2
min
Image de Barb Ara

Barb Ara

18 lectures

3

Holàlàlàlàlàlàlàlàlàlàlàlàlà tu ne me vois pas là, mais je m’arrache les cheveux par poignées !
J’ai rendez-vous avec mon destin, il m’avait dit ne sois pas en retard et si ça continue, je vais l’être, en retard !

Je dois rencontrer Monsieur de mes rêves, je me dois d’être parfaite !
Mais comme ses petits à une chatte qu’on enlève, si vous pouviez voir ma tête !
La mine déconfite, l’œil aux abois,
la digestion du confit de canard aux frites me donne des renvois...

Le blanc de l’œil jaunissant, la langue pâteuse,
j’avance en me languissant, un brin rêveuse...

Je rêve de retourner dans mon lit alors que je dois me préparer pour lui.

Pourquoi ne pas lui dire que j’annule, et sous ma couette je bulle ?

Parce que cela fait des mois que j’attends ça et que même le loup, tout comme mon œil, est aux abois !
Non vraiment cela ne se fait pas, un rendez-vous ne s’annule pas, et encore moins pour cette raison- là.

« Désolée homme de mes soupirs, je ne peux décemment venir,
de tout mon être sortent des choses infâmes,
je préférerai que tu penses que je suis bien une femme
au lieu de l’immonde bête malade que je suis devenue à mon insu ! »

Qu’allait-il penser de moi si je lui disais que je ne venais pas pour cette raison-là ?

Je tente le tout pour le tout, avale smecta, imodiom et trucs vaudous,
de ma façade je fais un ravalement entre deux ou trois libérations de mon fondement.

La crise semblant passer, dans l’arène je m’apprête à me jeter.

Je regarde l’heure sur mon portable, si je fais vite, à l’heure, je serais à sa table !
Ne sois pas en retard, ses mots résonnent dans ma tête, autant que des pétards et des bruits de trompette.

Et si j’étais en retard à cause de tout cela, je piquerai un fard, croyez-moi !

Ma tête est sur le point d’exploser, autant que mon ventre dérangé
et comme sauvée par le destin, mon téléphone se met à vibrer dans ma main.

C’est lui, que dois- je faire ? Je suis en train de nettoyer mon derrière !

D’un ton enjoué je lui réponds, en lui disant que je passe le pont
quand il me dit :
« ce n’est pas la peine, j’ai un empêchement, je suis malade ».
« Ho c’est pas de veine ! Qu’as-tu donc mon potentiel amant ? ha, la digestion difficile d’un mauvais céleri rémoulade ?
Soigne toi bien, je préfère repousser, je ne souhaite vraiment pas, ta maladie, attraper ! »

Mon honneur est sauf, le sien est plutôt bof.

J’enlève tous mes habits et me glisse à nouveau dans mon lit.

Plus rien ne sort de mon être, mes aliens ne font plus la fête, je n’ai rien laissé paraître, au chaud, tranquille sous ma couette.

Mais nom d’un pétard,
j’ai failli être en retard pour l’homme de mes rêves
qui vomit tripes et boyaux,
à cause d’une mauvaise crève,
ce que c’est fragile ces animaux !

Thèmes

Image de Poèmes
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
J'aime votre humour !
Apprécierez-vous "Entre les persiennes" pour le Prix Saint Valentin ?

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Et depuis, ça va mieux ☺☺☺ ?
·
Image de Barb Ara
Barb Ara · il y a
hahaha j'espère ! ;)
·