1
min

Tapage nocturne

Image de Dan Mézenc

Dan Mézenc

229 lectures

12

On pouvait s’endormir en comptant les orgasmes de la voisine du dessus comme on compte les moutons. L’infinitude est éprouvante, Albertine n’était jamais rassasiée et son sommier grinçait. Il faut dire que j’avais parfois participé à ses nuits de dépense. Elle ratissait large y compris les voisins. Mais cette nuit-là, épuisé par une longue journée de travail, je n’en pouvais plus. Elle a le feu au cul, pensais-je, pendant que les ressorts du sommier geignaient dans les ahans et les oui et les viens de la belle besognée par un alter ego dont j’imaginais le balancement des hanches et l’explosion prochaine. Explosion qui n’arrivait jamais ! Quel homme !

Il était l’heure du journal télévisé, lorsque je me décidai enfin à visiter ma voisine pour la menacer des pires foudres si son vacarme recommençait. Elle m’ouvrit la porte, entourée de deux jeunes femmes dénudées et fit les présentations : Charlus Lotte, mon voisin parfois un peu grincheux et insomniaque mais un excellent convive ! Enchanté, rétorquai-je. Mes nouvelles amies, Sarah et Agass. Je n’eus pas le temps de proférer mes récriminations quant à ses nuisances sonores que l’une des deux donzelles se débarrassa du godemiché qui la ceinturait - j’eus alors une tendre pensée pour les ressorts du matelas - et se mit à me déshabiller pour me présenter son cul auquel je ne pus résister. Et pendant que je besognais Sarah, Albertine, jambes écartées, se laissait aller au plaisir que lui procurait l’engin de plastique rose qu’Agass maniait avec une excellence certaine.
Epuisée par l’avidité de Sarah, je tentai de souffler, avachi sur le canapé du salon, les parties débordantes, le sexe flasque. Agass ne put supporter un tel abandon et se targua de me réanimer. Je vais te sucer jusqu’à la garde, gémissait-elle ! Ses lèvres étaient exquises, douées d’un savoir-faire indéniable. Albertine et Sarah batifolaient. Je repris forme et enfilais la belle.

Après l’amour, une cigarette, qui m’échappa. Les rideaux s’enflammèrent. L’appartement aussi. J’en réchappai. Seul. Et pus dormir désormais.

12

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Un sommeil assez... "paradoxal" ! La chute est inattendue et rigolote, je vote !
(Je vous invite à lire " Des mains expertes" de ma plume !)

·
Image de Dan Mézenc
Dan Mézenc · il y a
La fin est celle de Gomorhe: le feu
Lu et voté pour des mains expertes!

·
Image de Dan Mézenc
Dan Mézenc · il y a
merci!
·
Image de Søkswen
Søkswen · il y a
Assez drôle, je vote.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

C’était à l’été 1989. J’avais à peine vingt-six et ma vie avait été bien sédentaire. Le premier vrai voyage fut le Congo, Pointe Noire exactement. Jean y travaillait et m’avait invité...

Du même thème