1
min
Image de Richard Devost

Richard Devost

5 lectures

0

Bon sang, j'aime les femmes
Mais aucunes ne vit mon passage
Des jours seuls frustres infâmes
De l'inconvénient mûrissage
De la carcasse flétrie des abus

Debout dans le clair-obscur
Mon âme apte à s'attendrir
De ces aimantes enguichures
Suscitant le jouissif démourir
Fuyant de galantes expiations

Inutile d'aimer lorsque aimées
De ce fou devenu Amour
Toutes, elles le sont d'emblée
Quoique, pas pour toujours
Bien que parfois j'en doute

J'aimerais devenir ce Chérubin
Adulé des amies, mères, soeurs
Imaginé le parfait concubin
Guerroyant tous les oppresseurs
De mes féminines compagnes

Voici donc le véritable ennui
De la putréfaction des chairs
L'élévation de l'Âme de mes nuits
Mon sexe plus qu'en jachère
Mes amours mortes de menteries

Je n'ai plus qu'à les aimer toutes
Nymphes, biches ou sorcières
Il ne peut rien arriver pantoute
À ce vieil amant amoureux
Maintenant, mes amours sont hivers
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème