Découverte

il y a
1 min
3
lectures
1
Tôt le matin,
Quand je sors pour parcourir les chemins,
Une immense beauté naturelle m'ouvre son parchemin;
C'est la nature aux grandes îles en formes d'anneaux.
Le souffle en amont et en avale des grandes eaux.
Me voici perdu dans cette clarté beauté,
Au voûte exalté de ma curiosité!
Me Voici fasciné par cette ingénierie.
Moi homme si minuscule qu'une fourmi,
Devant le bruit croissant des mers et des lagunes.
Devant l'espace, l'univers, le soleil, les étoiles et la lune.

De loin, j'aperçois des vagues si gigantesques
Mêlées d'une fureur terrible et d'une douceur angélique
Pour bercer ma soif de connaissance et mon cœur imparfait
Ainsi que les tumultes de mes pensées qui me pertubaient.

Ivre de curiosités, tel un matelot,
Je plonge encore plus bas dans les eaux.
Au lointain infini, à une vue splendide,
Je tombe dans l'étonnement !
Quelles magnifique diversités d'espèces me cris-je!
Devant moi, des poissons énormes.
Autour de moi, des aquatiques de toutes formes,
De toutes les couleurs, de toutes beautés,
Me témoignent de leur magnifique santé.

Et comme un rêve de printemps,
Tous cela, s'était quelques années auparavant.
Et mes yeux s'attardait devant une réalité choquante
Où mère nature se noyait dans l'épouvante !
Je réalise, la nature est belle !
Pourtant frustrée, elle chante le rebelle.
Réchauffement,
Dépaysement,
Pollutions,
Humiliations !
Elle qui donne vie,
''Me voici dans l'oubli.''
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Le spectacle est permanent ... je suis d'accord avec vous moi qui réside dans l'Océan Indien !