1
min

Histoire qui fait des histoires

Image de Luzagal

Luzagal

14 lectures

1

Un jeune farfadet dans la forêt se promenait.
La vue troublée par son esprit préoccupé,
ne vit point le champignon pointer et le percuta d’un pas bien décidé.
Ronchon et irrité, il secoua le jeune bolet.
Poussez-vous de l’allée, vous me gênez : gronda le farfadet
Je ne peux bouger, car je n’ai qu’un pied
C’est à vous de vous décaler, car j’étais là le premier.
Aux heures où naît la rosée m’en allant chercher mon lait,
absent de ce lieu vous étiez, seule une laie se promenait
et vous aurait sûrement croqué, car elle raffole de jeunes bolets.
Vous vous trompez d’allée, car c’est cette nuit que je suis né
Et ce matin entre ces deux haies, j’étais déjà planté.
Du coin de l’œil, une jeune fée les observait.
Allons allons monsieur le farfadet laissez donc tranquille ce jeune bolet
Il y a assez de place pour qu’un jeune benêt puisse se faufiler.
Sachez ma chère fée que certains glands savent voler
et vers votre nez celui-ci pourrait bien décoller.
Comment osez-vous me menacer alors que de ma baguette, je suis armé.
Vos oreilles pourraient bien se retrouver décollées
et votre chapeau à celui du bolet pourrait bien ressembler.
Pardon, ma fée, mais mon esprit de farfadet avait oublié qui vous étiez.
Une jeune follette émanant des feux follets, quant à votre baguette, vous savez ou vous la coller.
La fée, décontenancée par ce malappris fort mal élevé ne put s’empêcher une grossièreté sans subtilité.
Farfadet, vous commencez à me gonfler.
La baguette tournoya et abuta une bordée de sortilèges mal contrôlés.
Et c’est ainsi que 2 bolets prirent place au milieu du sentier.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,