Sodome et gore mort

il y a
1 min
241
lectures
0
Ma main agrippe un sein flasque. Je le palpe, d’abord doucement, puis le pétris avec violence. Des cris sont étouffés. J’accélère mon va-et-vient dans ce vagin déjà meurtri, que je défonce avec application depuis plus de trois clepsydres. Lorsque, haletante, ma partenaire expire un long gémissement d’agonisante, je me laisse aller à la paresse, et m’avachis sur elle, l’écrasant de mon corps trop gras, trop lourd. Un corps qui trahit une autre passion mauvaise, comme « ils » disent. Je ne les ai pas tous. Le stupre, oui, indiscutablement. L’orgueil aussi. Mais pas l'avarice. Pas celui-là. J’ai donné mon cul plus souvent qu’à mon tour. D’ailleurs, ce dernier se fait à nouveau solliciter. Je reprends seulement mes esprits qu'une main vient tâtonner mes fesses, jusqu’à l'anus, puis, sans prévenir, un doigt s’y enfonce et se retire, prestement. De surprise, je lâche un petit son, mais avant que je ne réalise tout à fait les promesses qu'annonce ce doigt fièrement dressé, deux bras puissants me font une clef de bras, et un sexe dur, long comme une poignée de charrue me pénètre. Ma peau, insuffisamment dilatée me fait souffrir, et le balancement du ventre de cet inconnu sur ma croupe me contraint à resserrer mes sphincters. Ma prostate m’envoie des vertiges, des éclairs. Dans un instant de lucidité, je reconnais le déhanchement particulier de mon voisin. Depuis sa chute d’échelle, son bassin s'incline vers la gauche, ce qui le fait claudiquer dans la rue... et ce qui irrite plus fort une cuisse que l'autre. Le matin de son accident, certains y ont vu présage. Sinistre. Le penchant senestre. Mais là, ça me dépasse. Tout à mon ivresse, je gueule « Ephraïm » et il me laboure plus fort. Toute sa virilité se cambre et m’arrache un hurlement aigu de jouissance. Je m’époumone, ses cris s’intensifient, je mugis comme un taureau fou de rage.

Puis, la ville entière se met à hurler. Une lumière, éblouissante de flamme, se fait.

Au loin, sur la colline dominant la plaine de Siddim, une statue de sel s’érige.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]