52 lectures

7

Après avoir subi tant d’animosité, entendu des critiques aussi acerbes, supporté des rancœurs tellement tenaces, je me demande qui je suis réellement et comment j’ai ainsi pu faire souffrir mes diverses compagnes. Pourquoi leur ai-je occasionné autant de chagrins, de peines, de déceptions ? Mes épouses, mes amantes, mes amoureuses, d’un soir ou d’une grande partie de ma vie...
Mais également pourquoi ma versatilité, mon infidélité, ma légèreté m’ont-elles causé autant de tracas ? J’aurais dû me satisfaire, me réjouir de mes succès, or cela m’a continuellement tourmenté ! Est-il donc impossible d’aimer sincèrement plusieurs personnes en même temps ?

« Tu n’as vécu que des bonheurs peu durables et provoqué des années de gâchis ! », m’ont dit plusieurs personnes...
A l’occasion j’ai toutefois rétorqué à certains de mes amis, éplorés parce que leur épouse les avait quittés, qu’ils ne connaissaient pas leur chance, la chance d’être abandonné, la merveilleuse chance d’être enfin libre :
« Mon ami, tu n’as dans ce cas-là aucun travail à faire, tu n’as pas à te justifier ni à essayer de convaincre qui que ce soit, puisqu’elle te quitte et qu’elle ne t’aime plus alors laisse là s’en aller et tant mieux pour toi ! »
Mais évidemment la réponse fut décevante : « Tu te complais dans le stupre et la luxure, tu n’as aucun sentiment, tu n’es qu’un cœur de pierre ».
C’est par ces appellations bien peu élégantes que l’on m’a souvent nommé...

Depuis le début de mon âge adulte j’ai fréquemment pensé à cette fable étonnante du scorpion et de la grenouille... le scorpion attaque la grenouille et pourtant il sait bien qu’il va se noyer car il se trouve sur son dos au beau milieu d’une rivière, mais piquer c’est dans sa nature, il ne peut s’en empêcher ! Moi c’est l’amour, le jeu de l’attirance, de la fascination qui sont dans ma nature et m’ont fait plusieurs fois me noyer tout en détruisant les autres, leur espoir, leur bien-être.

Ces rencontres, ces mariages, cet amour, cette complicité, tout semblait conduire à des périodes éternellement heureuses, sans anicroches, sans nuages et pourtant moi, honnêtement, je savais bien qu’à chaque fois c’était perdu d’avance ! Bien souvent ce sont les garçons qui recherchent une relation durable, qui demandent les filles en mariage ; dans mon cas ce fut toujours le contraire... l’engagement m’a constamment effrayé, surtout ne rien construire, rester indépendant, pouvoir aller et venir à ma guise ! Mais comme je suis influençable, je me suis laissé persuader et j’ai trop souvent accepté de me retrouver enchaîné ; cependant le diable qui est en moi, cet instinct de la séduction, ce goût de l’idylle, cet humour flatteur, ce talent du mensonge je les connais trop bien, ils finissent toujours par reprendre le dessus ! J’ai beau essayer de cacher, de freiner ce désir de chasse permanente, de renouveau, de camoufler cet œil exercé, aiguisé, avec lequel je regarde la gent féminine, mon démon revient en permanence ; grâce à ce sourire soi-disant enjôleur, cette voix douce, ces paroles amicales et caressantes, je ne peux échapper à mon naturel et chaque nouvelle rencontre constitue une aventure insoupçonnée, un plaisir inédit, une fortune inespérée et unique, une victoire absolue mais malheureusement toujours éphémère.
Pourtant je ne suis ni plus beau ni plus laid qu’un autre homme, je me classerais volontiers « dans la moyenne », je n’ai rien de spécial qui puisse attirer les regards et néanmoins je les attire, je les sens posés sur moi et ces regards qui ne sont jamais hostiles je les renvoie tel un miroir... dans quelque endroit public, un lieu de passage, un aéroport, à la terrasse d’un établissement ou plus simplement en bonne compagnie lors d’une pause-café.
Peut-être ma douceur, ma tranquillité, ma gentillesse, mon charme s’évaporent-ils en permanence de tout mon être afin de venir tendrement conquérir mon entourage...

Toi que je divertissais en te racontant à chaque fois la nouvelle ruse qui me permettait de te retrouver en secret, tu m’avais surnommé d’un air amusé « le roi des menteurs ou le menteur professionnel » ! Cependant sans vraiment l’avouer tu te plaisais à étudier mon étrange personnalité ; ainsi un jour tu m’as dit d’un air sérieux que je rechercherais toujours l’amour parfait mais que jamais je ne pourrai le rencontrer car celui-ci n’existe pas. Evidemment je ne t’ai pas crue et jamais je ne te croirai car je ne veux pas imaginer une existence aussi vide, je ne peux envisager une vie aussi monotone. Certes, apparemment l’amour parfait n’existe pas mais plusieurs relations simultanées peuvent facilement combler ce vide...
Toi ma troisième et sans doute dernière épouse, agréable, fidèle, mon épouse modèle... combien de fois t’ai-je trompée, menti ? Je ne savais même plus quel stratagème inventer ! Mes déplacements longs, successifs, mais aussi souvent inventés, inexistants comme autant d’excuses, d’échappatoires, comme c’était pratique ! Ma chérie du moment, qui m’appelait aussi « le meilleur des amants », ravie que je vienne la retrouver car elle avait formulé de grands projets pour nous deux ne soupçonnait même pas que je lui mentais à elle aussi ! En effet lorsque j’étais en sa compagnie parfois je m’absentais prétextant quelque course à faire et une fois à l’extérieur je te téléphonais à toi, ma femme légitime, pendant ta pause, afin de savoir si tu allais bien, je languissais ta présence et je prenais plaisir à te souffler quelques mots doux...
Vous le savez bien, chaque personne possède des vertus, des inclinations, des goûts différentes, tout comme chaque fleur a aussi une couleur et une exhalaison particulières ; ainsi, à l’instar de l’abeille qui butine, je recherche en permanence les meilleures qualités chez les personnes que je rencontre.
Pourquoi devrais-je me contenter d’une seule bienfaitrice à la fois ? Ma chère épouse ne peut et ne pourra jamais ressembler à ma douce maîtresse et d’un autre point de vue cette dernière sera également dans l’impossibilité d’égaler ma femme légitime... vivre une double, ou même une triple vie ne m’a jamais dérangé ; bien au contraire, cela me permet d’exister plus intensément !
Imitez-moi, mesdames ! Cela vous changera les idées et plus tard nous goûterons de nouveau le plaisir de nous redécouvrir... prenez donc un ou plusieurs amants ! Pourquoi donc hésiter ? Qu’attendez-vous puisque je vous invite à agir de la sorte ?
Terrible, me direz-vous ? Atroce oui, je suis un homme ambivalent, inconstant, inconsistant devrais-je plutôt dire ! Mais pensez-vous réellement qu’il me serait plus facile d’annoncer à ma tendre amie que je ne reviendrai pas en notre foyer avant le Lundi suivant car cette fois-ci je désirerais passer ma fin de semaine en compagnie d’une nouvelle conquête ?

Néanmoins chers lecteurs soyez rassurés car tôt ou tard les évènements finissent toujours par se venger...
Au beau milieu d’une nuit je fus pris au piège ; enfin tu m’as reconnu et soudain ton monde idéal s’est effondré. Trop sûr de moi et de mes mensonges j’avais commis une faute ; pourtant habituellement je parvenais à effacer toutes les traces susceptibles de me trahir, un simple cheveu égaré sur ma chemise, un goût inattendu sur mes lèvres... malheureusement pour toi, cette fois-ci mon épaule ne sentait pas ton parfum mais le parfum d’une autre... je pensais que tu dormais mais tu posas ta joue contre moi et ce fut la catastrophe, en réalité ta propre catastrophe car en ce qui me concerne cela ressemblait plutôt à un jeu, à une simple partie parmi tant d’autres et que je venais de perdre, sans plus ! J’ai eu beau te dire que dans mon métier je croisais de nombreuses personnes et que parfois certaines fragrances pouvaient se transmettre un peu par hasard... Non, décidément cette fois-ci mes boniments furent impuissants !
J’ai horreur des disputes et j’ai donc cédé à toutes tes demandes, à toutes tes volontés... ainsi quelque temps après cet incident je perdis donc à la fois mon nouveau foyer, ma très belle épouse, mon fils et ma fille qui furent évidemment confiés à leur mère et même ma délicieuse maîtresse précitée qui au passage venait de s’apercevoir que je n’étais pas un innocent célibataire mais un homme marié possédant deux enfants, et donc un fieffé menteur puis comme chacun aurait autrefois prononcé d’un air offusqué, « un homme à femmes », « un coureur de jupons », bref un personnage de peu de valeur, un instable notoire, un triste sire !
Ces situations conflictuelles je les regrette sincèrement ; non pas pour moi, mais pour mes chers enfants car je savais les rendre heureux, les instruire tout en les amusant, ils m’admiraient et je suis certain qu’ils m’apprécient encore ; mais, ironie du sort, plus tard peut-être me ressembleront-ils ou au moins comprendront-ils mon caractère...

Toute vérité n’est pas bonne à dire, c’est ce que j’ai toujours pensé ! Souvent le mensonge protège celui ou celle qui l’écoute... Eh bien cette carapace de fausseté, d’hypocrisie, vous avez voulu que je l’enlève, vous avez voulu tout savoir, alors tant pis pour vous, mes épouses, mes amantes, mes amoureuses, d’un soir ou d’une grande partie de ma vie... dorénavant vous êtes parfaitement renseignées, vous connaissez l’histoire dans son ensemble et pour quel résultat ? Cela a détruit votre être tout entier, votre personnalité, votre confiance, votre sérénité ! Moi je n’ai jamais souhaité blesser personne mais simplement vivre ma propre existence. Est-ce ma faute à moi si mon cœur est trop grand et ne peut se contenter d’une seule relation à la fois ?
J’aurais tellement voulu ressembler à ces hommes stables et sérieux qui se contentent de la même compagne tout au long de leur vie sans jamais se poser de questions, sans jamais hésiter ou céder à la tentation, ceux qui font la sieste en début d’après-midi, s’endorment devant la télévision ou se passionnent pour leur joueurs préférés lorsque ceux-ci s’agitent sur un stade, ceux qui nomment couramment les personnes du beau sexe « copines » ou « nanas ». Je n’emploie jamais ces mots-là, cela m’est impossible, je préfère utiliser les douces appellations issues d’un langage romantique pouvant à terme devenir libertin, « belle Dame ou « Princesse ». Egalement je dors peu, voire pas du tout, je suis toujours en éveil, je me sens l’âme d’un fauve, éternellement aux aguets, chasseur vorace et pourtant si nonchalant ! Vous me l’avez répété assez souvent, je ne suis qu’un faible ! Oui vous avez sûrement raison, mais un fort en amour ou plutôt non, un vrai romantique, un authentique libertin, un bon amant mais quelqu’un qui ne sait pas sincèrement aimer et qui probablement ne saura jamais !


— Tu as l’air soucieux mon chéri, quelque chose ne va pas avec ton nouveau roman ?
— Je ne sais pas... j’ai créé un personnage assez instable, loufoque, horrible même...en plus je l’ai désigné comme narrateur de toute cette histoire ! Veux-tu lire ma chérie et me donner ton avis ?

— Effectivement ton sujet est difficile mais tu le traites merveilleusement bien ; chacun pourrait croire que cette histoire a vraiment eu lieu, quel réalisme !
— Il fait beau, viens, sortons, allons flâner dans les allées de notre jardin préféré.
— Oui chéri mais cette lecture m’a un peu troublée, auparavant j’aimerais te poser une question...
— Je t’écoute.
— Cela fait maintenant quelques mois que nous vivons ensemble. As-tu déjà été volage ? Connais-tu d’autres relations ? En un mot, m’as-tu déjà trompée ?
— Volage... pour l’instant mon amour si tu veux bien cessons de parler de ce roman et de cet homme qui lui est terriblement volage... regarde, le soleil brille, quelques fleurs ont déjà dû éclore, ne perdons pas de temps, rendons-nous dès maintenant dans ce merveilleux parc et goûtons la douceur du Printemps qui doucement arrive...

Thèmes

Image de Nouvelles
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Quand le doute s'insinue , difficile de s'en débarrasser, un texte creusé porté par une belle plume.
·
Image de Alliance
Alliance · il y a
Merci
Le doute... le plus grand ennemi de ce narrateur et de son entourage

·
Image de Lanna
Lanna · il y a
En effet je rejoins Ghislaine...quand le doute s'installe...rien n'est pire toutes les pensées s'entrechoquent dans notre esprit...'amour et ses tourments ...bien raconté, un peu long peut-être je dis bien peut-être.-:) pour info c'est HarukoSan qui commente ce texte je n'ai plus accès à ma page bien qu'elle soit visible à tous , d'où ce commentaire au pseudo de Lanna, j'attends la réponse de Short pour retourner vers ma page HarukoSan ..mon vote de toute façon et bonne journée.
·
Image de Alliance
Alliance · il y a
Merci de votre lecture!
Ne vous inquiétez pas, j'ai de toute façon beaucoup de difficultés à bien identifier tous les différents pseudonymes!

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Malheureusement on ne détruit vraiment totalement que ce que l'on aime.
·
Image de Alliance
Alliance · il y a
Oui, il en est souvent ainsi et c'est bien triste!
Merci de votre passage

·
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
Quand le doute s'insinue dans un couple... tout devient possible ! Une belle chute qui nous laisse sur notre faim !
·
Image de Alliance
Alliance · il y a
Merci
Le doute et le questionnement... le début de la fin en somme!

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Le drame des Don Juan...
·
Image de Alliance
Alliance · il y a
Oui, c'est certain!
·