4
min

Sous la Verte

Image de Gérard Sanchez

Gérard Sanchez

8 lectures

2

Le printemps apporte les premières fleurs sur les alpages de la Vallée de Chamonix. Les marmottes sortent alentour, les glaciers éclairent le ciel bleu azur.
Dans les bureaux d’un réalisateur, l’histoire d’une ascension alpine se dessine sur le story-board.
Les acteurs seront bientôt auditionnés et une annonce est parue dans le journal local pour rechercher des figurants. Une réunion doit avoir lieu dans les jours qui viennent.
Les équipes de tournage ont reconnu les lieux pour les scènes d’altitude, la difficulté va être de positionner une base arrière à proximité immédiate. Le repli sur l’arrivée du téléphérique n’est pas envisageable dans des conditions optimales...
Dans la région lyonnaise, un téléphone sonne dans une entreprise louant des bungalows...
- Allo, bonjour madame nous souhaitons avoir des renseignements sur vos locations ;
- Ne quittez pas, je vous mets en relation avec le service commercial...
Des premiers échanges ont lieu sur les besoins et les attentes du client... mais les demandes sont très spécifiques.
- 30m², cela est possible ?
- Oui, on peut vous livrer la surface que vous souhaitez ;
- OK, donc 30m², 2 mois à Argentière au-dessus de Chamonix.
- Parfait, alors je vous fais passer un devis, il me faut l’adresse de livraison et le type de terrain, enrobé, terre...
- Neige, plutôt glace au pied de l’aiguille Verte
- ...
- Allô, Allô...
- Euh, c’est accessible en camion ?
- Ben non, c’est bien pour cela que nous faisons appel à vous ! mais nous pouvons organiser le transport en hélico... charge maxi 700kg.
- ...
- C’est possible ;
- Je vous mets en attente, je contacte nos services techniques...
Des bungalows sous la Verte, c’est où cette glace ? Massif du Mont Blanc, altitude de 4122m...
- Allô !
- Oui, c’est Stéphanie
- Tu vas bien
- Oui merci, j’ai une question, combien pèse le plus petit module
- 2 tonnes, pourquoi
- Un client veut qu’on le livre au pied de l’aiguille Verte.
- Possible... mais il faut les démonter en atelier et les remonter sur place ;
- Ah ! et ça va nous compter combien tout çà !
- Dit à ton client de m’appeler et je te peaufine un devis.
- Super Louis à plus, bises.
- Tchao
- ....
- Allô, alors je vous donne le contact de notre chargé de travaux, vous l’appelez pour fixer un rendez-vous et nous reprendrons contact après.
- Super Merci.

Quelques jours plus tard à la DZ des Bois.
- Bonjour, nous avons rendez-vous pour les modules à poser au sommet des Grands Montets ;
- Oui, super... on va monter avec le téléphérique... vous avez prévu une tenue chaude ;
- Oui comme demandé.
- C’est parti, alors !
Beau ciel bleu en ce mois de Mai, la flore laisse jaillir mille couleurs, la benne amorce son ascension vers le sommet de l’aiguille des Grands Montets à une altitude de 3295m, une vue splendide sur le massif du Mont-Blanc.
- Tu sais utiliser baudrier et longes
- Un peu vieux, mais ça va faire.
- Alors on descend au pied de l’aiguille, c’est là qu’il me faut la base des modules ;
- OK....
De la neige et de la glace, à droite à gauche, pas de point « dur » roche apparente.
Le seul moyen de transport l’hélico, on doit faire un point avec le pilote pour prendre en compte les contraintes en termes de dimensionnement et poids des charges.
...
Mi-août, nous voilà au pied du mur, au plutôt au pied du glacier... DZ des Bois, le pilote nous accueille avec son équipe et les équipes de régisseurs pour le film.
Les camions sont déchargés tel que demandés, ce soir nous allons dormir à l’hôtel et demain matin premières rotations à proximité du chalet-refuge de Lognan.
Le beau temps semble vouloir nous accompagner pour la journée, mais à notre arrivée à la DZ le pilote, nous informe que les prévisions météo seront changeantes à partir de 12h00. Nous ne trainons pas et rejoignons de ce pas le départ de la télécabine de Lognan afin de rejoindre la zone de dépose.
10h00... première rotation la caisse du module arrive sur la zone, les panneaux de façade suivent. L’équipe assemble le tout avant de rejoindre la télécabine pour accéder au pied de l’aiguille des Grands Montets.
12h00... nous sommes les pieds dans la neige, le temps se voile et le dernier contact radio avec le pilote ne présage rien de bien pour cet après-midi... une nappe de brouillard a fait son apparition à 2000m d’altitude et dans ces conditions les opérations d’héliportage sont suspendues.
Les heures s’écoulent 17h00... encore 2 ou 3 heures de vol possible, mais la nappe de nuage évolue peu, un point avec le pilote est programmé pour 17h30. Si les conditions ne s’améliorent pas, nous redescendrons dans la vallée en espérant du beau temps demain...quoique nous ayons passé une belle journée au soleil au pied du glacier.
17h30...la radio grésille...
- Ça passe, la reconnaissance au-dessus de la langue du glacier d’Argentière a confirmé cette information ;
- OK ! on est prêt à recevoir les 1ier éléments ;
- Décollage imminent... temps de rotation 3min.
Le bruit du rotor remonte sur la langue glacière, Louis et Gilbert le chef d’équipe assurent à eux deux la 1ière réception. Les deux compagnons de l’équipe sont sur leur première opération héliportée, ils vont regarder la 1ière rotation avant d’intervenir.
Le voilà, 500kg de charge sur 30 m de brins, le pilote se positionne dans l’axe demandé et la charge arrive vers nous 2.50x5.00, elle tourne sous l’hélico. Le pilote la pose sur la neige et la fait basculer à l’horizontale... on décroche... sous le vent du rotor... l’hélico plonge au-dessus de la langue glacière vers la vallée et la DZ.
Les rotations s’enchainent et l’heure tourne. Le pilote contacte Louis :
- Dernière rotation
- OK, comment on redescend la télécabine est fermée
- C’est prévu deux rotations pour récupérer l’équipe... tu préviens les gars et tu leur donnes les consignes.
- OK...
Pascal pose la dernière charge de la journée et dans un mouvement de rotation vient se poser en amont des équipes.
Les deux compagnons et Gilbert monte dans la cabine. Décollage à la vertical et une belle plongée vers la vallée.
Pour la 2ième rotation, Le client et Louis se préparent pour monter dans l’hélico. Arrivés à la DZ, un point est fait avec le pilote et le client.
- Donc demain matin 7h30 ici, précise Pascal.
- OK, je préviens l’équipe
- ...
- Gilbert, demain matin à 7h30 à la DZ c’est Ok pour l’équipe
- Ah ! on reste demain... mais c’est samedi
- Je sais mais le créneau météo est bon, la semaine prochaine on fera un break le vendredi ;
- OK, je le dis au gars.
- Merci.
Samedi matin, nous voilà à la DZ, Pascal et son mécano sont déjà au travail sur la machine
- Bonjour bien dormi ;
- Oui merci
- Bon on part de suite, je vous pose sur zone et on démarre les rotations.
Nous voilà dans l’hélico, ligne droite au-dessus du glacier d’Argentière, les crevasses défilent sous nos yeux, nous ne les avons pas vues sous le même angle hier soir. Là c’est impressionnant.
La journée se termine, les modules sont en place, c’est l’heure de repartir dernière descente, avec un petit plus de la part de Pascal.
Nous reviendrons dans deux mois pour rechercher le matériel, en attendant les équipes de tournage vont se mettre à l’œuvre.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Un texte caractérisé par de belles lignes. Je salue la finesse et la délicatesse des mots. Si vous avez le temps, je vous invite à lire :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/achou-lamour-empoisonne

·