1
min

En chiens de faïence minuit zéro

Image de Fabien B.

Fabien B.

17 lectures

0

S’écrire des histoires blêmes
quand viennent les nuits revêches
accuser nos silences de crever la panse
des clowns épeiches semés au vent

En chiens de faïence minuit zéro
morsures de froid et... nus sur le torrent
j’épice son corps conclave des anges
il fait si tard qu’on dit Soleil !
après qu’on eut bouffé les loups
et de ses yeux marqué la plaine

Sur ces trottoirs gueules solitude
j’émets des hypothèses et des nuits blanches
dans l’interstice des interlopes
se glisse son jazz à perdre haleine

Je la espiègle mots-dits sutures
qu’elle me soit règne et solution
dans ses murmures où plisse le temps
ses cils d’argent et sa peau-vice
qu’elle me soit soul cette nuit mortelle
de chair brasier en bouches hulottes

J’ai défoncé les jours trop pales
mimant l’angoisse les faux espoirs
pour me trouver enfin le soir
dans les draps moites de notre... sédition

Qu’elles nous soient blues nos insomnies
peuplées d’oiseaux vols migratoires
c’est une tempête de vents follets
courbant le ciel arquant le fiel
qui nous surprend en zone miroir
qu’elles nous soient belles nos belles nuits
de sauvagerie bestiaire mémoire

Sous les haros des lunes grandes
j’écris son nom à la vapeur
dans l’interstice des interlopes
se glisse son jazz à perdre haleine
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur