Amphore..

il y a
1 min
1
lecture
0
Et pour finir retourner le tout.
Comme une boite à "meuh" qui se mue en son.
De l'air aspiré, en sort une vache plus vrai que nature.
Shaker les mots éparpillés en cocktail psychédélique,
sonnant le glas aux mensonges d'un murmure dans le vent,
aux cliquetis macabres gravés dans le marbre,
aux mystérieuses pulsations des gigues de barbaries qui tournent.
Empiler strass, stases, extases, métastases les uns sur les autres.
Entasser ceux qui s'affaissent, se taisent se laissent faire.
Modifier l'évidence qui danse, harmonie faussement magique.
Garder la rugosité, du cru, du brut, du nu, du dur.
Modification substantielle, incontournable, incompressible.
Cliquetis des mots dans le shaker,
des os qui s'évadent dans le vent.

Et glou, et glou, et glou,
Se gargariser le gosier.
Se laisser couler dans l'ivresse d'une métaphore.
Oser mettre ta mort sur le dos.
Oser mettre ta mort en métaphore.
Se saouler de vie même en vain.
Se saouler en vain,
mettre la mort en amphore.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !