3
min

Une longue nuit

Image de Julie Cedo

Julie Cedo

302 lectures

36

Il attend dans le noir. Seul. Il attend dans une obscurité aussi sombre, aussi brouillée et aussi triste que celle de son propre cœur. Seul. Il ne compte plus les heures, il ne compte plus les jours, il ne compte plus les mois. Le temps s’est arrêté. A présent, il n’y a plus rien. Tout est vide, tout est creux. Il a cessé d’exister. Épave ! Seule la douleur vit. En lui. Autour de lui. La douleur. Il a mal. Ce sont des remords qui coulent dans ses veines, des cris, qui résonnent dans son corps, de la mélancolie, qui le submerge, de la haine, qui l’étouffe. Il a mal.
Il attend dans le noir. Seul. Dans sa tête, des voix. Des milliers et des milliers de voix. Qui chantent, qui susurrent, qui tournoient en riant. Dans sa tête, des voix. Il s’égare. Chaque jour le monde tourne et se renverse, tourne et se renverse. Il perd le fil. Il ne sait plus. Nuit ? Peut-être. Jour ? Sans doute pas, le soleil ne vole plus depuis longtemps dans cette cage qu’il appelle son ciel. Et dans sa tête. Toujours ces voix. Migraine ! Même au silence, il n’a pas droit. Mort vivant ! Naufrager torturé ! Mais que faire dans un ciel aveugle transpercé de couteaux rouillés ? Endurer. Sans rien faire, sans rien dire. Endurer. Attendre dans le noir la fin d’un martyr et l’arrivée d’un nouvel avenir. Attendre et puis souffrir.
Il attend dans le noir. Seul. Les murs hurlent, eux aussi. Scandent, en rythme, sans jamais s’arrêter, sans jamais s’essouffler, le même mot : meurtrier. Meurtrier, meurtrier, meurtrier. Il ricoche, ce mot. Partout, partout. Sur les barreaux, sur le sol, sur ses bras, dans son cœur et dans ses yeux. Meurtrier, meurtrier, meurtrier. Il ne pourra jamais oublié. Pas ici. Jamais. Il a mal. Il a mal. A en perdre la tête. A s’en exploser le cerveau. L’absence de silence le rend fou. L’ombre le rend fou. Sa peine le rend fou. Et pourtant. Quelque part, loin, très loin, au plus profond de sa chair, de ses os, au plus profond de sa haine, de ses regrets, loin, très loin, au plus profond de son être, une lumière, une toute petite lumière qu’il commence à oublier brille sans rien dire. Elle attend dans le noir, elle aussi. Elle a appris à attendre et à souffrir.
Il attend dans le noir. Seul. Dans ses couvertures, sur le lit de bois dur, au plafond, sur la serrure de sa cage, des reflets du passé. Dans l’ombre naissent d’autres ombres. Elles le hantent. Des visages. Partout. Des visages. Qui sourient. Les visages de ses amis. Des visages. Partout. Des visages et parmi eux, un qui se déforme. Un visage. Blême. Le visage de son ennemi. Haine, haine, haine. C’est la haine qui l’envahit. Il a mal. Folie, folie ! Qu’ils se taisent, qu’ils disparaissent ! Folie ! Au diable ces ombres dans ce lit.
Il attend dans le noir. Seul. Seul, avec les plusieurs faces de lui-même. Combien de temps, combien de temps ? Il ne sait pas, il attend. Comme cette flamme qui se cache quelque part en lui. Il attend. Pour le moment, le noir brille dans le noir.

Depuis des années, il se sent tomber. Depuis des années, il se sent sombrer. Vent de folie, vent de lucidité. Il rêve de silence et de liberté.
Claquement de porte et voix qui ricoche quelque part. Porte véritable, voix humaine. Un visage, un vrai, qui s’approche. Les voiles noirs s’agitent. Un visage, un vrai, qui s’approche. Réalité qui apparaît.
Enfin. Enfin. C’est ce qu’il a envie de crier. Enfin.
« Bonjour monsieur, pourrais-je jeter un œil à votre journal ? Je m’ennuie, ici. J’en oublie le monde et le monde m’oublie. »
Page qui vole. De l’encre noire. Une photo. Une famille. Des visages qui transpirent le bonheur. De la lumière. Pas d’ombres. Un rat.

Il attendait dans le noir. Seul.
Il attendait.

Sur les rochers, un chien noir hurle sans s’arrêter. Il hurle pour la liberté. Les rayons clairs de la lune caressent son pelage. C’est la première fois depuis longtemps. Sur les rochers, un chien noir hurle sans s’arrêter. Son pelage est sombre mais dans son cœur sa flamme de vie s’est rallumée.
Il attendait dans le noir. Seul. Et puis, sans s’en apercevoir, malgré lui, il s’est souvenu. Il s’est souvenu de quelque chose, d’une petite fleur. Une petite fleur qui s’appelle l’espoir.
Sur les rochers, un chien noir hurle sans s’arrêter. Il goutte à la liberté. Il se tait. Il goutte au silence. La lune le couve de ses yeux doux. Pendant une poignée de secondes, il n’a plus mal. Il vit.

Sur les rochers, Sirius Black court. La prison s’efface derrière lui. Lointain souvenir. Il s’éloigne lui aussi. Le chien disparaît dans l’obscurité.

PRIX

Image de Harry Potter 2016

Thème

Image de Fanfiction Harry Potter
36

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Moeun Touch
Moeun Touch · il y a
Très bien décrite cette triste scène à la limite du morbide, façon poésie, dans une cadence juste comme il faut. Bravo.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bonjour Julie, je passe te lire trop tard car tu n'as pas été choisie pour la finale. Sans doute ont-ils préféré des textes qui ratissent plus large, comme on dit. Le tien a des qualités littéraires que je ne retrouve pas chez certains finalistes, son style est hypnotique avec ses répétitions volontaires en forme de leitmotiv obsessionnel et ses images frappantes et torturées. Et il comporte une chute surprenante. Bravo pour ton écriture toujours aussi soignée et prometteuse.
·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Bonjour Fred, merci d'être passé alors que le prix est terminé ! Merci pour ce commentaire encourageant. Je suis contente que vous ayez aimé lire ce petit texte :)
·
Image de Kara Lee-Corn Smith
Kara Lee-Corn Smith · il y a
Tout comme Elou, je suis dépitée des choix opérés par les lecteurs et le jury... Ton œuvre est superbe, et avait bien plus de mérite que certaines en finale... Mais bon, peut-être justement que ta nouvelle est trop "personnelle" trop fine, trop acerbe, pas assez "grand public"... C'est bien dommage quand même, et ça dégoute un peu de participer... M'enfin, tu fais partie de mes nouvelles préférées, même si ça ne console pas trop...

bises weasleysques ;)

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Oh tu sais Kara, voir quelqu'un poster un commentaire alors que le prix est fini pour moi c'est un bien beau cadeau ! Merci du compliment, merci d'avoir aimé ce texte ! Comme tu l'as si bien dit, mon texte est personnel est pas grand public comme 100% de mes textes, c'est sans doute un défaut comme une qualité. Généralement, soit ça passe, soit ça casse. J'ai l'habitude ahah.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
En tombant par hasard sur une fic sur Sirius, je me suis rendue compte que toi non plus tu n'avais pas été retenue pour la finale...
Comme pour Chupee Chan, comme pour Ielenna, Dame Licorne, Kara Smith, Lola Léonard et bien d'autres, je suis consterné.
Un tel manque de goût de la part des lecteurs (mais pas que !) donnerait presque envie de se pendre...
Sache que moi, je n'oublierai pas ton texte et, l'année prochaine, si tu tentes le coup de nouveau, j'attendrais ta participation avec impatience !

Mais sinon, il faut que je te dise : "ma chérrrrrie ! tou n'y es pas dou tout !!! Pour gagneeer dans ce concours ! Il faut faire de l'émotionnel, du larmoyant, de la gimauve à n'en plus pouvoir !! Qu'est- cé qué tou as essayé dé faire en nous proposant un truc sombre et intello ? Tou as oublié que l'âge des lecteurs ne dépasse pas vingt ans !!! Oublie l'écritoure intelligente et charge la moule sour le capital Kleenexxxx. Et ainsi tou gagneras peut-être !!!"

Non, sérieux, j'ai beau en rire, mais je reste dégoûté. Ça donne pas envie de lire les finalistes que je n'ai pas encore lus...
Bonne chance pour la suite.

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Oh merci Elouan, c'est très gentil d'être repassé ici ! Tu sais, je m'y attendais. J'ai volontairement pas fait appel à mon réseau facebook. Je le fait jamais pour mes textes. J'ai pas envie d'accéder à la finale grâce aux votes de personnes qui ont voté parce qu'on le leur a demandé. x) C'est un choix.
En tout cas bonne chance pour la finale et à l'année prochaine !

·
Image de Juliette Marjani
Juliette Marjani · il y a
Merci pour la poésie de ce texte rythmé par le refrain "Il attend dans le noir. Seul."
J'aime particulièrement certaines tournures de phrase comme "le noir brille dans le noir", dommage pour les coquilles "Il [goûte] à la liberté. Il se tait. Il [goûte] au silence."
J'ai eu le temps de m'interroger sur l'identité du narrateur, jusqu'à votre citation du rat, le suspense est bien conservé jusqu'à la fin.
Pour moi, une agréable lecture.

Je vous convie à lire mon texte également: http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-potter-qui-en-cachait-un-autre

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Merci pour ce commentaire constructif ! La répétition du verbe goûter était volontaire. Je l'ai faite parce que je voulais insister sur le fait qu'il n'a plus eu droit à la liberté ET au silence depuis longtemps. Visiblement, le pari n'est pas réussi. Appelons donc cela une maladresse plutôt qu'une coquille, puisque c'est quand même un choix que j'ai fait ! :')

J'irai lire votre texte dés que possible ! :)

·
Image de Juliette Marjani
Juliette Marjani · il y a
Ce que j'appelle coquille est la faute de frappe au verbe goûter dans votre texte: on écrit "il goûte à la liberté" et non pas "Il goutte à la liberté".
Quant à la répétition volontaire du verbe, elle donne une jolie note poétique à votre conclusion. Elle m'a beaucoup plu.

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Oh mon dieu, je n'ai même pas vu qu'il y avait de "t" même après que vous l'ayez souligné ! Ahahah
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
"Pour le moment, le noir brille dans le noir."

Oh Merlin, j'ai eu des frissons en lisant cette phrase =D ! Je pense qu'elle va longtemps rester gravée dans mon esprit celle-là ^^
Franchement, bravo ! J'ai commencé à lire le texte, puis j'ai arrêté et j'ai recommencé, parce que je n'avais pas le bon rythme. J'entendais la voix dans ma tête, lente, grave puis plus rapide, hésitante, saccadée, angoissante, haineuse... J'ai tout de suite deviné que c'était Sirius, parce que c'était la voix d'un esprit dément, un esprit enfermé dans une prison si terrible qu'elle empêche tout repos, même le plus infime...

Juste "wow"... je suis soufflée ^^

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Une très belle réaction ! Je suis vraiment heureuse que tu aies entendue la voix de l'esprit dément ! C'est l'une des voix que je voulais que l'on entende. Quand je te lis, j'ai l'impression d'avoir réussi à retranscrire ce qu'un prisonnier d'Azkaban pouvait ressentir, du coup, je suis contente ! :P
·
Image de Manon
Manon · il y a
+1
J'adore Sirius Black et j'ai bien aimé ton style d'écriture :)
J'ai moi-même écris une fanfiction sur Sirius si ça te dis http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/de-l-autre-cote-du-voile
bonne chance pour la suite :)

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Merci ! Ah Sirius, mon personnage préféré... ^^ J’essaierai de passer !
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une très grande efficacité, comme d'hab., pour exprimer le désarroi, le doute et la solitude .
·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Merci Miraje, venant de toi, ça fait toujours plaisir !
·
Image de Richard
Richard · il y a
quel talent! j'ai adoré, vraiment...
mon vote
invitation dans "mon chatêau" ma 1ère nouvelle, une autobiographie... ;-)

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
Merci beaucoup pour le compliment ! Je passerai dans votre château avec plaisir, il faut simplement que j'en trouve le temps ! :)
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Quelle imagination ! C'est un un très bon texte. J'ai eu beaucoup de plaisir à le lire ! Je vote et vous souhaite Bonne chance !.
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-coq-et-l-oie Merci de Votre soutien en finale avant le 20 comme d'autres fans de H.P. l'ont fait. Merci !

·
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
J'ai vu un copié collé de votre commentaire dans quelques autres textes donc bon... Je vous prie de m'excuser, mais je n'aime pas les commentaires qui n'ont pour seul objectif la visibilité d'une oeuvre. Tout est dit.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Coucou !!
Cette page serait-elle désertée ? Pas de remerciement ? Rien de rien ?
je compte au minimum sur ta visite, .. La finale a lieu dans 8 jours !
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-coq-et-l-oie
Un soutien serait le bienvenu. Merci d'avance !

·