Une ombre au tableau

il y a
5 min
1851
lectures
618
Finaliste
Public
Image de Été 2018
« Mais alors... c'est... c'est vrai mon Pierrot ? » Les larmes naissantes de sa mère étaient pires que toutes les sentences de M. Tinchon, son maître d'école. Ses yeux maintenant plongeaient vers ses chaussures encore toutes crottées de sa traversée matinale. Faut dire qu'il avait traîné ce matin sur le chemin de l'école, comme souvent, depuis quelques temps et passer à travers champs avait été la seule solution pour éviter à nouveau les punitions en cascades : celles du maître, et bien sûr en rentrant à la maison celles de son père qui aurait doublé la mise. Mais aujourd'hui, le retard, ce n'était pas le sujet.
Ses doigts se tortillaient et pinçaient le tissu épais de son pantalon court. Il aurait aimé d'un bond se retrouver entouré par la chaleur de ses bras... La façon qu'elle avait de caresser ses cheveux bouclés tout en murmurant « mon Pierrot mon Pierrot » le sauverait de ce cataclysme !!!
OUI il s'agissait bien d'un cataclysme : là, dans le bureau du maître d'école, on venait d'annoncer à sa pauvre mère que cette année ne suffirait pas à lui apprendre à lire et même qu'on désespérait d'y arriver un jour... Monsieur Tinchon était formel, Pierrot ne faisait aucun progrès et ses lunettes vissées sur son nez, il déclara : « De toute ma carrière, je n'ai jamais vu une tête si dure ! Il n'arrivera à rien ! Maurice au moins, il essaie ! »

Avec effroi, Pierrot comprit qu'il allait rejoindre au fond de la classe, ce pauvre Maurice, « le grand dadet » comme on l'appelait. Il avait plus de dix ans et était un habitué du bonnet d'âne. Un jour, il s'en couronna la tête dès son arrivée en classe et alla s'asseoir, les yeux baissés, derrière son bureau. Cela avait fait beaucoup rire certains... mais Pierrot avait tout de suite senti une immense tristesse le submerger et les moqueries de Jean, le fils du maire, lui firent mal comme s'il avait pressenti très tôt que son sort ne serait pas meilleur.
Pourtant, tout avait bien commencé. Quand son père, un soir, plein de fierté et de solennité, lui avait annoncé qu'à la fin de l'été il allait prendre le chemin de la petite école du village, il était tellement ému ! Enfin, il allait rentrer dans ce nouveau monde, le monde des livres ! Depuis tout petit, il ne se lassait pas de feuilleter l'unique livre de la maison, c'était un livre, laissé là, par un lointain cousin de la ville, de passage, des années avant sa naissance. Personne n'y prêtait attention, on l'avait tout de même mis de côté au cas où cousin Alfred repasserait... La première fois qu'il découvrit l'objet, Pierrot n'obtint aucune réponse à ses questions. Ni sa mère ni son père ne voulurent en parler, il découvrit plus tard qu'ils ignoraient totalement le contenu du livre et pour cause...
L'école était bien obligatoire, mais ni l'un ni l'autre n'en gardaient un bon souvenir. La vie à la ferme avait repris ses droits avec des journées de labeur auprès des parents aux champs ou avec les bêtes. Les livres, ce n'était pas pour eux, mais à voir leur petit Pierrot s'amuser ainsi à tourner les pages, ils se dirent que l'instruction pouvait lui réussir. Cet enfant ne cessait de poser des questions et souvent, il les avait épatés de ses étonnantes remarques ! Quelle fierté pour eux, s'il parvenait à apprendre ! Le livre du cousin Albert, après avoir été clairement ignoré, résumait maintenant à lui seul toutes les espérances de ses parents. Il trônait d'ailleurs maintenant sur le buffet, à la place de la pendule offerte par la tante Yvonne pour leur mariage. Bientôt, bientôt, le petit lirait !
Pierrot y avait mis tout son cœur mais... rien n'y faisait, l'alphabet fut la première étape, certaines lettres semblaient lui tendre des pièges, pas moyen de différencier le P le B, et que dire du N du M ? Et allez comprendre pourquoi on avait donné des noms aussi bizarres à d'autres iksigrec... Surtout qu'après, quand on les mettait avec d'autres, le bruit changeait ! Et là justement ce fut terrible... Les lettres toutes ensemble !!! Comment ça pouvait marcher ?
Monsieur Tinchon lui avait pourtant répété et répété que les lettres se lisaient depuis sa main gauche vers la droite et pas l'inverse ! Pierrot passa des heures à chercher un indice... Il avait beau les regarder, laquelle s'appelait droite ? Pierrot reconnaissait toutes les vaches du troupeau en un seul regard mais là... Quelle idée de nommer ses mains, elles étaient pour lui bien égales. Et pourtant il apprit encore là une chose très singulière : une seule avait le droit de tenir la plume, oui et c'était la droite qui avait remporté l'affaire ! Quel casse tête, surtout que lui, apparemment, s'obstinait à saisir en premier la main reléguée à la tenue du cahier ! Son excitation d'apprendre ne tint que quelques semaines, et bien vite le chemin de l'école s'apparentait plus à l'antichambre des supplices qu'à une promesse de bonheur à découvrir les secrets de la lecture ! Rien n'y faisait, les lettres, les syllabes, les mots lui résistaient malgré toutes les tentatives désespérées du maître de l'école, grand spécialiste de la lecture. Les mains sur la tête ou enfoncées dans les poches de sa blouse grise, le maître ne savait plus quoi faire et soupirait... Un matin, le mot fut prononcé : « Tu es bien un âne ! » Pierrot fut pris de vertige et s'évanouit sous une pluie de bonnets d'âne tout droit sortis de ses pires cauchemars. En plus d'être traité d'idiot, il fut même traité de fillette dans la classe suite à son malaise...

Le livre du cousin Albert fut dépoussiéré pendant plusieurs années puis on décida qu'il était temps que l'horloge de Tante Yvonne reprenne sa place sur le buffet. À quatorze ans, il reprit le chemin des champs à temps complet.

Pierrot était un très bon fermier, il prit la suite de ses parents et son exploitation était citée en exemple dans la région.Il rencontra un soir au bal du village, une jolie Marinette qui ne résista pas longtemps aux regards amoureux de Pierrot. Après leur mariage, ils accueillirent dans leur foyer un petit Antoine, puis suivirent Louis et Jeanne. Mais lorsque vint le moment pour l'aîné de rentrer à l'école, les souvenirs de cet épisode si douloureux de son enfance remontèrent à la surface : ses années passées à essayer de percer le secret de la lecture sans y être vraiment arrivé, la déception de ses parents... Il pensa pendant très longtemps qu'aucun autre enfant n'était né après lui par sa faute, il leur avait causé tant de peine. Il ne put accompagner son fils le premier jour de classe. La blessure ne s'était jamais refermée. Marinette avait compris sa douleur cachée, elle, qui avait appris. Elle l'avait aidé dans toutes les démarches administratives et c'est ainsi qu'ils avaient pu développer l'exploitation familiale.
Malheureusement la malédiction semblait frapper une nouvelle fois, Antoine montrait des difficultés lui aussi... mais cela prit une tout autre tournure. La nouvelle enseignante, arrivée cette année de la grande ville, leur expliqua que leur Antoine devait être aidé par un spécialiste, qu'il était très intelligent mais que l'apprentissage de l'écrit nécessitait un accompagnement et : oui, il pourrait apprendre à lire !
C'est ainsi que chaque semaine Pierrot s'échappait de ses obligations à la ferme pour emmener son fils au rendez-vous. Il ne l'aurait raté pour rien au monde, comme une revanche sur sa propre histoire. Il leur fallait toute une journée pour ça, le train, le bus et la même chose pour le retour. Qu'importe ! Pierrot s'émerveillait et voyait dans le regard de son Antoine un bonheur grandir séance après séance. Cela dura de longs mois.
Un soir, Pierrot ressortit du fond d'un carton poussiéreux un ouvrage qu'il connaissait sur toutes ses coutures, les pages avaient jauni mais l'émotion était intacte quand il le feuilleta. La couverture avait un peu perdu de sa splendeur mais on pouvait encore y voir cette gravure incroyable d'un monstre marin plein de tentacules... et un homme la regardant à travers un hublot.
Une petite voix se fit entendre au dessus de son épaule : « Vingt mille lieues sous les mers ».
Jules Verne. Enfin, le livre allait dévoiler tous ses secrets. Pierrot pouvait jeter tous ses bonnets d'âne dans la grande corbeille noire de son école.

618

Un petit mot pour l'auteur ? 306 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eric Lelabousse
Eric Lelabousse · il y a
L'ex directeur d'école que je suis a vraiment aimé la justesse et l'émotion de ce récit. Bravo
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci beaucoup pour votre lecture et votre commentaire, je suis ravie que l'émotion ait été au rendez-vous, c'est toujours ce qui me motive ! Merci encore !
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Lire la voie royale vers l erudition la liberté l emancipation l imaginaire la culture...et cette voie vous vaut mes voix bravo. Invitation cordiale à venir lire mes deux textes en competition. Amicalement.
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Grand merci Hervé d'être passé me lire et de me soutenir ! Deux textes ...bravo !
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit qui me parle. Bonne chance.
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci Virgo34 pour votre soutien ! La chance est déjà là. ..ptit Pierrot a atteint la finale !!! Belle journée à vous
Image de Steph B-run
Steph B-run · il y a
J ai voté !!! Je croise les doigts... :) jolie récit..
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci Steph !!! Très contente et touchée que tu sois passée me lire !!! A bientôt j'espère
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Joli texte sur les ravages de la dyslexie. Mes voix.
Et une invitation à découvrir un texte un peu sombre : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/papy-rolling-stones

Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci Noels pour votre soutien et votre commentaire !
Image de Isabelle Is'Angel
Isabelle Is'Angel · il y a
Mes votes avec un grand plaisir ....
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci Chtitebulle! Ça me fait gramin plaisir !!!
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Très émouvant, cet apprentissage de la lecture, Pierrot enfant, puis adulte, puis cette revanche, avec son fils, mes 5 voix, je vous propose, uniquement si le polar très sombre vous sied: violent parfum acide;
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci beaucoup pour votre soutien et votre commentaire ! J'irai dès que possible sentir votre parfum acide ! Belle journée à vous
Image de Emmanuel Alix
Emmanuel Alix · il y a
agréable lecture , j'ai voté . Vous proposant de découvrir et peut être voter pour mon texte 'le mystère du mélange des couleurs'
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci d'être passé(e) me lire ! Voyons ce mystère...
Image de Thara
Thara · il y a
Re-vote...
Bonne chance pour votre texte !

Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci beaucoup Thara pour votre soutien confirmé ! Mon petit Pierrot est en finale c'est déjà une jolie récompense !
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Bravo pour ce récit utile qui dit les choses simplement mais qui les dit bien
Image de Annyvonne
Annyvonne · il y a
Merci Sylvie! Je suis très contente de ce partage ! Belle fin de journée à vous !

Vous aimerez aussi !