Anarchique versification de printemps

il y a
1 min
354
lectures
197
Qualifié

"Le poème enlève à l'esprit la rouille des jours..." Robert Sabatie  [+]

Image de Été 2018
Le printemps est venu,
Au vol des hirondelles,
Une fois blanches au ciel
Et puis les autres noires.
Revoici donc l'espoir,
Avec le soleil, le salut.

Là, en nos cœurs renaît, peut-être...

Le printemps est venu,
Et les vieux aux mains dégantées
Ouvrent enfin leurs persiennes
Sur la campagne tôt éveillée.

Aux centenaires armoires,
Les chaussettes de grosses laines,
Retrouvent les tiroirs
Qu'ouvrent des doigts engourdillés.

Là, en nos cœurs renaît, peut-être...

Le printemps est venu.
Un sur deux, les fiers persistants
Ne se moquent déjà plus
Des caducs bourgeonnants.

Autour du lac où nous comptions tous trois l'année dernière,
Centaurées et Asters,
Les oiseaux cherchent aux vents tournants,
Rameaux, branchettes et brindilles,
Pour abriter les familles.

Là, en nos cœurs renaît, peut-être...

Le printemps est venu,
Mon fils oublie tes peurs.
Mon tendre, essuie tes pleurs
À l'éponge de mon cœur.
Avec nous, Maman ne viendra plus
Au lac, compter les fleurs...

197

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !