Un autre regard

il y a
1 min
270
lectures
34
Qualifié
C’est comme si il n’y avait qu’elle. Sublime de grâce dans une danse endiablée, sans pas appris, sans respect des conventions, sans retenue. Son corps est habité par la musique, dans une telle osmose, qu’on ne sait plus si elle suit la musique ou si la musique s’inspire de ses mouvements. Incarnation de la féminité, une féminité assumée, sans outrage, sans vulgarité. Cette femme respire la sincérité, le laisser aller, je suis subjugué.
Son corps est large, plantureux, ses formes semblent avoir inspiré les peintures de Botero, ses vêtements amples aux couleurs vives m’évoquent la candeur, la Barbapapa, la fraise Tagada, de ces couleurs appétissantes qu’aucune autre femme n’oserait porter, et encore moins assortir. D’où vient-elle, comment peut-elle...?
Épanouie, affranchie, elle m’inspire l’envie. L’envie de la rejoindre, dans ces mouvements, dans cette transe, quand nous autres osons à peine battre le rythme. Quand l’un tape du pied en cadence, quand l’autre balance légèrement la tête, ou que celle-ci ondule à peine du bassin, chaque parcelle de son corps à elle semble communier avec la musique. Certains s’en amusent, certains s’en offusquent. Moi je tombe amoureux, d’une femme, d’une apparition.
Elle me tourne le dos, me laissant tout loisir de l’observer. Peu m’importe son visage, c’est de sa façon d’être dont je tombe amoureux, de sa liberté de danser, de bouger, d’être et de vivre... Quand un long solo de guitare retentit, et qu’elle bascule sa tête en arrière, le corps tendu comme les
cordes de la guitare qui semblent pleurer de devoir arrêter ce moment, je crois qu’elle va s’effondrer, ou s’enfuir, épuisée ou honteuse d’avoir tout donné, ou pour rejoindre son carrosse peut être déjà citrouille... mais mon apparition, ma Vénus reste là, applaudissant longuement et remerciant les musiciens.
Puis elle tourne sur elle-même dans un grand rire franc, et mon apparition devient une petite fille qui aurait une jupe à volants à faire virevolter.
Je lève alors les yeux pour découvrir son visage rond, ses traits enfantins, et ses yeux espiègles et lumineux, joliment bridés et typiques des personnes trisomiques.

34

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pierre-Hervé Thivoyon

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Saint Sylvestre

Nine Martin

Elle a fait couler un bain, très chaud, pour que la buée recouvre les miroirs et que l'atmosphère devienne moite. Elle a allumé des bougies pour adoucir la lumière et flatter son corps, gomme ... [+]