Dans la mire

il y a
2 min
23
lectures
1

Juste un brin poétique Pour que vienne le déclic  [+]

Être un rien atypique rien qu’pour leur faire la nique
Puis lancer la critique de cette flopée tragique
Qui les mène à Sarko, quand ils cherchent un héros
Se shooteront à l’héro pour oublier leurs maux
Pas besoin de se creuser les méninges
J’dis que l’Homme imite le singe

Juste un brin ironique, pour que vienne le déclic
C’est la fin du grand cirque de la pensée unique
Ils sont tous dans la mire, à la s’conde où je tire
Ma vision les fait fuir, mais ce n’est pas l’pire

Paraît qu’je manque d’ambition, que j’me contente de peu
Je dis qu’ils ont raison que je ne fais pas comme eux
Prêts à écraser l’frangin pour une ascension sociale
Qui n’leur apportera rien, sauf une reconnaissance tribale
Amassés des sommes, pour l’avenir de leurs mômes
Je dis que l’Homme est un loup pour l’Homme

Juste un brin polémique, pour que vienne le déclic
C’est la fin du grand cirque de la pensée unique
Ils sont tous dans la mire, à la s’conde où je tire
Ma liberté les fait fuir, mais ce n’est pas l’pire

Être un homme violent, car la vie n’est pas rose
Ça coule dans mon sang, ça se voit dans mes proses
J’ai la critique acerbe qui rapproche ceux qui rêvent
Mon arme c’est mon verbe et mes rimes sont en verves
J’balance ma rage pour qu’au moins sèchent nos larmes
Je dis que l’Homme sage n’est jamais loin de ses armes

Juste un brin poétique, pour que vienne le déclic
C’est la fin du grand cirque de la pensée unique
Ils sont tous dans la mire, à la s’conde où je tire
Ma riposte les fait fuir, mais ce n’est pas l’pire

Paraît qu’j’parle comme un livre, que j’devrais être plus bref
Ce sont tous des gens ivres qui n’quitteront pas leur fief
Car le vin qui enivre, leur fait perdre leur conscience
Oubliés leurs dérives dont ils n’ont plus conscience
Ils se retournent sur leur pomme, et se croient normaliens
Moi je dis que l’Homme est un crétin moyen

Juste un brin satirique, pour que vienne le déclic
C’est la fin du grand cirque de la pensée unique
Ils sont tous dans la mire, à la s’conde où je tire
Ma raison les fait fuir, mais ce n’est pas l’pire

« T’es anar sur les bords, amoureux de Guevara »
Mais j’vois pas l’rapport, c’est votre vie que j’combat
Révisez vos classiques, Ernesto anarchiste ?
Comme j’déteste les fascistes c’est que je suis gauchiste
Que des mots qui s’imbriquent, des avis qu’ils décrètent
Les grands hommes pensent éthiques, les petits, étiquettes

Juste un brin politique, pour que vienne le déclic
C’est la fin du grand cirque de la pensée unique
Ils sont tous dans la mire, à la s’conde où je tire
Mes idées les font fuir, mais ce n’est pas l’pire

Traitez moi d’utopiste, mais soyez réalistes !
Si j’étais réaliste je ne serais pas optimiste
A exprimer ma fronde pour l’avenir de ce monde
Qui apparaît si sombre, qu’il en oublie son ombre
C’est qu’en somme, elle vous creuse les méninges
Car l’homme, c’est dur, imite le singe !

Ecoutez cette critique, Je provoque un déclic
Pour la fin du grand cirque de la pensée unique
Vous n’êtes plus dans la mire, cette fois-ci je me tire
Votre bêtise me fait fuir, vous êtes tristes à mourir
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !