Sophie - Partie 2

il y a
5 min
6
lectures
0

Un peu de Djiguidjik en poésie Hésitant. Plume en avant j'écris Visiteur, bienvenue dans cet univers Où moi-même je me perd  [+]

Corinne ne pouvait pas croire ce qui se passait. Elle sous le choc de ce qu'elle venait de voir et de ce qu'elle était en train de vivre. Elle avait vraiment été kidnappée par un serial killer ? Ou plutôt "une" d'ailleurs ? Elle était vraiment en train de vivre l'une des scènes qu'elle lisait si souvent dans les romains d'épouvante qu'elle lisait si souvent ? Non, elle devait être en train de cauchemarder. Ça ne se pouvait pas. Elle ne le voulait pas.
Il lui restait tellement de choses à faire, tellement de choses à écrire. Ces dernières semaines, elle avait enfin réussi à avoir une très bonne discipline et à écrire tous les jours. Elle se rendait au Starbucks café près de chez elle tous les jours et arrivait à écrire plusieurs pages sans avoir trop de soucis. Elle avait fini par mettre la main sur ce qu'il lui manquait pour devenir une "vraie" auteure et maintenant, cette "folle" allait lui enlever ça ? Lui faire "découvrir" des sensations qu'elle n'avait absolument pas envie de connaître. Que ce soit aujourd'hui ou même jamais ?
Non, ça ne pouvait pas se passer comme ça. Ça ne devrait pas ! Et ça ne se passerait pas comme ça.
Corinne avait toujours été passionnée de romans policiers et fantastiques, elle s'y était plongé quasiment dès qu'elle avait su comprendre le sens de ces symboles sur des pages blanches. Elle les dévorait littéralement et elle adorait cela.
Et maintenant, elle se trouvait dans un de ces romans qu'elle affectionnait particulièrement. Alors que la panique commença à l'envahir, elle se rappela un livre qu'elle avait lu il y a quelques mois de cela où une situation similaire arrivait à un des personnages. Grâce à son sang-froid et à sa réflexion ce personnage avait finalement réussi à échapper à la mort et avait même réussi à capturer son agresseur. Ce souvenir lui permit de se calmer un peu et de commencer à réfléchir. Elle tenta d'observer tout ce qui l'entourait. Malheureusement la pièce était particulièrement peu fournie. Mis à part les outils sur les petites tables juste à côté d'elle et d'Estelle, il n'y avait quasiment rien.
Elle entreprit alors d'essayer de calmer sa camarade d'infortune pour tenter d'élaborer une éventuelle stratégie ;
Estelle était en train de sangloter doucement alors que le sang affluait toujours de sa blessure. Elle regardait avec peine son doigt blessé et semblait complètement tétanisée par ce qui se passait.
-"Je m'appelle Corinne...... Et toi ?"
Estelle entendit à peine la question de Corinne.
-"Je.... Tu te souviens.... Comment tu es arrivée ici toi ?"
Estelle ne détourna pas son regard de son doigt.
-»Je ne comprends rien... J'arrive pas à croire ce qui se passe.... Il faut qu'on trouve un moyen de partir d'ici"
-"Partir...?" articula Estelle.
-"Oui, faut qu'on arrive à partir d'ici..." lui répondit Corinne
Estelle leva vers elle le regard le plus implorant qu'elle ait jamais vu ; "Je veux partir d'ici...." Et elle se mit à sangloter un peu plus.
-"Ecoute, la situation a l'air désespérée, mais on ne peut pas juste baisser les bras directement. Il faut qu'on trouve un moyen pour s'en sortir ! Tu veux ?"
-"Oui...." répondit Estelle
-"Ok.... Est-ce que... De ton côté, est-ce que tu vois des choses qui pourraient nous aider ?"
Les deux jeunes femmes étaient placées dans des sens opposés et ne pouvaient donc pas se voir à moins de méchamment se tordre la nuque.
-"Essaie de regarder partout et .. De bouger ? Est-ce que tes liens sont ultra serrés aussi ?" demanda Corinne
-"Oui... j'arrive à peine à bouger mes poignets" dit Estelle qui tentait de se débattre violemment.
-"Je ne vois rien qui pourrait nous aider.... A la limite ce qu'elle prévoit d'utiliser pour nous... Mais, impossible de l'atteindre..." Dit Corinne qui commençait à perdre sérieusement espoir.
-"Attends..." l'interrompit Estelle.
-"Quoi ? Qu'est-ce que tu as trouvé ?"
-"Je crois que.... Je peux..." hacha Estelle
-"Que tu peux quoi...? Je ne comprends pas..."
-"Je crois que j'arrive à dégager ma main..." dit Estelle.
Effectivement, la jeune femme parvint à libérer sa main droite de l'entrave que Sophie avait posé. Non pas que Sophie avait mal fait le lien mais ce qu'elle ne pouvait pas savoir c'était qu'à ses 16 ans Estelle s'était fracturé la main et que depuis elle pouvait se "déboiter" en quelques sortes le pouce.
-"Tu t'es libérée ?!!!!!!!! VITE !!!!!". Corinne était en joie !
-"Oui... Mais...." répondit Estelle avec une pointe de désespoir dans la voix. Effectivement elle s'était libérée la main droite mais elle ne pouvait malheureusement pas libérer son autre main car elle n'avait pas la même faculté et que le lien était trop bien fait pour être enlevé d'une seule main.
Malheureusement pour elle, et son infortunée compagne, les outils de Sophie qui auraient pu l'aider se trouvaient du côté de sa main gauche... Elle avait donc énormément de mal à les atteindre.
-"Attends, je dois pouvoir arriver...."
Au même moment, elles entendirent Sophie qui s'approchait de la porte
-"Fais vite" Tenta de chuchoter Corinne
-"Je .. Sais" lui répondit Estelle qui tendait son bras aussi fort que possible. Les larmes aux yeux, le désespoir s'emparait peu à peu d'elle à nouveau lorsque...
-"Me revoilà ! Je suis désole pour cette interruption ! Cela ne devrait plus se reproduire" s'exclama Sophie en refermant la porte derrière elle.
Estelle étouffa un sanglot... Malheureusement, elle n'avait pas réussi à attraper aucun outil. Elle avait réussi à remettre rapidement sa main dans son lien afin que Sophie ne se rende compte de rien cependant.
-"Alors, où en étions-nous ?" Reprit Sophie, faisant frémir les deux jeunes femmes.
-"Pourquoi est-ce que vous faites ça ? Est-ce qu'on vous a fait quelque chose...?" Tenta Corinne
-"Vous m'avez fait quelque chose...?" ironisa Sophie. "Non, non, rien du tout. Mais tu veux vraiment savoir pourquoi je fais ça ?"
Sophie s'approcha de Corinne. Cette dernière na la voyait pas encore mais entendit ses pas se rapprocher.
Sophie connaissait extrêmement bien l'anatomie humaine et elle s'était entraînée pendant longtemps avant de passer aux "actes". Elle réussi donc sans mal à violemment planter un pic d'1/2 cm de diamètre dans l'épaule de Corinne qui hurla sous la surprise et la douleur. Estelle, qui ne voyait pas ce qui se passait hurla elle aussi et ses cris se mêlaient à ses sanglots.
Sophie, qui voulait faire durer au maximum ses séances avait bien entendu visé de façon à ne provoquer aucun dommage irréparable. Mais le plus de souffrance possible...
-"Si je fais ça, c'est uniquement pour ça justement. Pour ces moments que nous partageons. Pour cette intimité que nous avons toutes les trois."
Les deux jeunes femmes étaient horrifiées.
-"Jamais, vous ne partagerez à nouveau un tel lien avec quelqu'un d'autre. Nous sommes unies toutes les trois. Ce que nous avons aujourd'hui est unique et mémorable ! C'est non seulement beau et intime mais en plus nous en apprenons toutes plus les unes sur les autres. C'est génial non ?"
Corinne se sentait groggy. Elle avait atrocement mal à son épaule, elle ne put retenir ses pleurs elle aussi et les paroles démentes de Sophie ne faisaient qu'ajouter à son horreur.
-"Allez, c'est juste TOP ! On continue ?" Sophie arborait un sourire qui était maintenant visible par Corinne même si cette dernière aurait préféré ne jamais le voir. Si Corinne s'en sortait, elle dirait que c'était la chose la plus affreuse qu'elle avait jamais vu de toute sa vie. Malgré son athéisme notoire elle aurait caractérisé ce qu'elle voyait de "pure vision démoniaque". Un rictus de démon plus qu'un sourire se cala en face d'elle.
-"Allez, on regarde ce que ça fait ?" Gronda le démon devant elle.
Sophie appuya sur la plaie et... commença à l'élargir avec ses doigts qu'elle tentait de faire pénétrer dans la plaie.
-"Allez, je veux caresser tes os" continua la créature aux traits humanoïdes qui était devant Corinne. Cette dernière hurlait à la mort et commençait presque à l'appeler pour en finir.
Soudain le téléphone sonna à nouveau.
-"NON MAIS C'EST BON !" s'énerva Sophie. "Maman, mais ARRETE QUOI !"
Sophie sortie en trombe de la salle et Corinne et Sophie l'entendirent s'éloigner.
Corinne criait encore lorsque Sophie sortait de la salle. Ses cris s'étaient maintenant transformés en plainte un peu plus silencieuse. Son visage ruisselait de larmes et elle bavait légèrement sous l'hébétude et la douleur. Estelle pleurait à chaudes larmes et priait pour que Sophie revienne directement lui couper la tête pour en finir et ne plus souffrir.
-"Essaie à nouveau". C'était Corinne qui avait parlé
-"Quoi...?" réussi à répondre Estelle
-"Essaie à nouveau de te délivrer !" lui répondit Corinne
-"Mais... Je n'y arrive pas je te dis... Imagine qu'elle me surprenne... Je veux pas endurer plus... Je peux pas..." sanglota Estelle.
-"VAS-Y! FAIS-LE!" Tonna Corinne. -"T'AS PAS COMPRIS ?! SOIS T'Y ARRIVES SOIT ON VA VRAIMENT, VRAIMENT PAS CREVER FACILEMENT ! ELLE SAIT CE QU'ELLE FAIT CETTE FOLLE ! JE SAIGNE à PEINE MAIS ça FAIT UN MAL DE CHIEN ! APRES CE SERA TOI ! ALORS... BOUGE-TOI BORDEL !"
Estelle pleura un peu plus fort...Et elle réalisa que Corinne avait raison. La pensée de vivre ce calvaire pendant des heures, voire des jours lui instilla une frayeur qu'elle n'avait jamais connu jusqu'alors. Elle sortit frénétiquement sa main et tenta beaucoup plus fort d'atteindre les outils. Cette fois-ci, elle se disloquait presque l'épaule pour tenter de les atteindre.
Elle y était presque lorsqu'elle entendit les pas de Sophie qui se rapprochaient. Elle se contorsionna encore plus.
-"Bon, cette fois-ci, on ne sera vraiment plus dérangés !" s'exclama Sophie.
Elle avait mis son téléphone sur vibreur et l'avait laissé en haut...
-"Alors ! On reprend les amies ?" dit-elle avec un sourire carnassier.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,