Tout Peut Arriver Même Les Meilleures Choses (Chapitre I)

il y a
18 min
80
lectures
4

Auteur de 5 romans au déroulement surprenant dont 4 publiés aux éditions du Net . Les 3 premiers livres content l’extraordinaire saga d’une jeune femme qui résout d'étranges énigmes. Dans le ... [+]

CHAPITRE 1


Jeanne marchait d’un pas rapide, craignant, comme d’habitude, d’être en retard. Elle devait être à l’usine de confection à 7 heures 50, le temps pour elle d’enfiler sa blouse et de mettre ses chaussures de sécurité. Bien qu’elle était en avance, cela n’empêchait pas le stress de lui nouer l’estomac. C’était la fin de l’automne 1980 et une brume épaisse couvrait le quartier. Six ans déjà qu’elle faisait le même trajet pour se rendre à son travail. Employée dans cette entreprise de Roubaix, depuis l’âge de vingt trois ans, elle espérait bien en sortir un jour. Elle arriva devant le grand portail, une grande enseigne indiquait :
ATELIERS DE CONFECTION H. DURAND

Il y avait là, quelques-unes de ses collègues de travail. Un léger bonjour sortit de ses jolies lèvres sur lesquelles elle n’avait pas mis de couleur rouge depuis longtemps. Dommage, car Jeanne était une femme charmante d’un mètre soixante quinze, les cheveux châtain clair et ondulés, de beaux yeux bleus.
Son père, John Curlin, Anglais immigré, mécanicien automobile, était arrivé en France en 1945. Année où il rencontra la femme de sa vie. Atteint d’une leucémie, il succomba, suite à un arrêt cardiaque, en 1968 ; il avait quarante neuf ans.
Sa mère, Aurore, Française, infirmière, ayant du mal à supporter cette tragique disparition, augmenta dangereusement sa consommation de cigarettes. Âgée de quarante huit ans, elle disparut à son tour, terrassée par un cancer du poumon un peu avant Noël de l’année 1969. Jeanne avait dix huit ans.
Celle-ci, très affectée par ces deux drames successifs, était passée de la joie de vivre à la mélancolie. La crainte que la maladie ne soit héréditaire était devenue son fardeau. La dépression s’était installée et lui avait imposé de prendre un lourd traitement médicamenteux pendant plusieurs années.
Elle traversa la cour puis entra dans les vestiaires qui n’avaient pas changé en six ans. Toujours les mêmes couleurs, le même éclairage des tubes fluorescents. Elle regarda un instant le lieu et se mit en tenue de travail en tentant d’oublier cette monotonie. Après avoir passé sa carte de présence dans la pointeuse, Jeanne se dirigea vers le sas orné de deux portes battantes en polycarbonate souple.
Traversant l’atelier de couture, elle orienta son regard vers le sol pour ne pas voir les fenêtres des bureaux qui surplombaient ce même atelier. Elle ne voulait pas croiser le regard de son chef. Celui-ci aimait user de sa supériorité hiérarchique. Enfin, elle prit place à sa machine à coudre pour continuer le travail entamé la veille. La minute suivante, toutes ses collègues firent de même. À 8 heures précises, la sirène d’embauche résonna. Alors, inexorablement, commença le bruit habituel des machines.
Christian Girard, les mains dans les poches de sa blouse bleue, descendit l’escalier qui reliait les bureaux à l’atelier. Ce petit chef, si redouté par Jeanne, ne tarda pas à se diriger vers elle qui se demandait ce qu’il allait encore lui reprocher. Arrivé à proximité, celui-ci bifurqua vers une de ses collègues, Françoise. C’était là son petit jeu habituel. Monsieur Girard tâtonnait le tissu que Françoise cousait tout en regardant Jeanne qui feignait de ne pas l’apercevoir. Ce petit tyran, la cinquantaine, une paire de lunettes à large monture et les cheveux bruns tirés en arrière, l’avait prise en grippe depuis qu’il était arrivé à ce poste trois ans auparavant. Pourtant, Jeanne, si méticuleuse et ponctuelle, évitait tout lien avec un quelconque syndicat. Jamais, elle n’aurait osé réclamer quoi que ce soit à la direction. Qu’avait-elle bien pu faire pour subir un tel harcèlement ? Après l’avoir épié pendant deux bonnes minutes, Mr Girard arriva près de Jeanne dont le pouls accélérait. Le tortionnaire sortit de sa poche un morceau de tissu avec un motif en forme de fleur que Jeanne reconnut.
C’était un motif cousu d’une série faite la semaine précédente, ce tissu devait servir à la fabrication de blouses pour des cantines scolaires. Sans même lui dire bonjour, monsieur Girard interrompit Jeanne dans son travail, en posant sa grosse main velue sur la sienne et en lui montrant le morceau de tissu.
— Dis donc ! Tu as vu le défaut qu’il y a à cet endroit ? demanda-t-il froidement et d’un ton sévère.
Jeanne leva la tête de sa machine à coudre, elle regarda le tissu et parla d’une voix tremblante :
— Oui, mais ce n’est pas moi qui l’ai cousu.
— Évidemment, ce n’est jamais toi, et en plus, tu pourrais me dire bonjour. Tu crois que parce que tu es ici depuis six ans tu ne fais pas d’erreur ? Jeanne poursuivit :
— je n’ai jamais dit ça, mais ce tissu, ce n’est pas moi qui l’ai cousu, j’aurais vu le défaut.
Jeanne ressentait une moiteur lui gagner le dos, confuse, elle blêmit. Ses yeux devinrent humides. Lui, silencieux, ne cessait de la dévisager comme s’il la désirait. Il voulait la posséder, l’écraser, la soumettre, lui montrer qui était le maître. Cette brute chercha ensuite à lui faire mal en lui pressant la main contre le plan de travail, ceci, bien entendu, à l’insu des autres ouvrières. Jeanne n’osa pas gémir et se contenta de larmoyer en se mordant la lèvre inférieure. Malgré sa terreur, elle supplia :
— Si c’est moi qui l’ai fait, ça ne se reproduira plus.
— Tu m’as déjà dit ça le mois dernier. reprit, en retirant sa main , le sinistre personnage à l’haleine nauséabonde.
Puis, comme pour s’adresser à une assemblée. Il éleva la voix pour que les ouvrières proches de la scène puissent bien entendre et assister à cette humiliation :
— Bien sûr ! Jeanne Curlin ne fait jamais d’erreur. Elle doit toujours faire mieux. se retournant vers elle, il ajouta :
— Eh bien il va peut-être falloir que tu t’y mettes !
Il posa ensuite le bout de tissu incriminé sur la machine à coudre en lui assénant :
— Tiens ! tu colleras ça sur ta machine ! Comme ça, tu penseras peut-être à faire attention.
Jouissif, Mr Girard s’éloigna, fier de son coup. Jeanne était abasourdie, désemparée elle se retenait pour ne pas s’effondrer en larmes. Pourquoi elle et sitôt le matin ? Quelle était la raison de cet acharnement ? Ce misérable chef avait encore trouvé un prétexte parmi tant d’autres. Jeanne sécha ses pleurs du mieux qu’elle put avec la paume de ses mains avant de reprendre son travail. Elle espérait que ce persécuteur ne la dérange plus de la journée, ni de la semaine.
Combien de temps s’écoulerait avant que ce chef cynique ne revienne à la charge ? Une heure passa et Jeanne put s’évader grâce à son imagination. Elle nourrissait des projets tout en admettant, que malheureusement, ils n’aboutiraient jamais. Notre petite ouvrière ignorait malgré cela qu’elle allait bientôt être en partie comblée, et ce, de manière inattendue.
Elle rêvait de voyager dans différents pays, passer des vacances dans une autre région. Acheter une petite maison à la campagne pour s’éloigner de cette banlieue de Roubaix, là où elle vivait avec son concubin dans un pavillon de location. Paul Guérin, que tout le monde appelait Paulo, de taille moyenne, les cheveux bruns, le crâne dégarni, les yeux plissés comme un myope cherchant à identifier ce qu’il voit. Cet homme, qu’elle avait rencontré peu de temps après le décès de ses parents, et dont elle n’était pas follement amoureuse, travaillait dans une usine de chaussures à quelques kilomètres de là. Il possédait une formation de carrossier et avait exercé d’ailleurs dans ce domaine, puis, subitement ! Il avait changé de direction au cours de l’année 1973, sans que Jeanne n’ait le droit à une quelconque explication. Se contentant de cette vie simple et sans risque, il refusait le mariage. Quand Paul était de régulière, il passait au bistrot après sa journée de labeur. Il y rencontrait ses copains de boulot et ensemble, ils refaisaient le monde, discutant de politique et de leur vie familiale.
Celui-ci reprochait à Jeanne de ne pas tomber enceinte, alors que lui- même n’avait jamais voulu passer de tests de fertilité. Au fond, ça l’arrangeait, bien incapable d’assurer une paternité.
Né d’une fille-mère restée célibataire, il avait des circonstances atténuantes, lui qui n’avait jamais connu son père ni vu sa mère en compagnie d’un homme.
D’ailleurs, quel homme aurait voulu de cette femme, pas très belle, négligée, et s’embarrasser de l’enfant d’un autre ? Paul, depuis quelques années, avait tendance à boire, tout comme sa mère. Jeanne n’en comprenait pas la raison. Était-il si malheureux de ne pouvoir être père de famille ou avait-il simplement hérité de ce défaut maternel ?
Jeanne, de son côté, s’était faite examiner. Avec joie et tristesse partagée, apprenant qu’elle était féconde, elle avait décidé de ne rien dire à Paul de peur que celui-ci se culpabilise.
Elle rêvait d’une vie avec des enfants qu’elle pourrait éduquer de façon à ce qu’ils ne tombent pas dans le piège de ces usines qui vous enferment dans la routine et la monotonie. Curieuse, elle lisait quelques auteurs classiques et des magazines traitant de différents sujets.
Paul ne comprenait pas que l’on puisse passer autant de temps à se cultiver et s’instruire. Préférant les films d’action et surtout le journal télévisé qui lui disait quoi et comment penser, il parlait de sa compagne avec ses copains :
— La Jeannette, comme il l’appelait, elle passe son temps dans les bouquins au lieu de faire du ménage et d’avoir des gosses. Et puis, elle en dépense du pognon dans toutes ses lectures.
Évidemment, lui ne calculait pas ses dépenses dans son tabac et sa boisson. Il payait facilement une tournée pour jouer les généreux et faire oublier sa condition ouvrière. Les autres riaient et profitaient de cette poire pour se faire rincer à l’œil. Paul possédait une Citroën AMI 6 pour le mener à son travail, faire les courses au supermarché pour Jeanne et éventuellement rendre visite à des amis. Mais, lui et Jeanne ne partaient jamais en vacances, trop cher pour lui et puis, ailleurs, c’était comme ici. Paul faisait partie de ces gens incapables de se projeter dans l’avenir et dans un autre endroit, une autre situation.
La sonnerie marquant la pause de 10 heures 15 retentit et Jeanne sortit de ses rêveries. Toutes les machines s’arrêtèrent et les ouvrières partirent se détendre dix minutes. Jeanne ouvrit son placard dans le vestiaire et prit deux biscuits avec un café de son thermos. Puis, elle sortit discuter avec ses collègues. Appuyée contre un mur, elle soupirait. Geneviève, déléguée syndicale, s’approcha et posa la main sur l’épaule de Jeanne en lui disant de sa voix rauque :
— J’ai appris ce que ce fumier baptisé à l’eau chaude t’a encore fait ce matin, tu ne dois pas te laisser faire. Si tu veux, j’en parlerai lors de la prochaine réunion .
— Laisse tomber, c’est pas grave. répondit Jeanne de sa voix douce.
— Mais si ! Au contraire, c’est important, tu dois te défendre. Sinon, ce petit pourri va continuer à t’empoisonner la vie.
Jeanne leva la tête et sourit à son interlocutrice.
— Tu sais, j’en verrai d’autres, il finira bien par se lasser. Et puis, j’ai peut-être fait des erreurs que j’ai oubliées.
— Tu es trop gentille Jeanne, trop bonne avec ton mec et les autres, mais bon. C’est toi qui vois.
Geneviève connaissait bien Jeanne et savait que celle-ci n’oserait jamais se plaindre de cette situation. Nerveuse, elle alluma une cigarette. On sentait une personne déterminée qui savait ce qu’elle voulait. Hors de question de lui monter sur les pieds sans se faire aussitôt traiter de tous les noms. Geneviève était une femme menue, les cheveux raides et décolorés, elle possédait du caractère. Toujours à raconter une blague, elle aimait entourer ses collègues et les protéger. Quand une fille venait se plaindre, elle l’écoutait et faisait tout pour l’aider. Connaissant bien l’entreprise et son patron elle n’hésitait pas à dire ce qu’elle pensait.
Pendant ce temps, Christian Girard, écourtant sa pause, se dirigea sur la machine de Jeanne. Avait-il l’idée de dérégler cette machine ou faire une méchante blague à Jeanne ?
— Qu’est-ce que vous faites ?
Surpris, le petit chef sursauta ! C’était la voix d’ Henri Durand, le patron de l’entreprise. Celui-ci était perché sur la passerelle qui longeait les bureaux.
— Heu... Je, bredouilla monsieur Girard.
— Vous n’avez pas autre chose à faire, plutôt que d’ennuyer le petit personnel ? Allez donc en pause comme tout le monde ! reprit l’entrepreneur.
Du bureau de la secrétaire, il avait observé le petit manège de Christian Girard avec Jeanne, ce matin-là. Le petit chef sortit de l’atelier, tout penaud, et déçu de ne pas avoir pu faire sa petite manipulation. Henri Durand entra dans son bureau.
La soixantaine, il ressemblait à Georges Pompidou. Il n’aimait pas beaucoup Mr Girard, mais étant donné que celui-ci était syndiqué, il préférait le savoir à un poste où il pencherait plus du côté de la direction. Malheureusement, Mr Girard ayant pris la promotion trop à cœur, avait tourné sa veste. Il était devenu un vrai lèche-bottes. C’était surtout ce changement qui déplaisait à Mr Durand, il préférait quelqu’un opposé à ses idées mais intègre et non pas un opportuniste se comportant comme une girouette. En même temps, Mr Girard tempérait les propos de Geneviève lors des réunions entre direction et délégués syndicaux.
La sonnerie retentit de nouveau et les couturières se remirent au travail. Le reste de la matinée se déroula normalement. L’entreprise s’arrêtant à midi trente pour faciliter les livraisons, Jeanne rentra chez elle vers 12 heures 45, toujours d’un pas pressé et sans prendre le temps de s’arrêter regarder les vitrines des magasins. Elle trouva Paul qui, comme à son habitude, était assis dans le canapé à regarder la télé, attendant que le repas se fasse. Jeanne mit le couvert et ouvrit un pot de rillettes pour l’entrée.
— Tu n’as pas pris de pain pour ce midi ? demanda-t-elle à Paul
—Pas eu le temps. répondit son compagnon d’un air blasé.
Jeanne reprit son imper et saisit son porte-monnaie. Elle ressortit pour se rendre à la boulangerie qui était dans la rue d’à côté. Elle se disait, chemin faisant, que Paul était tout de même gonflé de lui laisser faire cette course, alors qu’il aurait pu y aller lui-même pendant qu’elle aurait préparé le reste
«  Peut-être qu’il est fatigué de sa matinée, à force de changer d’horaire de travail toutes les semaines. » se dit-elle.
Comme pour s’excuser d’avoir pensé un moment que Paul profitait de ses faiblesses. Elle revint à 13 heures et se précipita pour faire cuire une escalope accompagnée de quelques spaghettis. Jeanne se contenta des pâtes et Paul engloutit l’escalope sans en proposer un morceau à sa compagne. Ils reprenaient tous deux à 14 heures, Jeanne fit couler le café et éplucha une pomme. Paul avala son café, prit sa veste et dit simplement :
— À ce soir !
Il était déjà 13 heures 30 et Jeanne n’avait plus que quinze minutes pour manger la pomme qu’elle avait découpée en quartiers et boire son café. Elle songea:
«  Quelle vie sans intérêt, toujours la même chose du lundi au vendredi.»
Elle savait au fond d’elle-même, qu’à force de se contenir, elle risquait de faire une nouvelle dépression.
Si seulement, Paul avait pu agréablement la surprendre de temps en temps. Lui offrir un bijou, l’emmener au cinéma pour voir autre chose que des films d’action tellement communs que Jeanne en devinait déjà la fin. Lorsque Paul lui demandait si elle avait aimé le film, combien de fois s’était-elle efforcée de répondre oui ?
De toute façon, si elle avait osé sortir la moindre critique, Paul lui aurait aussitôt répliqué qu’il n’était pas près de l’emmener et qu’elle n’avait rien compris au film. Il méprisait le fait que Jeanne soit cultivée et plus instruite que lui.
13 heures 45, l’heure de retourner au travail. Jeanne posa sa tasse vide trop près du bord de la table et la renversa. Tombant sur le carrelage, la tasse se brisa en plusieurs morceaux. Ce n’était qu’une tasse, mais Jeanne sortit aussitôt le balai et le ramasse poussière. Pas question que Paul voit ça !
En plus, une série de tasses bon marché que lui avait offerte la mère de Paul. Encore une scène de ménage ridicule. Elle se dépêcha de ramasser et de ranger, enfila son imper et reprit la rue qui la menait vers la routine. La pluie se mit à tomber et Jeanne dût courir. Ses chaussures à bas prix n’étant pas habituées à être sollicitées de cette façon, le talon de l’une d’elles se décolla. Pourtant, Paul l’avait déjà recollé, si fier de son travail, lui qui ne savait rien faire d’autre, à part quelques bricoles chez ses amis.
Jeanne, dans son élan, s’écroula. Assise par terre, sous cette pluie battante, elle se mit à pleurer. Elle avait mal à la cuisse droite, et puis, elle allait réellement être en retard. Elle imaginait déjà le sermon de ce bourreau de Girard. Jeanne leva les yeux au ciel comme pour implorer le seigneur. Elle se releva et retira ses chaussures, les prenant d’une main, elle courut pieds nus.
Arrivant enfin à l’usine, elle mit sa tenue de travail sans avoir le temps de se sécher. Elle pointa maladroitement sa carte de présence sur laquelle suintait l’eau de pluie qui coulait de ses cheveux ondulés. L’encre se détrempait sur la carte. En entrant dans l’atelier, elle sentit que toutes les autres filles la regardaient discrètement. Elle reprit rapidement son travail. Ses mains tremblaient, une de ses collègues, Marie, quitta son poste pour s’approcher d’elle en souriant et lui dit :
— Tu as de la chance, le chef est absent pour l’après-midi, on va avoir la paix.
Jeanne soupira, elle n’aurait pas à se justifier. Sauf si ce Mr Girard tombait sur la carte de pointage. Normalement, c’était Nicole, la secrétaire, qui vérifiait les cartes. Celle-ci était réputée discrète et sympathique, et puis Jeanne n’avait qu’à faire cinq minutes de plus le soir même et tout rentrerait dans l’ordre. Peut-être que son Paulo lui achèterait une nouvelle paire de chaussures sortie tout droit de l’usine.
Évidemment, ce serait encore des chaussures à pas cher. Pas comme celles que Jeanne avait repérées dans ce petit magasin où les vendeuses étaient si charmantes. Que n’aurait-elle donné pour être vendeuse dans une boutique comme celle-là ? Discuter avec les clientes, se faire belle tous les jours, quel bonheur.
La pause de 16 heures 15 arriva et Jeanne put se recoiffer dans le vestiaire, Marie, assise à proximité sur un banc, lui lança :
— Alors ! que t’est-il arrivé à l’embauche ? Jeanne sortit de son vestiaire le soulier au talon cassé pour lui montrer, puis se mit à rire en répondant :
— Je suis tombée sur le trottoir et je me suis écroulée comme une gourde.
— Ben dis donc, ton Paulo il a rafistolé ta chaussure, il pouvait pas t’en acheter une paire ? Il est du genre à brader une tarte pour un œuf.
— En plus, je me suis fait mal à la cuisse.
Jeanne se frottait l’arrière de celle-ci. Elle voulait surtout éviter ce genre de sujet. Incriminer Paul et laisser paraître qu’elle ne disposait pas du budget familial pour s’acheter elle-même des chaussures neuves.
— Moi, je n’ai pas besoin d’emmener mon mari pour m’acheter des pompes, ajouta une autre fille qui écoutait la conversation.
— Elle aurait tort de ne pas en profiter, son bonhomme travaille à la fabrique de chaussures. répondit Marie qui devinait Jeanne mal à l’aise.
— Vu l’état de celles-ci, je crois que je n’ai pas d’autres choix que de m’en acheter une nouvelle paire. reprit Jeanne, pour se rassurer.
Les autres filles présentes n’étaient pas dupes. Elles savaient qu’il n’en était rien et que Jeanne aurait des nouveaux souliers selon le bon vouloir de Paul. La pause se termina et ce petit monde reprit le travail jusqu’à 18 heures. La pluie ne tombait plus et Jeanne rentra avec ses chaussures de travail. Elle s’arrêta un instant devant le petit magasin où elle avait repéré cette jolie paire de souliers. Les chaussures n’étaient plus là.
«  Comme ça, je ne serai pas tentée. » soupira-t-elle une fois de plus. Les vendeuses lui souriaient et l’invitaient à entrer, d’un signe de la main. Après une courte hésitation, Jeanne pénétra dans la boutique.
— Bonjour madame, vous cherchez un modèle ? demanda l’une des vendeuses.
— Oui, mais vous avez dû vendre la dernière paire. répondit Jeanne
— Vous parlez du modèle marron avec la boucle dorée ?
— Oui, tout à fait !
— il nous reste une paire en 38.
— C’est ma pointure mais je n’ai pas d’argent sur moi et je ne sais pas si mon mari...
La vendeuse l’interrompit :
— Voyons madame, je suis sûre qu’elles vous iront à ravir et que votre mari appréciera de vous voir si bien chaussée. Si vous voulez, on peut vous les réserver pour plus tard ?
Jeanne sentait le carnet de chèques dans la poche intérieure de son imper. Elle était tentée de le sortir avant que les souliers ne lui échappent. Sortant finalement le carnet de chèques, elle demanda le prix.
— Il faut peut-être les essayer avant, madame. reprit gentiment la vendeuse. Jeanne avait peur de changer d’avis.
— D’accord, mais je n’ai pas trop le temps. dit-elle timidement en mettant les doigts de sa main droite devant la bouche.
La vendeuse se dirigea calmement vers l’arrière-boutique pour en ressortir deux minutes après, avec une boîte.
Anxieuse, Jeanne n’y croyait pas. Elle allait enfin prendre une décision. Tant pis ! Après tout, cette vendeuse avait certainement raison. Et si Paul était content de la voir chaussée ainsi ? Les souliers lui allant parfaitement, Jeanne remplit le chèque de quatre vingt francs et sortit du magasin avec la boîte à chaussures sous le bras. Elle arriva à la maison en souriant, Paul n’était pas là. Sans doute traînait-il encore au café, revendiquant ses droits salariés. Lui qui n’avait jamais osé réclamer une augmentation, fanfaronnait après deux ou trois verres d’alcool. Lançant à qui voulait l’entendre qu’il ne craignait personne dans son entreprise.
Jeanne enfila les chaussures et, heureuse, se mit à danser en les admirant. Cela lui faisait tellement plaisir d’avoir un peu de changement dans sa vie si monotone. Elle en oublia le repas du soir, il était déjà 19 heures 45 et Paul rentra. À peine avait- t’il fermé la porte d’entrée qu’il posa ses yeux sur la table de la cuisine en demandant :
— Le couvert n’est pas mis ?
— J’allais le faire, lui répondit Jeanne en faisant une pirouette. Elle ajouta en souriant :
— Tu ne remarques rien ?
Paul qui n’avait pas l’habitude de prêter une grande attention à sa compagne était étonné de cette question. Était-elle enceinte ?
— Regarde comme elles me vont bien ! fit-elle en levant une jambe pour lui montrer ses nouvelles chaussures.
Paul était stupéfié ! Comment avait-elle osé acheter des chaussures neuves ailleurs et sans passer par lui ? Gaspiller ainsi l’argent du ménage.
— Combien ont-elles coûté ? demanda Paul d’un ton sévère. Jeanne ressentit à nouveau cette douleur au ventre, comme le matin même devant son chef Mr Girard.
— Tu sais, je fais toujours attention au budget, ce mois-ci, j’ai un peu économisé.
— Combien ? répéta Paul, en élevant la voix.
— Quatre vingt francs, mais je te promets d’y faire attention. répondit Jeanne en se courbant comme une petite fille qui venait d’avouer une bêtise.
Paul entama un sermon :
— Évidemment, madame veut faire la bourgeoise pendant que je me tue au travail. Dépenser notre argent, tu te rends compte ? Quatre vingt francs ! L’essence que je peux mettre dans la voiture avec cette somme ? Ces chaussures, tu vas les ramener au magasin et te faire rembourser. Je t’en ramènerai une paire de l’usine.
— Mais c’est fermé à cette heure-ci. Et la vendeuse m’a dit qu’ils ne reprenaient pas les chaussures portées. sanglotait Jeanne, pétrifiée de peur.
— Elles sont neuves et si tu les ramènes demain, ils te rembourseront ! insista Paul en s’énervant.
Pauvre Jeanne, si contente d’avoir acheté des chaussures qui lui plaisaient. Habituellement, c’était Paul qui choisissait les modèles les moins chers et de préférence, avec un défaut. Cet égoïste qui n’avait pas hésité à s’acheter un bel autoradio et des housses pour son AMI6. Les chaussures, que lui s’achetait, étaient les modèles haut de gamme. Il fallait une belle télé couleur pour regarder son journal et ses films, plutôt que d’investir dans un fer à repasser de qualité. D’ailleurs, le reste des appareils ménager était plutôt de qualité médiocre et Jeanne n’avait pas son mot à dire.
Après un repas uniquement animé par le journal télévisé, estimant que lui seul avait travaillé, Paul alla s’asseoir dans son fauteuil bien confortable situé face au téléviseur. Jeanne put enfin s’installer dans le canapé après avoir accompli les tâches ménagères telles que, débarrasser la table et faire la vaisselle . La banquette en imitation cuir était placée en perpendiculaire à gauche du fauteuil de Paul. En prenant le programme télé pour le feuilleter, elle demanda à son compagnon :
— Tu regardes quoi ?
— Le film américain sur la 3.
Ce film était, comme d’habitude, un vaste navet avec une banale histoire de gangsters qui s’entretuaient.
— Il y a un bon film d’anticipation sur la 2. suggéra Jeanne.
Ne comprenant pas le mot anticipation, il tenta maladroitement d’ironiser.
— D’anticipation ! Qu’est-ce que c’est que ça encore ? Un truc pour déprimer ! Tu ne crois pas que tu en as assez fait pour aujourd’hui ? ressortit Paul d’un ton sarcastique.
— L’anticipation, c’est ce qui peut arriver, insista Jeanne.
— C’est bon, je sais ce que c’est, mon film commence. termina Paul excédé.
Jeanne posa le programme télé et se dirigea vers la chambre à coucher. Elle en ressortit avec son livre de chevet, puis retourna s’asseoir. Elle se serait bien couchée, mais elle préférait rester près de Paul. Elle culpabilisait et voulait montrer à son compagnon de l’attention. L’exemple parfait de la femme soumise, voilà qui plaisait à notre homme à la beauf attitude. Quarante cinq minutes s’écoulant, Paul s’endormit. Jeanne attendit un quart d’heure et se leva pour baisser le son de la télé. Elle changea de chaîne et reprit sa place. Paul ouvrit les yeux.
— Tu as changé de chaîne ? grommela-t-il en baillant. Tu en profites dès que j’ai le dos tourné. rajouta ce rustre en étirant ses bras.
— Tu n’avais pas le dos tourné, tu dormais. conclut Jeanne habilement.
— Je vais me coucher et tu ferais bien d’en faire autant pour être en forme demain. surenchérit Paul qui s’était levé pour se diriger vers la salle de bain.
Une soirée parmi tant d’autres, pas de conversation intéressante, aucun échange enrichissant. Comment Jeanne aurait-elle pu parler de ses problèmes professionnels avec pareil ours ? Elle pouvait désormais regarder la moitié restante de son film. Chose à laquelle elle était habituée, lorsque Paul ne travaillait pas en 3/8. L’alcool que consommait ce compagnon d’infortune, avant de rentrer, agissait comme un somnifère. Au moins, Jeanne était tranquille pour le reste de la soirée. Elle n’aurait pas besoin, ce soir-là, de simuler un quelconque plaisir pour ce mâle qui, pendant l’acte, penserait surtout à se satisfaire avant de s’endormir.

La suite ici :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/tout-peut-arriver-meme-les-meilleures-choses-chapitre-ii

L'histoire complète ici :
http://www.leseditionsdunet.com/search.php?search_query=michel+baudry
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !