1
min
Image de Anarore

Anarore

15 lectures

0

Morgane, fée des Ombres,
Amante sulfureuse,
Sœur amoureuse,
Que ta robe lisse et claire soit Lune sous Beltane.

Les cheveux dénoués tu laisses battre les vents :
Les derniers sons retombent,
Cornemuses...
La rumeur, bientôt, viendra éteindre l’ancienne tradition.

En des temps où foi fait loi,
Tu panses les plus amères blessures,
Et les dames de ta barque crissent sous le poids des rames.
Les chemins s’effacent sous ta coupe, au son des clameurs et des plaintes,
Bras étendus, tête relevée, le roi endormi pèse sur ton sein.

Fée de l’ancien monde, des rêves et des rondes,
Laisse moi cercler encore cet arbre de tes pierres,
Tracer dans la nuit l’appel des légendes,
L’éveil est proche et l’attente incertaine,
Avalon enfin, du Lac, ouvre ses portes béantes.

Landes fleuries des souvenirs sous une chape brumeuse,
Et c’est Tintagel la grande qui renaît à la cour de l’épée.
Roche noircies et Ys effondrée,
Illusion a causé ta ruine,
Draps et lambeaux t’endeuillent déjà,
Et le Sang du fils souille jusqu’à ton nom,
Jusqu’à ce que la rumeur, enfin secrète t’enferme au Val.

Plumes et rameaux te façonnent, belle amante,
Déjà ton visage change,
Perfide et femme avant tout,
Ailes coupées deviennent Sorcière calomniée,
Le mythe a dépassé la réalité...

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,