Comme un vase qui déborde

il y a
1 min
2
lectures
0
Toujours la même histoire,
là où j'arrive, toujours je m'adapte,
mais de là où je suis, sans le prévoir,
toujours mon cœur à la fin s'échappe.

J'y laisse bien souvent des larmes et des sourires,
des questions et de l'agitation.
Et à l'intérieur, toujours j'entends mugir,
rugir, comme si au fond logeait un lion.

J'ai traversé tant de lieux et d'avenues,
mais quelle est toujours cette impression d'être en cage ?

Quand je ne sais où va mon cœur,
ni où me dirigent mes pas,
j'ai comme à l'intérieur un malaise, une aigreur,
mais que fais-je ici bas?

Quel est le but?
Quel est le sens?
Et plus j'y pense,
et plus je butte.

Je ne sais pas, ne comprend pas.
Pourquoi ces torrents?
Pourquoi à l'intérieur ce brouhaha?
Ce doute sans cesse qui me prend?

Je connais difficilement les rus,
seulement les tempêtes, les raz-de-marée et les crues,
qui d'un seul coup m'entraînent et me submergent,
me traînent jusqu'à la berge.

Et doucement je me relève,
mue par un espoir infini,
une résilience sans trêve.

Pourtant qu'elle est lourde cette tête,
pesant sur les épaules,
sans jamais rien qui ne l'arrête.

C'est comme une armure que je la vois,
comme une enclume que je la perçois,
et moi qui plie sous son poids.

Mais doucement je me relève,
parfois pour mieux replonger,
et j'ai l'impression de me noyer.

Dans mes pensées je trépasse,
et dans mes émotions je me perds.
Mais que faire?
Je suis lasse..!

J'ai froid dans le cœur
et des frissons sur la peau.
Pareil à une fleur
qu'on aurait privée d'eau.

Alors là, sur la plage, échouée et lessivée,
aussi petite que les grains de sable,
je le sens bien, que mon âme, éprouvée,
n'est rien d'autre qu'une terre instable.

Et je crois que ça durera toujours,
les torrents, le tonnerre et les marées,
c'est en moi et un peu autour,
comme un vase qui aurait débordé.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,