1
min

Crépuscule

Image de Serge Debono

Serge Debono

40 lectures

7

Lumière aveuglante
Vacarme sourd
Odeur de chair brûlée et de poussière mêlée
Vision crépusculaire maculée de sang
Entachée de honte et d’ignorance
Paysage lunaire
Au loin, le vent murmure un soulagement
Et l’épilogue annoncée.
Une pluie de larmes sur une terre d’acier
C’est le glas redouté
De nos désirs les plus secrets
Emportant dans l’espace nos maisons de papier,
Eau et poussière de feu
Saupoudrent le ciel d’une nuit étoilée,
Tandis que les Dieux ramassent les brins de nos chimères.
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adibro
Adibro · il y a
C'est émouvant tous ces moments décrits. Le dernier vers est magnifque
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
C'est gentil, ce n'est hélas pas l'avis de tout le monde... Bien content que ça te plaise ;-)
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
Il n'a pas été retenu au concours?
Moi aussi j'ai un poème "Un rêve" que j'aime beaucoup qui n'a pas été retenue :(
Si tu refais un tour sur ma page je t'invite à le lire :)

·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
J'arrive ;-)
·
Image de Adibro
Adibro · il y a
Haha bien dit ;-)
·
Image de Praxitèle
Praxitèle · il y a
Les ravages de la guerre...
Et le papier laisse ses lettres mortes.
Bon jour Serge
Marc

·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Oui, et tout se disperse, "dust in the wind"... Merci de ton passage, et pour ce joli commentaire, Marc. Bon jour à toi aussi ;-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

« Cette année-là, il y eut un souffle d’énergie phénoménal. Je quittais l’Université pour m’installer près de la plage. Je dormais sur un toit. La nuit, la lune avait pour moi le visage...