Homo Politicus, je suis de cette trempe,
Le pouvoir est un Graal vers lequel je rampe.
Et quand je serai élu, du fond de mon bain,
Je trinquerai à vous, un whisky à la main.

Dès que je les vis en bas, c'était déjà trop tard,
Ils montèrent à l ’étage avec des fusils d 'assaut,
Leurs balles me frappèrent avec la force du dard
De centaines de guêpes, entrées incognito.

Je suis pris dans une tempête, tel un papillon,
Et, dans un tunnel sombre, se pressent les âmes
D'anciens guerriers, dont je vois briller les lames.
A peine près de Dieu, je pense à ma réélection...
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,