Deux phrases pour Stéphanie

il y a
1 min
4
lectures
0

Créer des bijoux de mots pour orner le mystère d'être au sein de la perpétuelle métamorphose  [+]

**

La tempête vespérale a brisé deux grands arbres. Précisément le premier et le dernier de cette longue file sinueuse où venait se mêler presque chaque jour la musarderie de ma promenade. Le bois ainsi éventré laisse voir comme une immémoriale ruine de safran pâle où féeriquement égarer ses illusions. Il manquera désormais de la musique dans le vent graduel des feuillages. Il manquera désormais Stéphanie, congédiée par le goujat, parmi la symphonie de l'hôtel où écrire son lieu intime.

**

À quelques mètres de l'orée, d'harmonieuses suites de hauts arbres suggéraient des allées que j'empruntais souvent. Entre deux de ces troncs, un vouloir de cercle proposait un bouquet de papillons et de fleurs parme, blanc, soufré, rose, turquoise, orangé, mauve. La brise agitant les pétales, et les ailes remuant, voletant sans cesse d'un épanouissement à l'autre, le bouquet paraissait être le continu de l'imminence d'un départ munificent, tout en sollicitant infatigablement sa composition idéale.

**
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !