Ambre

il y a
1 min
242
lectures
12
Qualifié
Image de Hiver 2014
Ambre, pierre de lumière que taille mon regard quand il se pose en gouttes au coin de tes paupières
Ambre, soleil insolent qui bruisse mon sommeil dans des draps de salive, ogive rouge et pure, petit bijou de givre au feu de nos futurs.
Ambre, promesse d'une aube en pluie de rouille, petite perle douce aux reflets de secousses qui me trouble et me fouille...

Tu dessines au réveil des courbes dans mes yeux et ma vie de rimmel coule sur ton épaule... Et le grain du matin couché contre ta peau garde le souvenir de nos je qui se frôlent.

Tu séismes mon corps entre thé et café dans un simple regard et je perds dans ta langue ma parole. Sur le sol je vois voler des bouts de moi que tu rassembles entre tes mains comme on cueille les soirs de pluie. Dans tes paumes en rigoles je vois courir ma vie.

Tu esquisses parfois un sourire au rouleau de mes bras d'océan comme on caresse un rêve. Et ta bouche donne à ma soif le chemin qu'elle doit suivre jusqu'à tes lèvres.

Tu cascades mes reins dans une chute libre, tu me vagues et m'écume et je m'échoue sans fin contre tes boucles brunes

Tu tempêtes ma peau, chaque pore est le tien quand mon cœur fait escale dans le creux de tes mains.

Tu aiguises ma vie au feu de nos épices, je puise à tes baisers mon amour oasis.
Dans ton regard chemin je continue ma route avec au fond des yeux ton sourire horizon... je te bois goûte à goûte... je t'aime sans saison.

Tu es belle dans la nuit qui touche presque à sa fin, je me penche sur ta bouche qui décèle ma faim pour y mordre le jour qui se déroule enfin.

Tu as la voix plurielle des saisons qui se mélangent dans nos espace-temps singuliers
Tu as le goût des instants que l'on vole au passage comme on attrape des papillons dans le vent léger du soir ;
Tu as le charme fou des mots que l'on invente quand on ne sait plus quoi dire ;
Tu as mon cœur en pointillés qui cherche dans son dos le trait d'union qui nous traverse
Tu as dans mes yeux gris le rêve d'un ciel dont tu connais seule la vraie couleur
Tu as sur ma peau des routes, des routes infinies qui se perdent vers mon inconnu et je voudrais les suivre vaille que vie.

Tu me dis que ton cœur est plusieurs, Ambre, mon ambre... et je te crois.
Tu me dis que ton cœur est plusieurs, Ambre, mon ambre... je le compte sur mes doigts

12

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !