2
min

Une étrange coïncidence.

Image de JEL

JEL

2 lectures

1

-”Noa, sors un peu de ta chambre !”
Nathalie est une mère très protectrice, elle ne supporte plus que son fils s’isole, se coupe du monde. Noa, âgé de 8 ans, vit avec elle dans une grande maison en Bretagne. Il est brun aux yeux bleus et a une grande passion pour les animaux. Deux ans auparavant, son père décède dans un tragique accident de la route. Depuis, Noa est très renfermé sur lui-même. Tous les soirs, en rentrant de l’école, il s’enferme dans sa chambre et joue avec sa peluche préférée, un cadeau de son père.

Ce soir là, Noa ne retrouve plus sa peluche, il la cherche partout. Il s’aperçoit qu’il n’a pas encore regardé dans le coffre. En l’ouvrant, il trouve une photo sur laquelle il aperçoit une personne vêtue de noir dans une voiture mystérieuse. En arrière plan, il reconnaît la forêt de Aldaïra. Celle-ci est connue : les personnes qui la franchissent n’en reviennent malheureusement jamais. Noa regarde cette photographie de plus près et remarque une peluche. Il est persuadé que c’est la sienne. Il décide donc de partir aussitôt à sa recherche. Dans son sac, il emporte une lampe torche et quelques provisions.

Il descend en veillant à ce que sa mère ne le voit pas. Le petit aventurier prend son vélo et se dirige vers la forêt. Quand il y arrive, il fait déjà nuit. Il prend donc sa lampe torche et commence ses recherches. Pour éviter de se perdre, il sème derrière lui des morceaux de pain comme fit le Petit Poucet.
Tout à coup, il entend un bruit effrayant, il se dirige vers celui-ci et se retrouve face à un sanglier qui ne lui semble pas agressif. Le jeune garçon décide de le suivre en pensant qu’il pourrait être d’une aide précieuse dans sa quête. Au petit matin, Noa, aidé de son compagnon arrive à un feu de camp à peine mort. Près de ces braises, il y avait des traces de pneus. Ces traces le conduisent jusqu’à une rivière et puis plus rien...
Il décide de rebrousser chemin mais malheureusement les morceaux de pain avaient disparu. Les oiseaux s’en étaient chargés. Il est donc bel et bien perdu au fin fond de la grande forêt d’Aldaïra.

-“Ohé, il y a quelqu’un ?” crie Noa.
Personne ne répond. Lui et le sanglier se mettent à courir, à chercher le moindre indice qui pourrait les aider à revenir sur leurs pas.
Après d’interminables heures, ils découvrent une cabane abandonnée poussiéreuse, ils décident d’y entrer. Tout doucement, sans bruit, Noa ouvre la porte et découvre, posée sur une vieille table, sa peluche avec une déchirure sur l’oreille droite. Tellement heureux, il se précipite pour la récupérer.
-”Que fais tu là ?” grommelle un homme vêtu de noir. Cet homme le prend et le secoue violemment ! A ce moment-là, Noa se réveille en sursaut. Sa mère se tient debout devant lui avec sa peluche dans la main. La peluche présente une déchirure à l’oreille droite comme celle de son rêve. Le petit garçon trouve cela très étrange. Une photo est posée sur son lit. Il s’agit de celle qu’il avait trouvée dans son coffre quelques heures auparavant.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,