À Jean-Sébastien

il y a
1 min
406
lectures
245
Qualifié

Irascible, narcissique, vaniteux et prétentieux: j'ai vraiment tout pour plaire J'aime Kafka, Borges, Koestler et Alphonse Allais, Bach et Mozart Je fus médecin Je joue au bridge et je fais du  [+]

Image de Automne 2017
Après une journée de labeur incertain,
J’avais franchi le seuil d’une petite église
Et je m’abandonnai, le cœur lourd, l’âme grise
À pleurer sur mon sort, sur mon pauvre destin.

Noyant, comme un fétu, mon absurde chagrin,
Soudain l’orgue entonnait une musique exquise
Et lavait mes sanglots de douleur imprécise ;
Bach inondait la nef dans un torrent divin.

Au son de ces accords d’une harmonie céleste,
Serein, fort, apaisé, j’oubliai tout le reste ;
Tant d’austère beauté m’avait rendu l’espoir.

Il faudra, je le sais, qu’un jour enfin je meure.
En chantant un motet pour dernier au revoir,
Nul ne devra pleurer... pour que ma joie demeure.

245

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !