1
min

Burlesque

Image de Romanaphore

Romanaphore

4 lectures

0

Toi qui est tant convoitée
Aucun homme ne saurait te dompter.
Les peureux te nommeront tentatrice,
Les audacieux séductrice.
L’âme plus légère que tes seins
Le cœur plus lourd que la chute de tes reins
Tu monte sur scène et tu t’affiche sous la lumière des projecteurs
La sensualité de ton corps contraste avec ton visage et sa candeur,
Minuit est passé, ce n’est plus l’heure des princesses
Mais de celle aux regards de braise et aux mouvements de diablesse
Tu redonne à la chair toute son éloquence
Qu’importe ici ta nudité n’a pas d’importance
Loin des chevelures blondes et des silhouettes allongés
La différence de ta beauté est à se damner
La clarté de ta chair pourrait te faire paraître innocente
Si le brun de ta chevelure ne te dénonçait pas incandescente
Tu mets à tes pieds tes talons et les hommes
Tu t’en fiche et tu rigole des normes
Et c’est bien cette insouciance qui te rends magnifique
Le noir de ton regard te donne un air maléfique
Sur scène tu t’abandonne
Comme jamais tu ne t’es donné à un homme
L’éphémérité devient ici éternelle
Comme nos péchés et la saveur du miel
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,