8
min

Une momie à l'école

Image de Quentin Piton

Quentin Piton

9 lectures

0

Chapitre 1
Adam est sous le choc. Madame Boulu, la maîtresse, vient d'entrer dans la classe avec une nouvelle élève à ses côtés. Cette élève ne ressemble à aucune autre fille. "C'est une momie !" pense Adam en la regardant. Et il n'est pas le seul.
Tous ses camarades ont le visage figé, les yeux ronds et la bouche grande ouverte, prête à gober les mouches. Eudes s'est même glissé sous sa table. De ses cheveux jusqu'au moindre petit orteil, le corps de cette mystérieuse inconnue est recouvert de bandages. Seuls ses yeux, ses lèvres et son nez sont visibles.
La maîtresse s'exclame :
- Les enfants, je vous présente Emma. Je veux que vous lui réserviez un très bel accueil. Elle et sa famille viennent d'emménager dans notre ville.
La momie tourne lentement la tête en direction des élèves et plisse les yeux afin de les examiner. Ses poings sont également serrés. Est-elle en train de faire une sélection pour son prochain repas ? Cette question inquiète la classe. Personne n'ose détacher son regard d’elle par peur de se faire attaquer.
La maîtresse, qui n'a jamais vu sa classe dans un tel état, reprend :
- Hum. Les enfants, ce n'est pas une façon d'accueillir votre nouvelle camarade. La moindre des politesses est de lui dire « bonjour ».
- ‎Bonjour, répondent les enfants, la voix tremblotante.
La momie fait un signe de la main pour les saluer à son tour. Tout le monde sursaute.
- Très bien, continue la maitresse, qui parmi vous souhaite partager son bureau avec Emma ?
Un lourd silence règne dans la pièce, seulement interrompu par le claquement des dents d'Eudes. Certains élèves fixent le sol des yeux pour ne pas croiser le regard de Madame Boulu, tandis que d’autres tirent discrètement leurs bureaux en arrière pour s'éloigner. À l'évidence, personne ne veut s'approcher de la momie.
Personne ? Ce n’est pas tout à fait vrai. Intrigué par cette nouvelle élève, Adam lève finalement la main devant les regards horrifiés de ses camarades :
- Moi, madame ! Mon bureau est assez grand pour deux.
Le visage de la momie rougit à travers ses nombreux bandages. Un détail qui n'échappe pas à la vigilance d'Adam.
"C'est étrange, pense-t-il. Une momie n'est pas capable de rougir. Il y a quelque chose de louche."

Chapitre 2
Un cartable, une trousse, des crayons de toutes les couleurs... La momie est aussi bien équipée que n'importe quel autre élève de la classe, ce qui surprend Adam. Il a du mal à imaginer de telles créatures faire les courses : « Ça veut dire qu'elles mangent aussi des légumes ? » Cette éventualité lui glace le sang.
Pendant que sa voisine installe ses affaires sur sa partie du bureau, il se penche discrètement dans sa direction pour sentir son odeur.
"Snif, snif".
- Grrrrrrrrrr.
La momie n'apprécie pas de voir son nez planté au milieu de ses bandages et sort ses dents en guise de menace.
Gêné par la situation, Adam s'excuse :
- Je suis désolé. Je voulais simplement connaître ton odeur. Il parait que les momies sentent mauvais à cause de leur embaumement.
- Grrrrrrrrrr.
Peu disposée à discuter, la momie lui dévoile à nouveau ses menaçantes canines. Mais cela n’inquiète pas Adam pour autant. En un coup d'œil, il inspecte ses gencives, l'émail de ses dents et leur propreté. Comme son papa est dentiste, il sait exactement où regarder. Et ce qu'il découvre l'étonne au plus haut point.
Une nouvelle fois embêtée par l'invasion d'Adam, la momie se rapproche de son visage. Leurs deux nez se touchent. Elle fronce alors ses sourcils et prononce le plus impressionnant grognement du monde.
"GRRRRRRRRRR !"
Tout le monde sursaute dans la classe, même la maîtresse. Seul Adam continue de sourire.
Vexée de ne pas réussir à lui faire peur, la momie change de tactique. À l'aide de ses fournitures, elle construit un mur sur le bureau afin de séparer leur partie. De cette façon, il ne pourra plus l'embêter.
Adam hausse les épaules :
- ‎Très bien, j'ai compris, tu ne veux pas parler. De toute façon, je sais que tu n'es pas une vraie momie.
Surprise par cette affirmation, la momie se fige. Ses doigts se crispent et brisent en deux son crayon de bois. L'un des morceaux vol au-dessus de nombreuses têtes et se plante sur le bureau d'Eudes, qui se réfugie immédiatement sous sa table.
A travers un trou dans le mur de fournitures, Adam a tout vu de cet exploit. Pourtant, malgré la force redoutable de sa voisine, il ne se dégonfle pas.
- Tu sais comment je sais que tu n'es pas une momie ? Ton cartable est neuf, son étiquette est encore dessus. Mais les momies ne gagnent pas d'argent, donc elles ne peuvent pas faire de courses. Et puis tes cheveux sentent le shampoing à la fraise alors que les momies empestent comme des poubelles.
Sa voisine l'écoute attentivement. Son poing est serré et c'est Adam qu'elle veut désormais casser en deux.
- Aussi, tes dents sont parfaites et ton haleine est fraîche. Depuis quand les momies utilisent-elles du dentifrice à la menthe ?
Elle commence à s'agacer. Un léger grognement résonne à l'intérieur de ses bandages.
- Enfin, tu as un joli nez rond. Mais les momies sont connues pour se décomposer et dégouliner de vers de terre. Tout l'inverse de toi.
"Joli nez". Ces mots font rougir Emma, touchée par ce compliment. Mais Adam, trop heureux d'avoir démasqué sa voisine, ne le remarque pas et insiste.
- Alors ? Qui es-tu réellement ? Pourquoi tu joues au monstre ? Tu es bizarre comme fille, tu le sais ça ?
La momie ne dit rien. Mais pendant qu'Adam imite son grognement, des larmes coulent le long de ses joues, prêtes à détruire ses bandages. Elle se lève brusquement de sa chaise et sort de la classe en courant.
La maîtresse reste sans voix. Sans lui laisser le temps de réagir, Adam se lève à son tour et crie à son attention :
- Elle s'est renversée de l'encre sur les mains. Je vais l'aider à trouver un lavabo.
Il court à la poursuite d'Emma, des remords plein la tête.

Chapitre 3
Dans la cour de récréation, Adam remarque la présence de morceaux de bandage sur le sol. Ils sont tombés durant la fuite de la momie. Il décide de les suivre afin de la retrouver. Après plusieurs minutes d'enquête, il arrive enfin devant les toilettes des filles.
Il s'approche d'un pas hésitant et demande :
- Tu es là ? Je peux entrer ?
Elle ne répond pas mais il l'entend renifler.
- Je suis désolé si je t'ai vexée.
Adam entre discrètement dans la pièce et aperçoit la momie assise sur le sol. Les bandeaux qui cachaient ses joues, son menton et son front ont disparu. Il découvre alors quelque chose d'étonnant. La peau noire d'Emma est également recouverte de nombreuses tâches blanches.
Emma, qui se sent dévisagée, lui crie dessus :
- Tu es content ?! Toi aussi tu as vu le "monstre" ! Tu vas pouvoir te moquer de "la fille bizarre", comme tous les autres !
Elle éclate en sanglots. Adam regrette instantanément ses paroles malheureuses de tout à l'heure.
- Quand tu dis "le monstre", tu parles de toi ?
- ‎Tu vois quelqu'un d'autre ici ?
- Non... Mais je ne comprends pas. Tu ne ressembles pas à un monstre. Je sais de quoi je parle, je passe mon temps à les dézinguer dans mon jeu vidéo.
Son sourire réconfortant trouble Emma. Elle s'attendait à subir des moqueries de sa part.
- Pourtant, regarde ma peau, regarde mes tâches. Je ne suis pas "normale".
- ‎Quoi ?! Mais bien sûr que si, s'offusque Adam. Demander du rab de choux de Bruxelles à la cantine, ça ce n’est pas normal. Mais tes tâches sont jolies.
Il s'approche de sa voisine et lui tend un rouleau de papier toilettes.
- Merci, lui répond Emma en séchant ses larmes.
Après quelques minutes d'hésitation, Emma accepte finalement de se confier. Elle a une maladie appelée le Vitiligo. Ça veut dire que sa peau change de couleur par endroit. Elle s'éclaircit. C'est ça qui donne l'impression qu'elle a des taches sur tout son corps. Et c'est parce que les élèves de son ancienne école se moquaient de sa peau, que sa famille a décidé d'emménager dans cette ville.
- Ils m'appelaient "la vache" ou "le zèbre" à cause de mes taches, explique Emma. Et quand ils voulaient être vraiment méchants, ils me surnommaient "le monstre" ou ils m’ignoraient volontairement durant des heures.
Adam est révolté par son récit. Il ne comprend pas comment quelqu'un peut se comporter aussi méchamment avec une autre personne.
- Tu sais quoi ? Ce sont eux les monstres. Pour oser dire de telles choses, il ne faut pas avoir de cœur, comme les momies.
Emma retrouve le sourire.
- Allez viens, on retourne en classe. Je vais te révéler un secret.

Chapitre 4
Un grand silence règne dans la classe lorsque Adam et Emma, débarrassée de ses bandages, reprennent leur place. Afin d'éviter tout malaise, Adam s'exclame d'une façon solennelle :
- Bonne nouvelle, il n'y a plus de momie parmi nous. Voici Emma, la fille la plus vivante du monde.
Sa petite blague fait rire les élèves qui répondent en chœur :
- Bonjour Emma la vivante !
Puis, comme si de rien n'était, la maîtresse reprend son cours et les élèves retrouvent leur sérieux.
- Tu vois, pas la peine de te cacher derrière un déguisement. Personne ne te jugera ici, explique Adam. On a tous nos différences. C'est grâce à elles que nous sommes uniques.
Emma se tourne en direction des autres élèves. A chaque fois qu'elle croise un regard, elle a le droit à un sourire en guise de réponse.
- Au fait, c'est quoi le secret que tu voulais me révéler ?
- ‎C'est ça, répond Adam en pointant du doigt les élèves.
- ‎Je ne comprends pas.
Il lui présente un à un ses camarades de classe.
- Elle, c'est Chloé. Mais elle se surnomme "Cléopâtre" à cause de son grand nez. Le garçon devant le bureau de la maîtresse, c'est Étienne. On l'appelle "Le chêne" parce qu'il est aussi grand qu'un arbre. Au fond de la classe, c'est Eudes "le claquettiste". Il a peur de tout et quand il panique, il claque des dents. Parfois, pour rigoler, il organise des spectacles de claquettes à la récré.
- Vous avez tous des surnoms ? s'étonne Emma.
- ‎Oui et chacun choisi le sien.
- ‎Et personne ne se moque de vous ?
- ‎Bien sûr que non.
Adam lui explique que le surnom n’est pas seulement lié à une différence, mais aussi à la personnalité de chacun.
- Chloé rêve de diriger un pays, comme Cléopâtre avec l’Egypte. Etienne est passionné par la nature et veut devenir arboriculteur.
Il lui présente ensuite Arnaud, un jeune garçon aussi rond qu'une boule de glace à la vanille.
- C'est le "Cuistot" de la classe. Il nous prépare de délicieux gâteaux. C'est sa gourmandise qui lui a donné l'amour de la pâtisserie. S'il n'était pas gourmand ou si on s’était moqués de son poids, il n'aurait peut-être jamais développé son talent pour la cuisine. Et il n’y aurait jamais eu de gâteaux à se partager lors du goûter.
Pour la première fois depuis longtemps, Emma se sent à sa place. Elle comprend qu’être différent possède des avantages.
- Mais toi, c'est quoi ta particularité ? Tu sembles normal.
Adam grimace.
- Moi, normal ?! Beurk, non merci, répond-t-il en feignant d’être dégoûté. On me surnomme "passe-temps". Je bégaie parfois quand je suis stressé ou excité. Je peux mettre du temps à faire des phrases.
- ‎Je suis désolée, répond Emma.
- ‎Au contraire, c'est génial. Je suis le héros de toute la classe. Je contrôle le temps. Quand on doit réciter une poésie, je fais exprès de passer en premier. G-g-grâce à mo-mo-mon bég-g-gaiement les autres n'ont pas le temps de passer après moi, révèle fièrement Adam.
Les deux élèves rigolent.

Chapitre 5
La sonnerie annonce l'heure de la récréation. Emma n'a pas le temps de mettre un pied dehors que tous les élèves s'affairent autour d'elle.
"Tu viens d'où ?", "Pourquoi t'étais déguisée en momie ? ", "Tu pensais que c'était Halloween ?", "Tu peux bronzer sur tes taches blanches ?"
Cette dernière question amuse beaucoup Emma. Elle ne l'avait encore jamais entendue. Adam avait raison, les élèves de cette classe sont très sympathiques.
Elle leur raconte son histoire, de sa maladie jusqu'aux moqueries de son ancienne classe. Une larme conclut son récit, dans un silence de cathédrale. Puis, dans un même élan, les élèves se rapprochent d'Emma pour la consoler. Personne ne dit un mot, mais elle le sait : elle est leur amie désormais. Une nouvelle larme coule sur sa joue, mais c’est une larme de joie cette fois-ci.
Au même instant, Adam s'exclame :
- J-j-j'ai u-u-ne id-idée !
Il calme son excitation afin de contrôler son bégaiement et déclare :
- On doit faire notre photo de classe la semaine prochaine. Pourquoi ne pas en profiter pour se déguiser ?
- ‎Oui, mais en quoi ? demande Etienne.
- C'est simple, chacun pourrait choisir un déguisement en rapport avec son surnom. Par exemple, Arnaud pourrait se déguiser en pâtissier et Chloé en reine d'Egypte.
Il se tourne en direction d'Emma et ajoute :
- De cette façon, on montrerait à tout le monde que nous sommes fiers de nos différences.
Ses camarades applaudissent chaudement cette idée. De retour en classe, chacun pense à son futur costume et partage son idée à son voisin. Pourtant, malgré l'excitation ambiante, Emma reste silencieuse.
- À quoi penses-tu ? s'inquiète Adam.
- Et moi, je me déguise en quoi ? Je n'ai pas envie d'être une vache. Je ne trouve pas ça drôle.
Adam pose son doigt sur son menton et réfléchit. Soudain, ses yeux s'illuminent.
- Je sais !

Chapitre 6
Une semaine s'est écoulée. Les élèves entrent dans l'école vêtus de leurs plus beaux costumes sous le regard médusé des passants. C'est le carnaval avant l'heure.
Arthur est déguisé en fourmi, son insecte préféré. Comme elle, malgré sa petite taille, il possède une force incroyable.
Hélène est déguisée en espionne. Grâce à ses grandes oreilles, elle est capable d'entendre toutes les discussions.
Julien est déguisé en médecin. Il est si maladroit qu’il passe ses week-ends à l’hôpital. Maintenant, il connaît le corps humain par cœur.
Morgane est déguisée en bucheronne. À l'aide de ses grandes dents aiguisées, elle est capable de tout découper.
Tandis que les élèves contemplent leurs déguisements, la porte de la classe s'ouvre avec fracas. Adam, déguisé en super-héros, entre avec hâte et annonce :
- Faites place à la plus talentueuse de toutes les peintres.
Emma apparaît derrière son dos et provoque l'admiration de ses camarades. Elle est habillée d'une blouse blanche recouverte de peintures. Il y en a aussi sur son visage, ses mains, ses bras... Ses propres tâches forment un mélange harmonieux avec les couleurs de peinture qui pétillent. Elle ressemble à un arc en ciel sur jambes.
C'est en remarquant les dessins d’Emma sur l'un de ses cahiers, qu'Adam avait découvert son côté artistique.
- Tu ne dois pas avoir honte de tes tâches, lui avait-il dit. Elles font ressortir ta personnalité d'artiste. Les dessinateurs ou les peintres ont toujours des tâches d'encre et de peinture sur eux quand ils travaillent. Comme toi.
Pour compléter son déguisement, Emma est venue avec l'une de ses créations. Il s'agit d'un tableau qui représente tous les élèves de la classe. Adam est émerveillé.
- Plus besoin de faire la photo de classe. Ta peinture est encore plus belle.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème