CHANCE

il y a
1 min
1
lecture
0
Je suis un marcheur errant et j'ai délié mes jambes.
Je pense que je serai bientôt complet, quelque part et en quelque sorte.
Il y a des espaces et des clous dans mes fichiers mémoire
Dont la flamme germée et l'odeur.
De ce trou, je veux me souvenir de jours heureux.
Parfois, j'ai besoin de me noyer en larmes, jusqu'à ce que mes yeux gonflés se sèchent.
D'autres fois, je veux avoir des frissons pour oublier que quelqu'un m'attend,
Ils m'ont rendu mon ange gardien, mais je n'avais plus d'ailes...
Puis je me suis endormi, je me suis réveillé, et Dieu m'a redonné ma vie,
J'ai presque tout perdu, mais mon visage est toujours beau, malgré ses taches brunes sales.
Enfin quelqu'un entend mes cris, parce que je suis presque sans voix,
Quelqu'un me regarde, même si je suis un abîme de sel.
Je peux retourner à ma nouvelle vie, en nettoyant la poussière qui bloque la sortie,
Je suis assis à l'aube, réhabilité, déshydraté, redécouvert,
Alors je reste silencieux et je vois ma chance au phénix, hier, demain et aujourd'hui.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !