1
min

Sreypone, la petite fille

Image de Anna Tinebra

Anna Tinebra

84 lectures

14

Je me suis réveillée tôt aujourd’hui. J’adore regarder le lever du soleil. Pour dire vrai, je pense que je n’ai pas dormi.
C’est ma première nuit blanche. Bizarrement, je ne suis pas fatiguée.

Allez, hop, go à l’école. C’est la dernière fois que mon oncle m’accompagne pour suivre les cours. Dans quelques jours, j’aurai grandi, dans quelques jours tout sera parfait, je serai comme tout le monde.

J’aime aller à l’école, suivre les cours de Khmer et d’anglais mais je n’aime pas faire mes devoirs.

Ce matin en classe, je suis en forme. C’est moi, qui réponds aux questions de Mme Seng. Je remarque qu’elle est contente de moi.

Cela fait 2 ans, que pendant l’année scolaire je vis chez mon oncle avec mes cousins. Ma maman, je ne la vois que pendant les vacances scolaires. Mon oncle, Ly, il est sympa, il sourit tout le temps. Et moi, je rigole par ce que comme il lui manque des dents, je trouve ça marrant. On s’amuse bien.

J’avoue que ces derniers mois ont été difficiles pour moi, j’ai perdu « Jessy », c’est le diminutif de Jessica. Elle me manque tellement. Alors je n’avais pas le moral.

Madame Seng et mon oncle m’ont encouragé dans ma vie de tous les jours. Même si vivre sans Jessy, cela ne sera plus jamais comme avant.

C’était il y a un an, je courais très vite, comme le vent, qui pousse les feuilles pour les soulever, j’ai dérapé et ma jambe a explosé. Je ne me souviens pas de tous les détails mais lorsque je me suis réveillée à l’hôpital de Kampong Cham, il y avait ce docteur, une femme venue de l’Europe avec un tee-shirt joli. Je lui ai montré du doigt le dessin sur le t-shirt et elle a répondu : « Tu aimes, c’est Jessica Rabbit? »

J’ai pensé : « Elle est belle, sa robe, ses cheveux et surtout, ses jambes,...elle a des jambes interminables...»

J’ai compris quelques heures plus tard, que je ne serai plus jamais comme avant, plus entière,...je ne serai plus jolie comme Jessica Rabbit, je voulais que l’on me dessine, je voulais avoir une nouvelle jambe, même une fausse, une jambe qui ressemble à celle de Jessica.

Il y a 3 semaines, je me suis rendue au centre de réadaptation de Phnom Penh. Le docteur m’a essayé une « Jessy ». C’était parfait.

Je ne peux pas y croire: aujourd'hui à 14h28 au centre de réadaptation de Phnom Penh, moi, Sreypone, j'ai reçu une nouvelle jambe.»

écrite dans le cadre du CONCOURS DE NOUVELLES: ET SI L'ENVOYÉE SPÉCIALE DE FEMMES D'AUJOURD'HUI AU CAMBODGE, C'ÉTAIT VOUS?
thème: «Je ne peux pas y croire: aujourd'hui j'ai reçu une nouvelle jambe."

Je n'ai malheureusement pas été choisie...
14

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Frederique Patezour
Frederique Patezour · il y a
je suis touchée au coeur par cette magnifique histoire
Image de Anna Tinebra
Anna Tinebra · il y a
merci.
Image de Emma A
Emma A · il y a
J'aime que vous évoquiez le Cambodge. y voyager c'est sentir toutes les meurtrissures des habitants derrière la volonté, le courage d'avancer et les sourires affichés. Vous abordez ce sujet des mines sans sensiblerie. Peut-être manque-t'il a votre texte d'être légèrement étoffé pour mieux situer l'histoire ? On connaît si mal l'histoire du Cambodge...
Merci pour cette échappée tendre malgré la gravité du sujet.

Image de Patrice PERRON
Patrice PERRON · il y a
Demat Anna, je découvre un peu tard, ce texte que je trouve empreint d'une forte sensibilité. Pour la fillette, la relation entre son image de fille et celle de Jessica Rabbit est rigolote et bien vue pour l'histoire. La réception de la prothèse est également très bien amenée. Sympa. Kenavo deoc'h. A vous lire. Patrice.

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème