7
min

Sortie de route

832 lectures

101

Qualifié

C’était en été.
J’allais comme tous les ans me ressourcer près du lac d’Annecy. J’avais hérité de la maison familiale après la mort de mes parents dans un accident d’avion.
Cette année j’y allais seul. Ma femme m’avait quitté, et ma fille avait préféré vivre chez sa mère. Comme je la comprends ! Qui aurait voulu d’un père comptable qui rentrait tous les soirs à 20h et qui s’enfermait dans sa bibliothèque pour jouer avec des chiffres et tenter d’écrire des romans.
Mais elle me manquait quand même. Elle avait 16 ans, c’était une ado, et on partageait une passion commune. Enfin plutôt on avait la même mais chacun de notre côté. La cochléapilie ! Nous collectionnions les escargots. J’avais une pièce entière dans la maison d’Annecy qui ne servait qu’à ça.
C’était mon grand-père qui m’avait donné goût à cette passion. On arrivait à en trouver de toutes sortes et de toutes les tailles. On arrivait à en garder certains vivants plusieurs années et on leur attribuait des petits noms.
C’était les rares moments où je pouvais croiser ma fille et qu’on semblait proche. Mais cet été-là, elle n’était pas là.
Quand j’ouvris la porte de la demeure, un nuage de poussière s’éleva du plancher. La porte étant fermée à clé, je me doutais que Zoé n’était pas là mais je l’appelai quand même en entrant. Seul le silence me répondit. Je vérifiai mon portable mais aucun message de sa part n’avait été reçu.
Je montai donc déposer ma valise dans ma chambre, redescendis me servir un verre de mon bourbon favori, que je gardais dans un tiroir de mon bureau, et filai à l’arrière de la maison.
En entrant dans l’antrestcargote, mon regard fut tout de suite attiré par une cage sur ma droite. Une cage vide. C’était celle de l’escargot-hérisson, un escargot dont la coquille formait des pointes, un peu comme un escargot de mer. Il s’agissait d’un escargot très rare, un des seuls que je n’arrivais pas à croiser avec les autres races, un pur-sang. Paniqué, je fis le tour de la pièce pour voir si je ne m’étais pas trompé de cage en l’enfermant la dernière fois. Je ne m’étais pas trompé de cage et je ne savais donc pas où il pouvait être passé.
En essayant de me calmer, je me concentrai pour nettoyer les cages, en nourrir les occupants, puis je fis le tour de la maison, voir si rien d’autre ne semblait anormal.
Et non, rien n’avait changé, tout était là. Tout sauf l’escargot-hérisson. Se pouvait-il que j’ai laissé la cage ouverte par inadvertance ? Et il se serait échappé ? C’était forcément ça. Il était quelque part dans la maison. J’allais devoir chercher.
Malgré tout, pour en avoir le cœur net, il fallait que je demande à ma fille, si j’arrivais à la joindre.
Je décidais de reprendre mon portable : toujours pas de message. J’appelle. Ça sonne dans le vide. Je tombe sur son répondeur.
— Zoé, c’est Papa, j’espère que tu vas bien ? Tu es avec ta mère j’imagine ? Tu penses que tu passeras quand même quelques jours ? Je suis à la maison du Lac, il fait bon ici. Dis-moi, je suis un peu embêté, voilà j’ai perdu Nestor, tu sais l’escargot-hérisson. Bon je me doute bien que tu ne sais pas où il peut être mais on ne sait jamais, alors si tu as une idée, rappelle-moi ma chérie, et puis si tu veux passer tu sais que tu peux, et puis bah tu peux m’appeler tout simplement. Allez bisous.
Je n’ai jamais été très à l’aise avec les nouvelles technologies. Mais enfin il fallait vivre avec son temps comme dirait l’autre.
Pour le moment, je n’avais pas d’autres choix que de rechercher Nestor. S’il était dans la maison, où pourrait-il être ?
Je rentrais dans le salon quand mon téléphone sonna.
— Enfin, me dis-je en décrochant sans vérifier que c'était le nom de ma fille sur l'écran.
— Salut Vlad, me dit une voix qui n'était pas celle de ma fille.
Un temps un peu trop long dû passer pendant que j'essayais de mettre un visage sur cette voix, parce qu'elle enchaina :
— C'est Bérénice. Bérénice, ton ex-femme, la mère de ta fille, tu te souviens ?
— Oui, bonjour. Désolé j'avais la tête ailleurs. Comment vas-tu ?
— Ça va, ça va. Bref. Je n'arrive pas à joindre Zoé, tu peux me la passer ?
— Elle n'est pas avec toi ?
— Ben non, elle est partie il y a trois jours pour la maison du lac. Tu n'y es pas encore ?
— Si. Mais la maison est vide. Elle n'est pas là.
— Tu rigoles ? Passe-la moi.
— Je te dis que je suis seul. Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Où est-elle passée encore ? Et elle ne répond même pas au téléphone. Elle va m'entendre !
— Calme-toi. Il doit bien y avoir une explication. Je vais appeler Sam, sa meilleure amie, elle doit être au courant si Zoé a changé ses plans. Je te rappelle. Bye.
A peine raccroché, je sentis le stress m'envahir. Pour l'instant, je n'avais rien à faire qu'attendre. La disparition de l'escargot m'était sortie de la tête quand je m'assis sur le fauteuil et allumai la télévision.
Il n’y avait rien à la télé, même si je ne regardais pas vraiment. Ça faisait d’ailleurs un bon moment que je ne regardais plus rien. Trop d’actualités anxiogènes, trop de « TV Réalités » de plus en plus idiotes...
Je bondissais du canapé, j’allais faire un tour en ville. J’irais voir Oncle Georges. C’était un vieil ami de la famille, il avait le double des clés et parfois il passait pour aérer et entretenir la maison. Ça ne coutait rien. Avec un peu de chances peut-être qu’il avait vu Zoé.
Il habitait une maison en plein centre-ville. Je me garai juste devant, montai les quelques marches qui amenaient à la porte puis je sonnai. Rien, aucune réaction. Je sonnai encore. Rien. Après tout parfois il était un peu sourd alors je frappai à la porte, à grands coups...
La porte s’entrouvrit. Elle n’était pas fermée à clé et en frappant ça l’a ouverte...Curieux...
— Georges ? Oncle Georges ? Vous êtes là ? Y’a quelqu’un ? C’est Vlad ! Je passais vous voir...
J’entrai dans la maison, je refermai derrière moi. Bizarre, aucun bruit, terriblement silencieux, juste le bruit de mes pas sur le parquet.
Tout d’un coup quelque chose attira mon attention au sol. Ça brillait et ça avait l’air visqueux... transparent... comme de la bave... de la bave d’escargot...
Dans le salon, sur le bureau, l’ordinateur portable était absent. Seule une feuille était à sa place. Je la ramassai pour la lire : il s’agissait d’un article qui traitait du marché des escargots de collection dans la région. D’après l’article, il s’agissait d’un marché très spéculatif, dans lequel de plus en plus d’acteurs entraient en espérant des profits substantiels. Un mois auparavant, une vente avait été conclue pour quelques dizaines de milliers d’euros... La vente d’un escargot-hérisson...
Je sentis immédiatement mon rythme cardiaque s’accélérer et mon esprit virevolter. Zoé aurait-elle vendu mon animal fétiche pour se faire de l’argent de poche ? Georges l’aurait fait ? Je ne pouvais pas imaginer qu’ils aient fait ça sans m’en parler. Et cela n’expliquait pas où ils étaient tous les deux. Je téléphonai immédiatement sur le portable de Georges et tombai sur le répondeur. Je raccrochai sans laisser de message, sortis de la maison et m’enfermai dans ma voiture. Je me forçai à respirer calmement en essayant de contrôler les pensées qui m’assaillaient : non on ne kidnappe pas des gens pour leur voler un escargot, non on ne peut pas demander une rançon en échange du dit escargot, non je n’ai jamais entendu d’histoire impliquant la mafia dans un business illicite de gastéropodes et aucun camion blindé n’a jamais été attaqué au lance-roquettes pour faire main basse sur sa cargaison de mollusques baveurs. Quand je mis le contact et démarrai, je ne savais pas encore si je m’apprêtais à rentrer chez moi ou à aller déposer une plainte au commissariat le plus proche.
Je vis un mot sur le pare-brise. Un post-it. Il n’y était pas en arrivant. Je sorti de la voiture et vit qu’il y avait quelque chose d’écrit : « Rdv à 11h – Veyrier Du Lac – Place Charles Meyrieux » et c’était signé G.
G ? G qui ? Georges ? Le pauvre était trop vieux pour jouer à cache-cache. Il était 10h30 j’avais le temps d’aller à Veyrier. Après tout je n’avais rien de prévu, c’était de l’autre côté du Lac mais je connaissais assez bien ce petit village j’avais une ancienne petite amie qui vivait là-bas...
Je me mettais à sourire seul en chemin dans ma voiture. C’était assez bizarre mais j’avais l’impression d’être dans un des romans de Dan Brown. A la différence que là je ne cherchais pas le graal ou la fille de Jésus ou de Bouddha, je cherchais ma fille, et potentiellement une réponse sur mon escargot. Je souriais car je me demandais qui donc irait lire une histoire avec un tel postulat de départ...
Étant le personnage principal, je supposais, je n’avais pas à lire cette histoire mais à la vivre.
En arrivant sur la place à 11h30 j’y vis du monde. Normal c’était jour du marché. Je me mis à observer, pour voir si je voyais quelqu’un que je connaissais ou qui me ferait un signe ? Rien.
Tout d’un coup quelqu’un frappa à la vitre arrière. Je me retournais. Georges ! Bon dieu que faisait-il là. Il me fit signe d’ouvrir, ce que je fis. Il monta à l’arrière puis me demanda de rouler.
— Roule Vlad, vite, on est suivi. Je vais tout t’expliquer.
— Bonjour Georges, oui j’avoue que j’aimerais plutôt. Sais-tu où es Zoé déjà ?
— Zoé ? Non pourquoi ?
— Bah... Maison vide, sois disant elle devait venir, mon escargot hérisson qui disparait, toi qui joue les espions avec des rendez-vous secrets comme dans X-Files, j’aimerais bien tout savoir bon sang.
— Pour Zoé je ne sais pas. Je l’ai croisée avant-hier avec son copain, elle m’a dit qu’ils allaient passer deux trois jours à Lausanne en amoureux.
— OK, charmant, merci de l’apprendre comme ça, elle aurait pu prévenir quand même. Bon OK très bien mais là qu’est-ce qu’on fait ?
— Et bien je devais aller chez le médecin aujourd’hui, tu sais bien, ils m’ont soi-disant diagnostiqué Alzheimer ?
— Oui et ?
— Et bien ça veut dire que je vais aller à l’hôpital, et finir dans une maison de retraite pour malades, et je ne veux pas !
— OK d’accord mais on va où là ?
— Je ne sais pas, mais on s’enfuit ! Je sais qu’ils ont envoyé des infirmiers spécialisés pour me récupérer !
Pendant quelques secondes j’étais en train de penser que Dan Brown n’avait qu’à bien se tenir avec cette intrigue. Peut-être que Tom Hanks voudrait bien jouer mon personnage...
Ou peut-être plus Franck Dubosc.
Voyant que je ne réagissais pas, Georges me poussa sur le siège passager et prit le volant. Il démarra en trombe au moment où une ambulance arrivait sur la place, et se dirigeait beaucoup trop vite dans notre direction. Il réussit à l’éviter en donnant un coup de volant sur la droite et accéléra en prenant la direction du lac. Au moment où l’avant de l’ambulance percuta notre pare-chocs arrière, je me dis que soit les infirmiers étaient prêts à tout pour soigner Georges, soit... Le pare-brise arrière éclata quand le premier coup de feu retentit. La voiture fit un tête-à-queue, Georges s’assomma contre le volant et la voiture sortit de la page...
Je crois que je fus encore plus surpris que Vlad à ce moment-là. C’était incroyable. La page était arrachée ! Juste au moment de la course poursuite entre le héros et les méchants, quelqu’un a arraché la suite des pages. J’en suis donc réduit à imaginer la fin de cette histoire à la place de l’auteur.
Au bout de vingt minutes à penser à... rien, je laisse tomber avec dépit ma tentative d’imagination. Je me lève et me connecte à internet sur ma tablette pour chercher le livre à télécharger, et je tombe sur la bande annonce de l’adaptation cinématographique du livre, avec en vedette, la crème des acteurs comiques français...

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
101

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyriciste Nwar
Lyriciste Nwar · il y a
Bravo tu as mes 3 voix
Bonne chance surtout
Prière de lire mon texte pour la finale du Prix Rfi des jeunes écritures
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/plus-quune-vie?all-comments=1&update_notif=1546656533#fos_comment_3201198

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
on se fait avoir bravo bien écrit je vote. Mon lapin brun est en finale jusqu'à demain viendrez-vous le soutenir ?
·
Image de Josselyne Davy
Josselyne Davy · il y a
Quel suspense!!!!! J'en ai bavé d'impatience! Mes voix bien sûr.
si vous avez le temps, je vous invite à cueillir "les fleurs de Rose".

·
Image de John-Henry
Image de Celine
Celine · il y a
Belle Histoire
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire bien écrite et attachante ! Mes voix ! Une invitation
à venir déguster et apprécier “Grappes de Raisins” qui est également
en lice pour le Grand Prix Hiver 2019. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/grappes-de-raisins

·
Image de Vivi-san
Vivi-san · il y a
Oyô!!! Toujours autant de talent : ) et à 4 mains il y a encore plus de suspens : )
·
Image de TOUFE
TOUFE · il y a
Je suis agréablement surprise par ton talent. C’est très bien écrit et j’aime bcp les rebondissements.
Vivement la suite
Fatou

·
Image de Stephanie Wenzel
Stephanie Wenzel · il y a
super!
je me suis agacée de suspens puis vint l'étonnement...
Vivement la suite!

·
Image de Routbath Adjibade
Routbath Adjibade · il y a
Trop bien écrit. A quand la suite
·
Image de Cathy Cherrak
Cathy Cherrak · il y a
On lirait volontiers la suite !
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
ah ah , méfions nous des escargots ! mes voix
pour l'échange ...en finale Poésie avec ' De sa vie en rose ' et ' Continuer ' si vous aimez

·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Une bien belle farce votre histoire d'escargot,j'ai bien apprécié, +5*****
Sans vouloir vous obliger je vous propose une nouvelle en finale du GP automne.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-chacun-sa-justice
Merci.

·
Image de Catherine König
Catherine König · il y a
Bien écrit. La tension est maintenue. Bonne chute avec le regret de ne pas connaître la suite
·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Un beau texte, avec une chute un peu impressionnante. J'aime particulièrement votre manière de raconter. Je vous donne mes 5 voix et je vous invite à voter pour mon poème finaliste dont voici le lien:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

·
Image de Deborah Leonard
Deborah Leonard · il y a
J'aurais aimé continué l'histoire, je me suis laissée embarquer dans un voyage qui s'est trop vite terminer, je me suis fait avoir par des escargots
·
Image de Eve Bolero
Eve Bolero · il y a
J’aurais tellement aimé que l’escargot-hérisson s’appelle Isidore!
·
Image de jc jr
jc jr · il y a
Ce marché noir d’escargots m'a fait baver, J'irai voir le film. Mes voix et une invite à découvrir " l'essentiel " en compétition TTC...
·
Image de Sylvain Marco
Sylvain Marco · il y a
Régis Laspalès pour jouer Georges.
·
Image de Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Vous nous avez bien eus !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème