A moi

il y a
1 min
28
lectures
0
Tout m'émeut chez toi,
Quand je regarde les courbes de ton visage,
Quand je regarde ta bouche si parfaite,
Et même si je ne fais qu'imaginer ton regard,
Je m'émeus de plonger mes yeux dans les tiens.

Tout me bouleverse chez toi,
Quand je t'entends me parler de toi,
Quand tu me livres tes plus grands secrets,
Et même si je ne fais qu'imaginer ta présence,
Je suis bouleversée rien qu'à l'idée de te voir.

Tout m'attendrit chez toi,
Quand tu me dis que tu ne cesses de penser à moi,
Quand je t'entends me dire au-revoir comme s'il s'agissait d'un adieu,
Et même si je ne fais qu'imaginer que c'est un jeu,
Je suis attendris devant tant d'aveux.

Je chavire comme si ma tête ne répondait plus de moi,
Je suis captive de tes mots, de tes pensées,
Tu réussis à me faire vibrer sans même me toucher,
Tu as trouvé le chemin et sans même me demander la clé, tu es entré dans mon coeur.

Ce n’est pas de l’amour,
C’est toi qui me l’as expliqué un jour,
Ce n’est pas de l’amitié,
Tu as tenu à me le certifier.

Alors dis-moi par pitié,
Quel est cet étrange sentiment inaccoutumé,
Qui me consume, qui me dévore,
Alors que je ne t’ai causé aucun tort.

Pourquoi j’éprouve de la peine,
Et parfois même de la haine,
Quand tu restes loin de moi ne serait-ce qu’un jour,
Toi avec qui, nous ne parlons jamais d’amour.

M.Janimor
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !