Réminiscences

il y a
1 min
28
lectures
0

Longtemps, on rampe sur cette terre comme une chenille, dans l'attente du papillon splendide et diaphane que l'on porte en soi. Et puis le temps passe, la nymphose ne vient pas, on reste larve ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

La grimace du héros se mue en sourire quand de sa canne au pommeau d'or, il désigne l'adolescent. Gantée de velours, la soprano s'abreuve de madère avant la représentation. Lassé de cet aréopage suranné, le garçon profite des premières vocalises pour se glisser hors du souterrain. Abandonnant par dessus son épaule un arc-en-ciel à l'agonie, le rouquin file vers la buanderie où ému, il se terre ; bercé par la mélancolie du chant d'une lavandière. Pantelants, les amants chancellent dans le capharnaüm des étoffes nimbées de vapeur. L'avidité suinte de leurs baisers voraces.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,