2
min

Bonne année

Image de Mathou

Mathou

2 lectures

0

J’attends 2019 en claquant ma batte de « baise-ball » dans la paume de ma main droite, impatiente de jouer, que cette année chlingue la solidarité, le fric, le patchouli, l’orgasme et la liberté.

J’ai des exigences pour cette année, je veux que vous soyez en bonne santé, une patate d’enfer, un max de pognon, des grands bols d’air et l’air moins con.

Qu’en France & ailleurs, la thune de la vente des armes serve à acheter des bouées flamant rose pour les noyés de la Méditerranée. Que les illettrés apprennent au moins à dessiner, qu’on s’marre un peu quand on fait l’alphabet.

Soyons moins cons, levons-nous du pied gauche, que les gens qui tendent la main ne vous demandent plus 20 centimes mais juste un peu d’estime. Ce serait bien l’égalité des chances, que chaque enfant ait une enfance. Que plus jamais aucun petit cul ne se prostitue. Que dans leurs mains je ne vois plus que des ballons et des crayons.

Si c’est pas trop en demander, on pourrait proposer aux gilets jaune de rester encore un peu aux péages, à la fin du mois ça soulage. Que les smicards sortent du placard.

Que la sécu rembourse les antibio des poulets élevés en batterie, qui aimeraient bien qu’on s’intéresse à leur santé, eux aussi. J’voudrais pouvoir au mois de décembre bouffer de l’ananas... les oranges c’est plein de vitamine D mais ça lasse. Un ananas au goût amer, qui pue le kérosène lâché dans la mer.

Et puis ces orang-outans délogés de leurs palmiers, foutez-les en cage sans bouffe et sans eau, qu’on puisse venir faire des selfis et se rendre compte que l’animal le plus seul et le plus sale, est de l’autre côté des barreaux.

Que les fermes des mille vaches soient moins lâches et enfin ferment. Que ton shampoing n’ait pas tué un seul babouin, que ton téléphone n’ai fait suer aucun gamin, que ta bagnole arrête de butter des hérissons et qu’à l’école on éduque les garçons.

Je vous souhaite de manger plus de radis et que tu balance ton porc mort tranché et emballé dans le plastique qui rend les coraux hystériques.

Que les carottes apprennent à crier, pour nous prévenir quand elles sont contentes & consentantes. « Plus de salade et moins de bidoche, pour une planète moins malade et moins moche. » Comme dirait Causette, deux qui la tiennent trois qui la pètent.

Qu’on rentre chez nous bourrées habillées comme en été sans avoir la trouille d’être violées. Qu’un string qui dépasse d’un jean trop serré soit bien tiré puis claqué, c’est mérité, il paraît.

Et parce que ça ne coûte rien et qu’il ne faut pas arrêter d’être énervés sinon on finit par gueuler sur la TV depuis le fond de son canapé : la fin des guerres, moins d’guerres des faims, abolition de l’humano-phobie, de la misanthropie, la fin des coins de meuble pas arrondis (Bah ouai, ça fait mal aussi !).

Et pour 2019, je vous souhaite de l’amour, de l’amour, de l’amour... niveau rapport qualité prix on n’a encore rien inventé d’aussi efficace, pour survivre aux journées moroses, qu’un peu de douceur sur les lèvres roses. De l’amour sain, l’amour des seins, seins contre seins, bite contre bite, bite contre sein, tu fais ça dans l’ordre que tu préfères mais il faut le faire et le faire bien. Surtout baise qui tu veux, si l’autre le veut, en 2019 on est ouverts d’esprit, c’est mon vœu. Moins de manipulation de la police, plus d’agitation des clitoris.

On dit que cette année, si on a les boules, ce ne sera que la faute de Geisha ? On dit que l’eau c’est bon et les arbres c’est beau, que ton voisin n’est pas si con ? On dit que t’éteins ta télé et tu viens te balader ?

Alors vas-y 2019, viens t’battre ! Je suis motivée ! J’suis prête à accepter que dans un an, finalement, rien n’aura changé... Et puis si la planète me contredit, qu’en 2019 on a mûrit, alors je m’y engage : je surveillerais mon langage.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,