- 29 -

il y a
1 min
2
lectures
0
(pour un jour de juillet, le jour de Margaux)

Le territoire et l'âge en accord
Tu es là, et dans mes bras aussi.
De fières histoires à faire germer au Nord
Sans "mais" ni "hélas", pardi!
Toi et le paysage, caractères en miroir: forts.
Le sort de l'Ouest en est jeté, oh oui!
Le passage au Sud, en mer, attend ton corps.
Le port et ses jetées nous disent "allez-y"
"Nourrissez-vous d'hémisphères et d'océans"
"De séances d'or dans l'eau qui mystifie"
Le mythe de la Margaux s'étend
De ces hanches, d'un pas, d'un an, en vie.
Juillet invite au rite de la danse du vent
Celui qui prend aux tripes et donne envie
De filer vite, toujours plus vite, droit devant.
Le vingt-neuf tend une piste d'élan, qui luit
Personne ne s'enfuit ni ne craint "l'avant".
Le neuf éclot de l'ancien, s'en vivifie.
"Tout est ouvert!" dit le pouls battant.
Le sang veut être ivre de mouvement, de jours et de nuits,
Saouls d'été, d'hiver sans froid, sans blanc
Sans autre blanc que la page et l'écume, et ce qui s'en suit,
Ce dont l'âme s'enduit, un genre de foi dont elle s'éprend.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,