C'est moi

il y a
1 min
46
lectures
13

les mots comme une délivrance, un cri, jetés sur le papier comme pour guérir une blessure  [+]

C’est moi
Dans mes jours et mes nuits
Dans le soleil noir de mes insomnies,
Dans mes réveils aux bords affutés de souffrance
Quand le corps est cathédrale des meurtrissures
Quand les pensées se fondent dans le doute

C’est à chaque pas dans la vie passante
A chaque souffle qui bouleverse l’air glacé
A chaque battement de cœur vibrant
A chaque petite mort d’un battement d’œil
A chaque silence qui retient les larmes aux cils

Je ne peux l’oublier, peut-être un peu moins y penser
Quand les rires des enfants me noient
Quand une goutte de pluie frappe ma joue,
Que le vent me chavire les cheveux
Que la mer m’enveloppe de son chant

Craindre la boite aux lettres ou le téléphone
Les messages ou les missives des grands sachant
Quand l’aiguille extrait le venin qu’est mon sang
Les machines aux sons inhumains dans les sous-sols
Et ces couloirs que l’on colorie pour chasser la mort

Parfois je pose genoux à terre, fatigué
Parfois le silence est mon seul refuge
Mes mots sont noirs, mes pensées s’assombrissent
Il faut comprendre ce combat sans repos
Où je sais que je serais perdant malgré les efforts

C’est une usure lente et acquise
Chaque minute est un sursis, un vol de vie

Comprenez mes cris
Comprenez mes silences

C’est moi, c’est ma maladie
13

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
.....