A mon moi passé

il y a
1 min
1
lecture
0
Je ne suis pas très grand,
Mais mon cœur l'est devenue avec le temps.
Homme-enfant aux joues barbus,
Scandant encore un humour inconnu.
Dessinant et inscrivant encore sur mon corps,
Le désir éternel d'échapper à la mort.
Je ne suis qu'un rien maniaque,
Peut être un peu paranoïaque,
Mais au fond je ne vous veux que du bien.
Enfant, consideré comme un moins que rien,
De l'eau a coulé,
et les regards ont changés.
Il n'a suffit que de quelques années pour que ma chrysalide ne se fasse,
Que la petite chenille ne s'efface,
Et donne enfin naissance au papillon,
Un passé accepté, une délivrance sous le signe de la passion
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,