999 lectures

126

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé
Jacques Duval conduit. Jacques Duval, quand il conduit, n’aime guère parler. Le fait de parler nuit à sa concentration. Or, quand on conduit, il faut se concentrer.
Du coup, Catherine Duval, assise à la place du passager, se tait aussi. Elle aimerait bien parler, elle, histoire de passer le temps, mais des années de vie commune lui ont enseigné qu’il ne faut pas déranger Jacques Duval quand il conduit. Elle est lasse de contempler le paysage sans vie que longe l’autoroute. Alors, elle plonge ses pensées dans le futur. Le futur proche, quand ils seront arrivés. Elle imagine chaque détail de la maison qu’ils ont louée pour les vacances. Peut-être une maison de pierre avec de la vigne vierge et des rosiers grimpants. Une table en fer forgé posée sur la pelouse. Le matin, c’est là qu’ils prendront le petit déjeuner avec les enfants. Comme dans les publicités. Elle sait déjà que la réalité la décevra.
Chaque année, les Duval louent une maison de vacances pendant quinze jours dans le Midi. Une maison différente dans un endroit différent, mais toujours dans le Midi. Et chaque année, quelque chose déçoit Catherine : la maison, l’endroit, les voisins, les commerçants, le temps… Elle sait déjà qu’elle se plaindra. Pas tout le temps, non. Mais assez souvent pour que son mari lui dise : « L’an prochain, on reste à la maison. » Pourtant, chaque année ils repartent. Toujours dans le Midi.
À l’arrière de la voiture, il y a deux enfants : Claude et Marie Duval. Neuf et douze ans. Ils sont contents de partir en vacances. Ailleurs, c’est toujours mieux qu’à la maison, même si leur mère prétend le contraire. Ils imaginent ce qu’ils vont faire, discutent, parlent de la chambre qu’ils vont partager et se disputent déjà pour avoir le lit du haut. La mère intervient, rappelant aux enfants qu’elle n’est pas sûre que les lits soient superposés. Ce seront peut-être des lits jumeaux. Dans ce cas, Claude veut le lit près de la porte, sa sœur aussi. Il pince son avant-bras d’un geste rapide et sûr. Elle se met à hurler. La main de Jacques Duval se crispe imperceptiblement sur le volant. Alors la mère assène l’argument suprême : « Taisez-vous, votre père conduit. » C’est sans réplique.
Catherine Duval s’en veut d’avoir oublié de demander à la propriétaire s’il y avait des commerces à proximité de la maison. Pour ce soir elle a tout prévu, mais demain il faudra acheter du pain, de la viande, des fruits frais… du melon ! Tiens, c’est une bonne idée d’acheter du melon. Ça fait vacances, de manger du melon ! C’est frais, ça sent l’été, et puis c’est si vite prêt. C’est décidé : demain, elle achètera du melon… Enfin… à condition qu’il y ait des commerces à proximité.

Jacques Duval conduit. À l’arrière, les enfants s’ennuient. Voilà trois heures qu’ils sont sur l’autoroute. Leur père n’aime pas s’arrêter. Une pause rapide à midi pour se restaurer, un arrêt supplémentaire consenti en cas de besoin pressant. C’est tout. Dès qu’il prend la route, Jacques Duval est pressé d’arriver. La veille, il a vidangé la voiture, vérifié la pression des pneus, fait le plein d’essence et installé les bagages. Délicate opération, l’installation des bagages. Tout doit rentrer dans le coffre. Même la télé portative qui, chaque année, part en vacances avec eux. Tout est organisé et minuté, car Jacques Duval n’aime pas perdre de temps. C’est à la sortie de l’autoroute que les vacances commencent. Pas avant.
Vitesse de croisière : cent trente kilomètres heure, tous les voyants sont éteints, pas de bruit suspect. Il pense qu’il a bien fait d’acheter cette voiture. Pourtant, la couleur ne plaisait pas à sa femme. Heureusement qu’il ne s’arrête pas à ce genre de détail, lui.
Les enfants décident de jouer à compter les voitures : les bleues pour Marie et les rouges pour Claude. Le premier qui atteindra dix aura gagné. Au bout de quelques minutes, personne n’a encore ouvert le score.
— Ça, c’est drôlement bizarre, constate le garçon, il n’y a pas de voitures, sur cette autoroute.
— C’est vrai, surenchérit la mère, d’autant plus bizarre que nous sommes le 31 juillet. La radio a annoncé une journée rouge, peut-être même noire, je ne sais plus. Ils disent vraiment n’importe quoi !
Oubliant momentanément les commerces et les tranches de melon, Catherine Duval regarde attentivement autour d’elle.
— Il n’y a vraiment personne. Chéri, tu as remarqué que nous sommes seuls sur l’autoroute ?
— Hum ?
Jacques Duval est en train de calculer combien consomme sa voiture à cent trente kilomètres heure. Six litres aux cent, c’est vraiment peu, il a décidément bien fait d’acheter cette voiture. Dire que sa femme a essayé de l’en dissuader uniquement parce qu’elle n’aimait pas la couleur ! Il a bien remarqué que son épouse lui parlait mais il est bien, là, enfermé dans son silence, les yeux fixés sur la route. Le « hum » qu’il a émis quelques instants plus tôt est juste destiné à gagner un peu de temps.
— Je dis qu’il n’y a personne à part nous sur l’autoroute, insiste Catherine Duval.
— C’est vrai, constate son mari, il n’y a personne. C’est étrange, en effet.
— Hé, une voiture bleue qui nous double ! crie Marie. Un point pour moi !
— Tu vois bien que nous ne sommes pas seuls, dit le père.
— Une seule voiture en dix minutes, c’est tout de même peu pour un jour de départ en vacances. Il y a quelque chose d’anormal.
La mère scrute l’autoroute vide d’un air inquiet.
— Peut-être que la Troisième Guerre mondiale est déclarée, et qu’on est les seuls à ne pas le savoir, propose le fils.
— Ouais ! Peut-être même qu’une bombe nucléaire a déjà explosé ! ajoute la fille.
— Mets la radio ! ordonne Catherine Duval à son mari avec une autorité inhabituelle.

Jacques Duval déteste écouter la radio quand il conduit. Question de concentration. Pour une fois, il s’exécute sans broncher. Lui aussi commence à être vaguement inquiet. Il allume donc l’autoradio, un appareil sophistiqué que sa femme et ses enfants lui ont offert pour la fête des Pères. Seul un vague grésillement rompt le silence qui, depuis quelques instants, s’est installé dans la voiture. Il le met en recherche automatique. Toujours rien.
— On ne capte aucune radio ? demande sa femme d’une voix un peu plus aiguë qu’à l’ordinaire.
— Non, je dois reconnaître que tout ça est un peu bizarre, en effet.
Le chef de famille s’applique à garder une voix naturelle.
— Peut-être que la présence d’une chaîne montagneuse nous empêche de capter les stations.
Catherine regarde autour d’elle. Il n’y a pas plus de montagnes dans le paysage que de voitures sur l’autoroute.
— Maman, j’ai peur, dit la fille d’une petite voix.
— C’est bien les filles, ça ! se moque le garçon. Un truc qui cloche, et c’est mort de trouille !
— T’as pas peur, toi ? Dis-le que t’as pas peur !
— Bien sûr que j’ai pas peur. Papa non plus, il a pas peur. Pas vrai, Papa ?
— Évidemment ! De quoi aurais-je peur ? L’autoradio doit avoir un problème, c’est tout.
— Au prix où on l’a payé !
Le retour à des détails plus terre à terre a rendu à Catherine Duval sa voix normale.
— De toute façon, il est garanti deux ans ! Enfin, tout ça n’explique pas qu’il n’y ait personne sur l’autoroute.
— Cesse donc de t’inquiéter. Peut-être que les camionneurs ont bloqué l’autoroute, juste après notre passage ! Ou les agriculteurs, ou les pêcheurs, ou les intermittents du spectacle. Que sais-je encore…
— Ça, tu vois, je n’y avais pas pensé, concède sa femme. Dans ce cas, on a vraiment eu de la chance de passer avant.
— Tu vois bien qu’à toute situation on peut trouver une explication ! Bon, vérifie sur la carte le numéro et le nom de la sortie que je dois prendre.
— Sortie numéro 5, Marmande.
Elle connaît son texte par cœur. Avant de partir, elle a bien étudié la carte Michelin, car c’est à elle qu’incombe la lourde tâche de guider Jacques Duval quand il part en vacances. Et Jacques Duval n’aime pas perdre de temps.
— Ça ne devrait plus tarder ! Ça fait un moment que j’ai dépassé la sortie numéro 4.
— Oui, ça fait même un sacré bon moment qu’on n’a plus vu de sorties, remarque la fille.
— Sans doute les constructeurs de l’autoroute n’ont-ils pas jugé utile de faire beaucoup de sorties sur ce tronçon, affirme le père, pour qui toute situation doit avoir une explication.
— S’ils ont fait pareil pour les entrées, c’est pas étonnant qu’il y ait personne, ajoute Claude, le fils.

Jacques Duval conduit. Seul sur l’autoroute. Pas de sortie en vue. Un drôle de silence s’est installé dans la voiture. Chacun attend, attend le panneau « Sortie no 5 : Marmande ». Mais le panneau n’apparaît pas, et l’autoroute déserte semble s’étendre à l’infini.
— C’est pas possible ! Pas possible !
La voix de Catherine Duval tend dangereusement vers les aigus.
— Je suis sûr que tu as dû faire une bêtise en nous guidant.
En cas de problèmes, Jacques Duval aime bien trouver des responsables. C’est là un rôle que joue généralement plutôt bien Catherine Duval, mais il y a des limites à tout.
— Qu’est-ce que tu racontes ? On suit la même autoroute depuis qu’on est partis. J’ai pas pu me tromper ! C’est pas possible, pas possible, c’est un cauchemar !
Elle jette rageusement la carte Michelin sur les genoux de son mari. Les enfants ne reconnaissent plus leur mère. À l’arrière, Marie commence à pleurnicher en triturant un vieux lapin rose en tissu délavé.
— Calme-toi, ordonne le chef de famille. Moi non plus, je ne comprends pas bien ce qu’il se passe, mais dans tous les cas, ça ne sert à rien de s’énerver. Tu vas juste affoler les enfants ! On va, on va… Tiens, on va chanter ! Qui connaît une chanson ?
Les enfants se jettent un regard inquiet. Si leur père propose de chanter, c’est que la situation est vraiment grave !

Jacques Duval conduit. Plus personne ne chante dans la voiture. Tout le répertoire classique y est passé, de Vive le vent à la Mère Michel, mais, quand le petit Claude a cru bon de chanter « un kilomètre en voiture, ça use, ça use », le père s’est carrément fâché.
Et il est toujours seul sur l’autoroute. Il serait presque étonné, maintenant, s’il voyait une sortie ! La main de son épouse serre convulsivement son bras. Elle se tait pour ne pas effrayer les enfants, mais la pression de sa main transmet à son mari tout le poids de son désarroi.
Jacques Duval est dépassé. Il ne sait plus dans quel sens il doit s’ordonner de penser. Il est parti ce matin, il a bien roulé, voilà une heure qu’il aurait dû quitter l’autoroute. Or il est toujours sur l’autoroute, sur une autoroute déserte, où il est contraint de rester en l’absence de toute sortie. Voilà les données. Jacques Duval est informaticien. Son esprit d’analyse fait l’admiration de ses collègues. Il sent perler sur son front des petites gouttes glacées comme cet hiver, quand il a eu quarante de fièvre et qu’il a dû prendre deux jours d’arrêt maladie.
— J’ai une idée, s’exclame soudain Catherine, ton téléphone portable !
— Quoi mon téléphone portable ?
— Hé bien, appelle la police, les ponts et chaussées, les pompiers, n’importe qui…
Il extirpe le téléphone de la boîte à gants. Pas de couverture réseau.
— Sortons de la voiture, propose Marie. À pied, on peut sortir de l’autoroute ! On finira bien par trouver des gens !
Le père réfléchit à la proposition.
— Non, ce serait dangereux ! Dans la voiture, on a des provisions, des vêtements, de quoi tenir. Rien ne nous dit qu’il y a des habitations près d’ici. Non, ce n’est pas une bonne idée ! Du moins, pas dans l’immédiat.
Jacques Duval regarde les arbres qui bordent l’autoroute.
— Dans ce monde de fous, comment savoir ce qu’il y a derrière…
— On fait quoi, alors ? demande le fils.
— J’en sais rien, avoue le chef de famille d’une voix méconnaissable. J’ai l’impression qu’on est… prisonniers de l’autoroute.
Il lui en coûte de dire une chose pareille. C’est un homme rationnel. Sa femme le regarde d’un air égaré. Dire qu’il était si heureux, tout à l’heure, dans sa nouvelle auto ! Et le voilà plongé dans un monde absurde où rien ne semble avoir d’existence hormis ce long ruban d’asphalte destiné à permettre aux hommes d’aller plus vite d’un endroit à un autre. Et ce ruban, soudain, semble n’avoir d’autre fin que lui-même. Comme un serpent facétieux qui se mordrait la queue. Le voilà face à une situation à laquelle il ne trouve aucune explication. Jacques Duval est glacé. Paralysé. Court-circuité. Le voyant d’essence s’allume.
— Nous allons bientôt être à court de carburant, annonce-t-il d’un ton presque anodin, comme si un problème concret dans un monde absurde était somme toute un élément rassurant.

Jacques Duval conduit. Il se dit qu’il dort et qu’il va finir par se réveiller. Assise à la place du passager, Catherine est statufiée. Sa tête n’est plus qu’un énorme et douloureux bourdonnement. Elle a trop mal pour penser encore.
— Là ! Une station ! s’exclame le fils.
— Bon Dieu ! Le petit a raison !
— On est sauvés ! crie Marie.
Le monde des humains a refait son apparition. Avec ses panneaux et ses pompes à essence ! Comme de l’eau et des palmiers dans le désert. La famille Duval a trouvé son oasis ! Le chef de famille s’arrête.
Aucun signe de vie à l’extérieur. Ni pompiste ni clients. Seulement quatre pompes à essence fonctionnant vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ils fouillent chaque recoin de la station. Rien ! Pas la plus petite trace d’un être humain ! Quatre pompes à essence et un téléphone qui n’a pas de tonalité. Il y a bien une boutique vitrée avec son lot de sandwiches et de boissons fraîches, mais la porte est verrouillée et les lumières sont éteintes. Le père force sur la poignée en demandant s’il y a quelqu’un, mais il sait déjà qu’on ne lui répondra pas. Ils sont seuls. Plus seuls que jamais.
Jacques Duval va aux toilettes. Plus tard, il gifle sa femme. En quinze ans de mariage, cela n’était jamais arrivé. Mais elle est en proie à une véritable crise d’hystérie. Maintenant, elle pleure, assise à même le sol. Blottie contre elle, sa fille pleure aussi. Le fils, debout à côté du père, attend la suite des événements en agitant un yo-yo.
Le chef de famille est perdu. Son esprit est capable d’analyser de multiples données. Mais là… il est plongé dans une situation pour laquelle il n’a pas été programmé. Il sort sa carte bleue et fait le plein d’essence. Il prend le bras de son épouse et la contraint, avec douceur, à regagner la voiture. Il s’assied à la place du conducteur. Que faire ? Attendre ? Partir à pied en direction de la forêt ? Les autres le regardent, ils attendent de lui qu’il trouve la solution.
Il redémarre, et la voiture s’engage sur l’autoroute. Inutile de regarder dans le rétroviseur s’il doit laisser la priorité à un autre véhicule. Il le fait pourtant, par habitude. Bien sûr, il n’y a personne. Pour la première fois depuis bien des années, il a envie de pleurer.

Jacques Duval conduit. Il ne sait plus où il se trouve. Voilà des heures qu’il roule. La nuit aurait dû tomber. Mais ce n’est pas le cas. Tout le paysage semble baigné d’une étrange lumière électrique qui, plus que jamais, lui donne un sentiment d’irréalité. Il n’y a plus que ce long ruban d’asphalte brodé de barrières d’acier. Il devine, il sent, il sait qu’il ne trouvera jamais la sortie Marmande. Mais il poursuit sa route, car il ne sait pas quoi faire d’autre. Il attend… de se réveiller ou d’être terrassé par le sommeil. Il ne sait plus. Alors il roule avec l’impression d’être sur un de ces tapis de course que les gens utilisent quand ils veulent faire leur jogging dans leur appartement.
— On est déjà passés là, remarque le fils. La colline, là-bas, je la reconnais. Même que je l’avais remarquée à cause de sa forme bizarre. On dirait une montagne de corn flakes.
— C’est vrai, soutient sa sœur, moi aussi, je l’ai vue.
— Mon Dieu, on tourne en rond, gémit la mère.
L’épouvante a maintenant laissé le pas à une immense lassitude. Un peu plus tard, les Duval repassent devant la même station-service. Ils ne s’arrêtent même pas. Ils tournent en rond avec résignation, puisque tel est leur destin.
Catherine Duval a pris trois calmants, elle est affalée sur la place du passager, dans un état semi-comateux. À l’arrière, les enfants se taisent. Le lapin rose est mouillé de salive et de larmes mêlées.
Jacques Duval s’accroche à son volant comme le naufragé à la planche de bois qui lui permet de ne pas sombrer dans les flots. Il se dit qu’il faudrait qu’il s’arrête, qu’ils quittent l’autoroute à pied comme l’a suggéré sa fille tout à l’heure, mais il a peur, peur de quitter cette illusoire protection qu’est l’habitacle de la voiture. Il sait pourtant qu’il ne va pas pouvoir continuer indéfiniment à rouler, il sait qu’approche le moment où il va falloir oser sortir de la voiture et aller voir, là-bas, derrière les arbres, si le monde, le monde normal, le monde qu’il connaît, le monde avec des gens et des téléphones qui marchent est toujours là. Il va leur dire. Ils vont prendre quelques provisions, laisser la voiture sur la bande d’arrêt d’urgence et partir à pied. Au moment où il s’apprête à parler, ils sont doublés par une voiture bleue.
— C’est la même que tout à l’heure ! s’exclame le petit Claude, je reconnais le badge à l’arrière.
Catherine Duval jette à son mari un regard sans expression.
— On va mourir, murmure-t-elle, pour que son mari soit le seul à l’entendre.
— Suis-la, Papa ! hurle Marie. Elle doit bien aller quelque part, cette voiture. C’est notre seule chance d’en sortir !
— Vite, vite, dépêche-toi ! ajoute le fils, tout excité.

Jacques Duval appuie sur l’accélérateur. Ses enfants ont raison. Il faut suivre la voiture bleue ! Faire signe au conducteur. Parler avec un être humain, lui expliquer, lui demander… Ne plus être seuls ! Il faut la suivre, la suivre à tout prix ! Cent cinquante, cent soixante… C’est qu’elle va vite, la voiture bleue ! Cent soixante-dix, cent quatre-vingts ! Jamais Jacques Duval n’a roulé aussi rapidement. Cent quatre-vingt-dix ! Il éprouve une soudaine griserie. Le bruit du moteur, le volant qui vibre sous ses mains. À l’arrière, son fils l’encourage.
— Allez Papa, accroche-toi, tu vas y arriver !
Mais la voiture bleue lui échappe. Il n’est pourtant jamais allé aussi vite. Il est ivre de cette sensation nouvelle pour lui. Il essaie d’accélérer encore. Ses mains sont crispées sur le volant comme si elles voulaient insuffler au moteur plus de puissance encore. Il a l’impression de ne plus faire qu’un avec sa voiture ; les vibrations du moteur se propagent dans son corps et se confondent avec les battements de son propre cœur, il n’aurait jamais cru être capable d’éprouver une telle jouissance. Son sexe commence à se durcir, son sang palpite dans ses tempes, il se sent vivre comme jamais auparavant.
Il n’y a plus d’autoroute, juste un circuit automobile, plus de vacanciers prenant la route au milieu de milliers d’autres. Un champion, un champion qui doit, quel qu’en soit le prix, rattraper cette voiture bleue ! Il frise les deux cents ! Un virage ! Le même que tout à l’heure, pourtant. Il est déjà passé là plusieurs fois. Mais jamais aussi vite ! Il tourne le volant… trop tard, les pneus n’adhèrent plus à la route, la voiture échappe à son contrôle !
Il sent le choc de la barrière d’acier contre son véhicule. Il s’accroche désespérément au volant, mais c’est fini !

La voiture rouge a terminé sa course contre la barrière de l’autoroute. Elle a fait un tonneau et gît maintenant sur l’asphalte, les quatre roues en l’air. La voiture bleue, plus loin, s’est arrêtée aussi.
— C’est toujours pareil, remarque le petit Claude Duval, d’un air résigné, c’est toujours la bleue qui gagne. La rouge, dès que j’accélère trop, elle sort.
Catherine Duval passe la tête dans l’entrebâillement de la porte :
— Mais qu’est-ce que tu fabriques, encore ? Je te cherchais partout. Tu sais bien que c’est aujourd’hui qu’on part en vacances. Ton père est prêt à partir et il a horreur d’attendre !
— Oui, M’man. Je me dépêche.
Le petit Claude se penche sur son circuit électrique. Il ramasse avec un hochement de tête la petite voiture rouge accidentée et la remet en place sur le circuit. À côté de la bleue. Prêtes pour un prochain départ. Il se dépêche, car il sait que son père n’aime pas attendre. Au passage, il mange les corn flakes qu’il avait utilisés pour faire une petite colline.
Quelques instants plus tard, il prend place à côté de sa sœur, Marie, à l’arrière de la voiture rouge que vient d’acheter Jacques Duval. Ce dernier est déjà derrière le volant.
— Tu as bien vérifié la sortie que je devrais prendre ? lance-t-il à sa femme.
— Oui, mon chéri : « Sortie numéro 5. Direction Marmande », récite la mère.
Jacques Duval démarre.

PRIX

Image de Eté 2016
126

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Charieau
Charieau · il y a
envoûtant du début à la fin. une chute à la hauteur du texte.
·
Image de Fleurdebretagne
Fleurdebretagne · il y a
Quelle chute...j'ai adoré ! irréel... bravo
·
Image de Lain
Lain · il y a
Génial. J'ai adoré. L intro, les personnages, l'autoroute, l'ambiance fantastique pour une chute tellement simple qu'on ne si attend pas. Bravo et merci
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
À L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.Cordialement, Arlo
·
Image de Cédric Blaise
Cédric Blaise · il y a
Un très bon univers à la quatrième dimension. Une écriture immersive et prenante ! Bravo ! Je vous invite également à découvrir mes écrits si vous avez un peu de temps n'hésitez pas ! À bientôt pour d'autres lectures.amicalement
·
Image de Barzoï
Barzoï · il y a
J'ai senti monter l'angoisse et j'ai eu peur et même peur de continuer la lecture mais je ne pouvais pas lâcher le texte. Bravo et merci de nous avoir laissé souffler avec la fin. Vous écrivez divinement bien !
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Du fantastique! je pensais avoir deviné la fin mais ce 'était pas tout à fait le cas finalement. En tout cas vos 3 nouvelles je les adore. Si vous avez ou avez eu un recueil édité je suis cliente.
·
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
EXCELLENT, BRAVO !!
·
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
EXCELLENT, BRAVO !!
·
Image de Soledad
Soledad · il y a
Je suis arrivée depuis peu sur le site, je découvre seulement votre texte. J'aime beaucoup. A la fois une tranche de vraie vie, une envolée dans la 4ème dimension, et un retour très adroit à la réalité. Vous savez bien tenir les lecteurs en haleine. Bravo
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci pour ce commentaire Soledad! Bienvenue sur le site
·
Image de Pierre Lieutaud
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Bravo pour ce podium ! Et la boucle est bouclée ...
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Bravo, Kacy !
·
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
clap clap clap !!!!!!
·
Image de Chantal de Montella
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Toutes mes félicitations, Kacy!
·
Image de Chantal de Montella
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ah oui , en effet il était (il est) génial ce texte !! Bravo pour votre prix Kacy !
·
Image de Chantal de Montella
Image de Nastasia B
Nastasia B · il y a
Toutes mes félicitations Kacy.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Félicitations! Personnellement j'avais adoré!
·
Image de Chantal de Montella
Image de Emma
Emma · il y a
Félicitations ! L'imagination récompensée..
·
Image de Chantal de Montella
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai adoré ce texte, alors je suis ravie de ce prix qui vous est attribué. Bravo, félicitations !!
·
Image de Chantal de Montella
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Un grand bravo, Kacy !
·
Image de Chantal de Montella
Image de Patricia Burny-Deleau
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Félicitations Kacy!
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo Kacy !
·
Image de Fleur de Tregor
Fleur de Tregor · il y a
Félicitations Kacy. Je vous souhaite une belle suite, en recueil !
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Bravo à vous !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Pour vous, la voie n'était pas sans issue ! Bravo !
·
Image de Marie
Marie · il y a
Bravo, Kacy !
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Félicitations Kacy!
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Félicitations, Kacy !
·
Image de Elisa Romain
Elisa Romain · il y a
Un texte qui tombe à point si proche des départs en vacances ! J'ai beaucoup aimé le petit côté quatrième dimension.
·
Image de Sylvain Le Loarer
Sylvain Le Loarer · il y a
Passionnant à lire. Je ne me suis pas ennuyé un seul instant. Texte très bien construit.
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Vote bis dans la dernière ligne droite !
·
Image de Dominique Hilloulin
Dominique Hilloulin · il y a
Après les lectures des derniers jours , c'est le moment des votes avant finale proche ! Mon clic +1 pour votre écrit! Mon poème http://short-edition.com/oeuvre/poetik/la-pomme-au-compotier également finaliste, si vous souhaitez le soutenir . Bonne chance pour demain!
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Bonne chance !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Nouvelle lecture ce soir et un passage pour vous souhaiter Bonne Chance ! Marie
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-coq-et-l-oie Jusqu'au 20 !

·
Image de Marie
Marie · il y a
Ouf, failli passer à côté de ce texte impressionnant et très habile ! Mon voooote
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci , trop contente que vous soyez pas passée à côté!
·
Image de Danièle Cornuault
Danièle Cornuault · il y a
Voilà ki est fait ! bonne chance...
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Quelle émotion!!! ouf!!! hi hi,
lire Kacy, quelle histoire !!!

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
merci!!!!!!!!!!!!!!!!!
·
Image de Yannickclaude
Yannickclaude · il y a
J'ai 2 dessins comics strip en compétition
http://short-edition.com/oeuvre/strips/allumes-du-bocal-27
et
http://short-edition.com/oeuvre/strips/allumes-du-bocal-28
Oserez vous aller les voir...et voter si le cœur vous en dit.

·
Image de Aglaée Collin
Aglaée Collin · il y a
Une belle découverte ! Bravo pour la finale ! Vous avez mon vote !! Bonne chance pour la suite ;-)
J'ai également un TTC en finale, si vous souhaitez jeter un oeil : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/les-bicoques

·
Image de Chantal de Montella
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
et moi qui habite dans le coin et qui connais cet autoroute! jamais plus je ne regarderai ce panneau sortie n°5 Marmande de la même façon!
Je viens de prendre un excellent cours d'écriture! Merci

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
c'est vraiment un commentaire sympa. merci!
·
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Une famille ordinaire dans un monde ordinaire qui déraille
On glisse petit à petit dans le fantastique
Un peu comme dans les histoires de la 4ème dimension

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci pour la comparaison j'adorais cette série
·
Image de Bisaigue12
Bisaigue12 · il y a
A la première lecture j'ai eu la chaire de poule, maintenant je tremble légèrement, signé 'le panneau sortie Marmande'
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Très contente d'être capable de créer des réaction épidermiques!!!
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
oups avec un 's' à réactions!!!!!!!!!!!!!!!
·
Image de Sandrine Guillery Etienne
Sandrine Guillery Etienne · il y a
Suspense jusqu'à la fin ! Bravo pour toute cette mise en scène très bien écrite qui va en crescendo...
Mon vote !!!

·
Image de Chantal de Montella
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Bravo ! Du fantastique. Du vrai ! Fantastique ♥♥♥ !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une mise en abîme très habile, une chute qui laisse présager le pire, un suspense mené avec maestria, je vous souhaite bonne chance !!
·
Image de Chantal de Montella
Image de LJB
LJB · il y a
Belle histoire parfaitement racontée et une chute surprenante :-)
·
Image de Anna
Anna · il y a
Une véritable tension qui monte au fil des lignes ; bravo pour la chute (de l'histoire, pas de la voiture).
·
Image de Chantal de Montella
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Je suis venue sur l'invitation de Luc M et je l'en remercie. C'est un très bon texte avec cette chute remarquable, bravo mon vote sans hésiter !
·
Image de Chantal de Montella
Image de Lielie Sellier
Lielie Sellier · il y a
belle chute mon vote
·
Image de Rina
Rina · il y a
Beau suspens. Chuté étonnante. Bravo. Je vote. Si vs voulez, lisez mon Cher Monsieur
·
Image de Sophie Copinne
Sophie Copinne · il y a
J'ai imaginé le pire.. Ouf! Ce n'etait qu'un départ en vacances. La tension monte et choisir cette chute, il falait y penser. Bravo !
·
Image de Jeanne Mazabraud
Jeanne Mazabraud · il y a
Quelle chute ! Bravo.
Venez lire l'aède si vous avez le temps (en finale poésie). Jeanne

·
Image de Fergus
Fergus · il y a
Bonjour, Kacy
L'angoisse qui monte dans l'habitacle est très bien rendue. Bravo pour cette excellente histoire qui maintient le suspense jusqu'au bout. J'ai beaucoup apprécié.

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci pour le vote et le commentaire qui me touche beaucoup
·
Image de Jean-Luc Ithié
Jean-Luc Ithié · il y a
Vous m'avez tenu en haleine jusqu'à la fin. Vous avez mon vote !
·
Image de Chantal de Montella
Image de Chris Artenzik
Image de Chantal de Montella
Image de Nastasia B
Nastasia B · il y a
J'aime votre texte.
·
Image de Aruna
Aruna · il y a
Une histoire très bien menée. On se demande vraiment comment on va sortir de cette autoroute... Bravo
·
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Sympa cette histoire. Je me suis reconnu dans le type qui dit à sa femme que c'est elle qui a dû se tromper quelque part. Mauvaise foi quand tu nous tiens...
·
Image de Myl Lacroix
Myl Lacroix · il y a
Moi aussi je vote ! Bravo
·
Image de Chantal de Montella
Image de Marine Azur
Marine Azur · il y a
Un vote pour ce bon moment de lecture ! Merci Kacy !! et jolie soirée à toi
·
Image de Chantal de Montella
Image de Paul Eric Allegraud
Paul Eric Allegraud · il y a
J'avais imaginé qu'en fait, l'accident avait déjà eu lieu et qu'ils n'étaient plus que des fantômes roulant sans fin… Je ne m'attendais pas à l'histoire du circuit électrique. Bravo.
·
Image de Chantal de Montella
Image de JadeGo
JadeGo · il y a
Quelques intuitions féminines ont gâché une partie du suspens, ce qui n'enlève rien au fait que ce texte est très bien écrit :)
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci beaucoup! Fichue intuition féminine!!!!
·
Image de Dizac
Dizac · il y a
J'ai la tête qui tourne, mais quel agréable moment de lecture! Bravo pour le suspense bien mené! Je vote.
·
Image de Christiane Tuffery
Christiane Tuffery · il y a
je confirme mon vote et vous souhaite...bonne route
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci, je vais essayer d'éviter une sortie de route prématurée!
·
Image de Pascal
Pascal · il y a
Excellent, la voiture rouge c'est celle des pompiers, et la bleue celle des gendarmes. Statistiquement parlant , les propriétaires de voitures rouges sont essentiellement des pompiers, et pour les voitures bleues les statistiques sont un peu plus incertaines. Mon vote pour cette histoire excellente avec une chute toute en couleur.
Si le cœur vous en dit, le vagabond de nuages (catégorie poèmes) à force de vagabonder à atteint la finale...
Merci d'avance.

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci! En ce qui concerne la couleur des voitures, les pompiers et les gendarmes, ça doit sortir tout droit de mon inconscient car je n'y avais jamais pensé!
·
Image de Nastasia B
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Passionnante lecture! Mon vote!
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Votre nouvelle nous emmène vers une fin absolument inattendue. Vous faites admirablement vivre vos personnages enfermés dans cet habitacle . Atmosphère surnaturelle qui grossit . Bravo. Vous avez le vote de Tilee auteur du poème Transparence arrivé lui aussi en finale . Je vous invite si vous le souhaitez à aller le lire et le commenter. Merci
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Je n'avais pas lu ce texte captivant. J'ai aimé son étrangeté et je me demandais : comment ça va finir? Très original et bien écrit.
·
Image de Lagantoise
Lagantoise · il y a
Tout au bout de cette voie sans issue vous trouverez un panneau "vote++"....Bravo et bonne chance...
Mon poème en lice prix d'Automne..si le cœur vous en dit..bien entendu..
'' Le silence s'endort sous une nuit d'argent''
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-silence-s-endort-sous-une-nuit-d-argent

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une très belle histoire bien rendue grâce à votre écriture. Je vote.
"le coq et l'oie", sur ma page est en lice. Le soutiendrez-vous ? Merci !

·
Image de Erick Sergerit
Erick Sergerit · il y a
UNE AMBIANCE SURNATURELLE ET PRENANTE BIEN RENDUE
·
Image de Fleur de Tregor
Fleur de Tregor · il y a
Très belle histoire ! et si réaliste... la panique des gens qui se retrouvent dans un monde vide de voitures, de conducteurs qui partent en vacances, de stations-service désertes... C'était bien vu !
·
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
Palpitant ! Un excellent moment et je vous espère Lauréat.
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Je ne sais pas si vos espérances se réaliseront mais je vous remercie beaucoup pour ce commentaire très sympa!
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations! Mon vote! Mes deux haïku,
BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES,
sont en FINALE pour le Grand Prix Été 2016. Je vous
invite à les lire ou les relire si le cœur vous en dit, merci!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

·
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
Une très agréable lecture...
·
Image de Emma
Emma · il y a
Je découvre votre texte. J'ai passé un très bon moment de lecture avec votre famille Duval !
·
Image de Jean-Francois Guet
Image de Fantec
Fantec · il y a
Je me souviens très bien. J'avais beaucoup aimé.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mon vote confirmé! J'ai adoré votre texte!
·
Image de Chantal de Montella
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Vote confirmé. Bonne chance !
·
Image de Chantal de Montella
Image de Joelle Teillet
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bravo Kacy, je renouvelle mon vote en finale pour votre nouvelle.
Je suis en finale moi aussi avec mon TTC " Journal d'un rééduqué".

·
Image de Richard
Richard · il y a
découverte très agréable a lire!!!
mon vote
invitation a Jacques Duval dans mon château...

·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
J'avais adoré...bis!!!!
·
Image de Philshycat
Image de Philshycat
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Non seulement je revote, mais en plus je partage. Na !
·
Image de Chantal de Montella
Image de MissFree
MissFree · il y a
Mon soutien pour la finale!
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Récit flippant avec une chute qui vient habilement nous faire un pied de nez ! Un tour de roue en plus vers la destination !
·
Image de Chantal de Montella
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Oh, un merci sur les chapeaux de roue, surtout ne freinez pas ;-)
·
Image de Marie
Marie · il y a
Très prenant ! Un suspense réussi ! Mon vote.
·
Image de En_Passant_Par_La
En_Passant_Par_La · il y a
Eh bien ! vous savez faire monter le stress ! Mon vote!
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Quel suspens ! Arf, c'est vrai, comme les autres le disent aussi, on se croirait dans la Quatrième dimension (en couleurs hein !).
Félicitations pour ce travail d'écriture ! C'est excellent à lire !

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci beaucoup vraiment!
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
Excellent et prenant jusqu'à la chute surprenante!
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Le suspense est parfait ! Et quelle famille ... Bon, je ne pars pas avec eux en vacances, merci du voyage mais je m'arrête ici ...
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
merci pour votre commentaire..même si vous ne poursuivez pas le voyage!!!
·
Image de Pascal Siméon
Pascal Siméon · il y a
J'ai retrouvé cette sensation grisante qui me prenait dans les années 80 quand je regarderais la série "la 4ème dimension“... Vraiment très agréable !!! Merci et bravo !
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci beaucoup, vraiment!
·
Image de Joelle Teillet
Joelle Teillet · il y a
Super !! Sans plomb ;-)
·
Image de Chantal de Montella
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
merci beaaaaaaaaucoup
·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Flippant ! La quatrième dimension...
·
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Alors là, Kacy, Chapeau ! J'ai été bluffé du début à la fin par cette nouvelle dont l'intensité dramatique augmente progressivement. Je n'ai pas pu m'arrêter de lire, cherchant à comprendre, m'inquiétant de la fin, bref je m'y suis cru. Mon vote, des deux mains, des deux pieds et j'en passe.
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Un grand merci des deux mains, des deux pieds et j'en passe!
·
Image de JACB
JACB · il y a
La chute, un vrai régal! Bravo Kacy.
·
Image de Chantal de Montella
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Quel suspense bien mené et l'absurdité de la situation avec la répétition : Jacques Duval conduit... La chute est un vrai soulagment !
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire!
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Très jolie incursion dans la "Quatrième dimension". L'angoisse monte peu à peu jusqu'à la chute qui est une vraie surprise. Bravo !
·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
Merci beaucoup Patricia
·
Image de Philshycat
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Chapeau...rien à dire de plus que ce que les copains ont écrit, plus bas...
Reste l'auteur, qui doit tourner en rond lui aussi...un petit coucou au passage, non <?
Bah, tant pis....

·
Image de Chantal de Montella
Chantal de Montella · il y a
merci beaucoup pour votre commentaire. Désolée d'être aussi impolie mais je ne suis plus beaucoup venue sur ce site. je vais réparer ça et lire des textes à mon tour...à suivre
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
EX-CE-LL-ENT! Absolument génial! On lit votre histoire d'une traite! Bravissimo!
·
Image de Chantal de Montella
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Je confirme, c'est juste grandiose.
·
Image de Koan
Koan · il y a
pareil que fantec! j'ai beaucoup aimé , prise au jeu et angoissée par le sort des personnages, jusqu'à tentative de suivre la voiture bleue
j'espérais une issue pour cette petite famille sympathique!!!
la fin est classique dans le sens où on a déjà lu ça quelquepart,
ça vaudrait le coup de réfléchir à une autre fin! par exemple un jeu de simulation , le testeur de jeu vidéo ne fait plus la différence entre la réalité et l'écran ou qche comme ça ou la fin aurait pu etre un sauvetage,telle la fin d'un cauchemar (le cauchemar ayant pu etre provoqué par un accident de la route bien réel
mais c'était bon à lire quand même alors j'ai voté oui!

·
Image de Naliyan
Naliyan · il y a
Un vrai suspense bien entretenu. Bravo.
·
Image de Fantec
Fantec · il y a
J'aime bien ce récit qui tient son lecteur en haleine. On s'y croirait. J'avais l'impression d'être dans la voiture. Un peu déçue par la fin certes, mais il était difficile de trouver une fin "crédible" qui soit aussi vertigineuse que le reste du texte. Je salue la performance. Bravo.
·
Image de Élise
Élise · il y a
C'est fort bien. Original. je ne suis pas emballée par la fin, bon...
·
Image de Bisaigue12
Bisaigue12 · il y a
Je termine cette lecture soulagé tant j' étais embarqué. Bravo!
·
Image de Enèle-
Enèle- · il y a
Bien mené. Mon vote
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire poignante et émouvante un peu à la Poe, et bien écrite! Mon vote!
Mes deux œuvres, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES , sont en lice pour
le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les lire et les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

·
Image de Christiane Tuffery
Christiane Tuffery · il y a
Cette histoire est saisissante. Je suis allée vérifier pendant ma lecture dans quelle catégorie elle se plaçait (comme Joëlle. Je reconnais là, l'esprit féminin, lol). J'ai vécu le même stress que les passagers, les mêmes inquiétudes et me suis imaginée à leur place. Brr ! L'angoisse. Un 31 juillet avec aucune voiture sur l'autoroute, déjà, c'était pas banal et j'ai bien aimé les suppositions faites (barrages, manifs...). Ce petit garçon en a sous le talon ! Et il nous fait avec brio les portraits de ses compagnons de vie. Franchement, j'ai passé un bon voyage. Bravo. Mon vote !
Et si le coeur vous en dit : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/clostridium-botulinum

·
Image de Chatsometimes
Chatsometimes · il y a
Un petit goût de 4e dimension, une atmosphère qui se tend peu à peu, une ambiance bien mise en place, le genre d'histoire que j'aime bien quoi :-) Merci.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
En voyant la qualification "surnaturel" de votre texte je me suis demandée assez vite où vous alliez nous conduire ;-)
Et maintenant que j'ai terminé ma lecture, je me pose des questions : "l'accident" du circuit électrique des gosses présage-t-il ce qui va arriver à la famille, ce qui justifierait en effet le "surnaturel" annoncé ?
En tout cas, bon dimanche Kacy !

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je vois que tu n'as pas de réponse à ta question. Je me suis posé la même quelques instants mais, oui, ça me paraît assez évident en fait! Enfin, moi je l'interprète comme ça. Il est génial ce texte!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème