Au Quai-des-Martyrs

il y a
1 min
27
lectures
2

J'ai toujours aimé la poésie... Dans le ventre de ma mère déjà, le chant d'une mésange bleue ou le parfum d'une rose de nuit provoquaient de petits tressautements significatifs. Plus tard  [+]

Cent quarante palefrois
- Caparaçon bleu de nuit -
Conduisent la fée Erie
Jusqu’au Quai-du-Pâle-Effroi.

C’est une fée qui jamais
Ne s’attarde bien longtemps
Ses baisers sont miel de mai
Ses sourires doux printemps

Pour celui qui n’a qu’un bras
Mais des écus à foison,
Plus que tu n’as de raison
Dans la toundra de tes draps.

La mer clapote en reflets
D’une Citadelle ardente
Et les charmes de la fée
Ourdissent ta folie lente.

Les phalènes au falot
Font l’amour à perdre haleine
- Le chalut au fil de l’eau –
Et l’étoile qu’il ramène.

Hennissent les palefrois
Tangue la barque du cœur.
Qui s’éloigne au bruit du chœur
Loin du Quai-du Pâle-Effroi ?
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Superbe