7 lectures

0

Terne et berne est mienne la couenne de mes cernes,
Cerné par tant d’épées damnées, de roses fannées.
Morne rituel borgne, douloureux chant qui grogne,
L’année passée et tous ses méfaits m’ont cogné.

Cognac et Balzac guérissent des attaques,
Atténuant les attentes attendries, attelés
À chaques flaques, où des pêchés remplissent des lacs,
Affleurant d’affrivolantes fleurs afrétés.

Épris d’une femme sans vie j’ai péri dans l’abyme,
Et pris d’une rage émérite, j’ai ris dans la rime.
L’avenir avenant d’avril, à vrai dire,
Apparaît mon cœur, sans issue pour le pire.

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,