Ce n'est pas " il " c'est "elle"

il y a
1 min
14
lectures
0

Je m'appelle Lola, j'ai 20 ans et je suis écrivaine. J'ai sorti un 2 recueils de poèmes que vous pouvez retrouver ici : https://lavieenproses.webnode.fr/mes-livres/ Voici mon blog ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Toi, petite jeune femme sensible, au regard doux, à la beauté adolescente, les cheveux détachés, l'innocence et l'insouciance pas tout à fait envolée, la tête remplie de rêve et de liberté.

Toi, petite jeune femme courageuse et téméraire, les yeux qui brillent, et le cœur occupé, oui, c'est aujourd'hui que tu vas l'aborder. Ce n'est pas facile, tu as peur de te laisser déborder par ton cœur qui ne cesse de te tourmenter. C'est le moment, elle te regarde te souris, ton corps vibre et ton âme s'exprime.

En classe, impossible de te concentrer, elle est là devant toi, tu n'entends même plus le cours tellement ton cœur bat si fort.
Sortie de l'école, tu la vois sortir du lycée, elle te regarde de nouveau et cette fois, ça y est, elle s'approche de toi. Tu sens la pression qui monte, quelque chose que tu n'aurais jamais imaginé. Elle aussi, semble réceptive à cette adrénaline non maîtrisée. Et toutes les deux, vous partez loin des regards indiscrets, une simple amie dans la rue, un amour infini, lorsque dans un coin paisible et discret, elle s'approche de toi, souris, et fini par t'embrasser.Plus rien n'existe, tu t'abandonnes à ce baiser volé, à cette tendresse que jamais tu n'aurais soupçonnée.

De retour chez toi, ta maman te trouve joyeuse et gaie. Tu lui dis que tu es heureuse tout simplement, que tout est comme avant.

Le soir, elle vient te voir dans ta chambre, s'assoit sur ton lit, tu penses qu'elle a deviné ?

" Je me trompe ou tu es amoureuse ? "

Sans voix et les mains tremblantes, tu te mets à pleurer, l'émotion redescend. Sans un mot, elle te prend dans ses bras, elle sent que ce ne sont pas des larmes de tracas.

" Comment il s'appelle " ?

Et c'est avec tout ton cœur et ta spontanéité, tu réponds doucement :"

"Ce n'est pas il, c'est elle "

Le silence qui suit est doux, rassurant, et tu te jettes de nouveau dans les bras de ta maman. Elle ne te jugera pas, et ses mots rassurants valent tous les discours et les insultes qui circulent entre les lèvres des autres adolescents ; car une maman reste une maman, son enfant reste son enfant, malgré le temps, et qu'importe vers qui son cœur bat, car l'amour d'une mère est infini, et qu'importe les épreuves de la vie, jamais il ne se brisera.

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !