9
min

Rejeunesse 2

Image de Moeun Touch

Moeun Touch

14 lectures

1

*** la dulcinée

× Mais c'est qu'il est doué ce petit con, pour trouver des idées! Et si tu faisais pareil avec ta queue? Comme ça, tu ne n'auras pas à payer le prochain coup.
= Ah, papy culho, la prochaine, ce sera pour vous, parce qu'il y aura forcément la belle! On va gagner cette revanche en un clin d'oeil, et la belle avec.
+ La belle aux bois dormant?! Tu regardes encore ces contes de fées à ton âge? Il n'y aura pas de belle, bande de morveux! On va vous donner une autre grosse fessée.
# Assez parlé, je veux être aussi de la partie. On joue trois verres, la mise a changé.
× Oh, le nouveau me fait peur, pas toi? Ha ha ha!
+ Et comment!? Il aboie comme mon chien, mais il ne fera rien du tout. Il suffit de lui donner un peu de Royal Canin. Ha ha ha!
# Vous allez voir si je ne fais qu'aboyer, les papys! La géométrie, ça me connaît. Commencez à nous servir déjà chacun trois verres, et quatre pour ma petite Peggy, c'est son anniversaire!
× Mais c'est qu'il a de l'assurance et du charisme le petit morveux! Allez, montre nous ce que tu sais faire.
# Bien, papy.

Le nouveau qui vient d'entrer dans le bar et dans la partie, semble s'y connaître.
À la casse déjà, il fait rentrer plusieurs boules."Alors les papys, on ne dit plus rien! Bouche bée, hein?!", charrie l'un des jeunes, fier de la prestation de son ami. Et cela ne fait que commencer. La souffrance des géronto est lente, car le jeune expert prend tout son temps, pour observer, pour calculer, pour optimiser les trajectoires et les effets, dit il. Un langage que personne ne semble comprendre vraiment, bien que chacun comprenne chaque mot.
En vérité, cette prise de temps, ces analyses, ces va- et-viens, sont justes exploités pour impressionner les adversaires et découvrir une éventuelle faiblesse mentale. Mais les géronto, parce qu'ils ont tous perdu leurs dents de lait, en buvant des bouteilles de whisky, sont impassibles et loin d'être impressionnés, sauf peut être par ce petit génie de huit ans qui est rentré chez lui.
Ces derniers n'attendent qu'un faux pas du jeune adversaire pour riposter.
Au pire, il leur restera encore la belle.

Le jeune joueur ne veut plus passer la main. Il enchaîne ses coups, réussite sur réussite. Les boules tombent une par une dans les trous, comme des gouttes de pluie qui s'écrasent au sol."Ça s'appelle de la géométrie constructive, papy!", commente le joueur avec un air moqueur mais aussi instructif. En voulant se la jouer trop professeur, le jeune expert vient de faire un mauvais choix et se retrouve dans une impossibilité géométrique et physique de faire tomber une nouvelle boule dans un trou, même en faisant voler les boules par dessus d'autres.
" C'est pas plutôt de la géométrie NON constructive?!", riposte un des géronto, trop content de cette gaffe tant attendue.
"Allez, papy, montre nous comment profiter d'une pareille occasion pour rattraper ce retard!", relance le jeune géomètre du tapis, comme s'il voulait encourager le géronto de revenir dans cette partie quasiment impossible à gagner, ayant encore trop de boules à faire tomber.

Mais le vieux expérimenté sait être patient.
C'est vrai, si la vieillesse se respecte et se désire, c'est bien pour sa patience et son expérience, sa sagesse et son assurance. Et quand elle est insolente, c'est souvent calculé, choisi, mesuré, consciemment. Et donc n'est pas vieux qui veut! Il faut le mériter.

C'est pourquoi, même devant cette quasi certitude de perdre cette revanche, le géronto aborde sa première boule comme si l'issue, il ne la connaissait pas, comme si le but n'était pas de gagner mais juste d'optimiser la longévité de son tour. Il choisit la bonne boule, celle qui lui permettra d'enchaîner un autre coup, s'il place bien la blanche. Et ainsi de suite. La première rouge, couleur des géronto, puisque les jeunes ont choisi les jaunes, vient de tomber dans un des six trous. " Ouais, bravo Jacky, vas y! Continue!", encourage la vieille génération. " Allez, maintenant sa dulcinée!", précise un autre vieux supporter sur quelle boule jouer.
La dulcinée, c'est la boule suivante, appelée ainsi par ces vieux car ils jouent de deux en deux, comme s'ils mariaient leurs boules. On choisit la première, on la rentre en essayant de placer la blanche devant sa dulcinée de telle manière à pouvoir continuer ainsi le plus longtemps possible, jusqu'à rentrer toutes les boules, la noire en dernier.

Ça y est, la dulcinée a rejoint la première et le géronto reste concentré. Il répère immédiatement la suivante, et bien sûr sa dulcinée, pendant qu'il lubrifie la tête de sa queue de billard, avec la fameuse matière argileuse bleue. La deuxième rouge et sa dulcinée viennent de disparaître. Le géronto a déjà oublié ce qui vient de se passer, et choisit déjà la nouvelle paire de boules à jouer, comme s'il venait de démarrer son tour, avec une concentration tellement silencieuse qu'on se croirait dans un cimetière. C'est vrai qu'ils ne sont plus si loin de s'y retrouver; quelques uns de leurs organes y seraient déjà, pendant qu'ils disputent encore cette revanche devenue de plus en plus serrée.

Il reste quatre boules pour revenir à égalité, soit deux paires. Les géronto se consultent. Ils décident de changer de main, pour éviter que le même joueur tremble ou ait des crampes. À leur âge trop avancé, il faut se ménager. Le géronto suivant a déjà visualisé le parcours à faire, avec les deux paires à jouer. Il prend son temps pour démarrer. La première paire, OK. La deuxième paire, OK. Ça y est, ils ont réussi l'impossible et reviennent dans une égalité parfaite!

Les jeunes commencent à s'interroger. Le géronto passe sa main à un autre géronto, qui n'hésite pas à s'illustrer de la plus belle des manières, en envoyant la dernière boule, la noire, dans le trou, avec un effet rétro légendaire que seul un géronto sait maîtriser. Un effet magique qui, en imposant ses trajectoires bizarrement courbes, semble défier toutes les lois de la physique et de la géométrie. Les jeunes sont sidérés, stupéfaits, émerveillés, bouches bées...

" Bravo, les papys, vous avez mérité vos trois verres! Allez, c'est moi qui régale. ", précise le jeune qui a failli terminé seul cette revanche, s'il n'avait pas fait ce petit mauvais choix. Mais c'est ça la jeunesse, faite d'une succession de mauvais choix, de maladresses stratégiques dues au manque d'expériences.

Mais dans cette petite ville, on se relève immédiatement après une défaite, pour mieux apprendre, pendant que les regrets sont encore frais. Après avoir trinqué ces quelques verres avec les papys, les jeunes veulent leur match retour. Les vieux l'ont parfaitement compris, ce n'est sûrement pas pour repartir avec au moins une victoire, mais pour savourer cette magnifique soirée, avec eux, les géronto, ces vieux qui vont bientôt se retrouver au cimetière et qu'on a oubliés depuis longtemps, alors qu'ils vivent là, tout près, avec plein de choses à transmettre et à partager.

Pendant cette petite pause whisky pour les mecs et cocktail pour les filles, en l'occurrence pour Peggy qui fête ses vingt ans et qui a un verre de plus que les autres, quelques jeunes découvrent le babyfoot et le flipper. Pourtant leurs parents ont grandi avec ces jeux plus sociaux et plus physiques que ces réseaux sociaux. Avec ces jeux, on rencontre des gens, on leur offre des verres et on apprend à les connaître en regardant dans leurs yeux, au lieu de s'isoler et de textoter sur le clavier d'un smartphone, avec une correspondance dont on ne peut connaître ni le sexe, ni l'âge, ni le reste de son identité.

Une photo et quelques phrases sur une page, c'est pas pareil que de voir un visage devant soi, de le voir sourire et prononcer quelques mots.

Au fur et à mesure qu'ils jouent à ces jeux oubliés et abandonnés des nouveaux bars branchés, les jeunes commencent à prendre goût, surtout la reine de la soirée, Peggy, qui kiffe d'emblée les flippers.
Le vieux propriétaire du bar s'approche d'elle, avec un gigantesque coktail glacé et très fruité, concocté exprès pour qu'elle n'en verrait plus jamais de pareil, ni en taille, ni en goût, ni en tout autre détail.

"Pour vos vingt ans, magnifique Peggy!", félicite le vieux barman avec une voix de crooner cassé très séducteur qui rendrait jaloux tous les plus grands charmeurs du moment.

" Oh merci, Monsieur, qu'il est somptueux!", s'exprime la jeune demoiselle avec une joie spontanée que seule les femmes connaissent quand elles voient tout ce qui s'entoure de glace ou de chocolat. Vous savez, cette jubilation qui les fait sourire quand elle voit un pot de Nutella par exemple.

"Si c'est comme ça chez vous, je risque de vous ramener d'autres filles qui vont avoir aussi vingt ans dans quelques jours ou quelques semaines", aurait elle sûrement envie d'ajouter.

Ah, vingt ans! Quel bel âge!
La soif de découverte à son apogée, la curiosité à satisfaire constamment, la vie à croquer partout, tout le temps, sans oublier la peur de ne pas pouvoir tout voir et tout goûter.
Peut être que dans ce coktail minutieusement préparé et joliment décoré, y aurait il un peu de mélange de tous ces ingrédients si magiques?!
La question semble naïve mais pas quand on voit avec quels yeux, la toute fraîche jeune femme qu'est devenue cette étudiante, regarde son divin coktail exotique avant de le consommer.

"Désolé mon trésor, mais il va falloir que je te consomme savoureusement et sauvagement, et seule, comme une égoïste cannibale. Tu ne connaîtras pas d'autres filles que moi mon coeur, car notre amour sûrement en sens unique n'aura duré que ce temps anniversaire de dégustation que je te promets unique. À dieu mon amour, ne crie pas si je te croque trop fort et ne pleure pas si je te mords, car tout ce que je te ferai, je ne le ferai que par amour", croirait on avoir entendu la jeune nymphomane réciter cette cantation idyllique, avant de commencer à consommer insatiablement son amour de coktail, rendant inévitablement mortes de jalousies toutes les autres jeunes filles du bar qui salivent depuis que le vieux barman leur a présenté le dessert.
La convoitise des autres jeunes filles est telle que l'une d'entre elles, jusque là presque muette et invisible, sinon peut être à peine ses quelques rires et sourires discrets qu'aucun géronto n'a loupé car tellement rares pour eux, informe qu'elle aura également son anniversaire dans deux semaines et propose une idée que les momies et les morveux trouvent plutôt alléchante.

" Et si on organisait ici, un tournoi de billard, de flipper et de babyfoot, dans deux semaines! Ce sera mon anniversaire. J'aurai mon petit coktail unique et vous les mecs, vous aurez votre revanche. Histoire de ressusciter ces vieilles machines ludiques, hein les grand-pères? En plus, je suis sûre que mes parents seront de la partie pour foutre une raclée à tout le monde!", termine la future jeune femme qui étudie le commerce international, en rajoutant derrière " je paierai la première tournée pour tout le monde".

Une idée très alléchante et acceptée de suite par tout le monde. Très commerciale déjà, la jeune étudiante a réussi à gratter un autre amour de coktail exotique unique, qu'elle commence déjà à croquer à l'avance, dans sa pensée. Ah ces bonnes femmes, par jalousie ou par envie de faire pareil, elles sont prêtes à tout, surtout quand il s'agit d'histoires d'amour, en coktail ou en chocolat.

Tout cet enthousiasme juvénile ne fait qu'accroître la rejeunesse de ce bar qui va peut être refleurir de nouveau comme aux bons vieux temps. Tout ça parce qu'un petit schtroumpf de huit ans qui rend visite de temps en temps à son vieux papy, a manifesté sa curiosité en regardant mourir et moisir ces vieilles machines que la technologie a mises de côté depuis un bout de temps.
Sans cette curiosité innocente et spontanée, Hugo n'aurait pas pu surprendre les papys de sa prestation et les géronto n'auraient jamais démarré leur partie de billard. Bien sûr, le vieux juke-box n'aurait non plus pas rechanté cet air de blues et les jeunes n'auraient jamais été interpelés. Cela aurait dommage pour Peggy qui n'aurait jamais connu cet unique amour de coktail si majestueux et si magique!
Comme quoi des fois, il ne faut pas grand-chose pour provoquer de grands événements. Une simple curiosité suffit.

Mais cette fois ci, c'est carrément une idée! En plus improvisée par une femme commerciale morte de jalousie dans le seul but d'être la reine de la soirée afin de ne gratter que cet amour de coktail exotique, source de l'idée. Dans un mois, ce bar risque de se métamorphoser. On sent déjà l'exaltation et l'énergie qui tournent autour de chaque protagoniste présent dans bar. Il suffit d'écouter leur conversation pour comprendre que chacun va tout faire pour tout péter! Certains prévoient déjà de mettre le feu. Les pompiers ont intérêt à rester réveillés ce jour-là, pour éteindre les incendies. À moins qu'eux aussi, veulent allumer le feu! Qui sait? Car dans cette petite ville, tout se sait très vite, avec ou sans affiche publicitaire.

+ Vous allez voir, on va redécorer tout ça.
- Oui, on remettra en forme et en couleurs chaque détail de ce bar, vous verrez. Ce sera un sacré et merveilleux anniversaire. Et je vous concocterai, mademoiselle, un autre cocktail personnalisé, avec des ingrédients qui vous correspondent. J'ai déjà une idée.
@ Merci, papy, tu es un amour!
× Quant à moi, j'ajouterai de nouveaux disques dans ce vieux juke-box pour qu'il puisse offrir plus de mélodies, parce qu'il va falloir danser aussi, eh oui les amis!
= Bien parlé papy, et si vous avez besoin de retrouver un peu de forme et de souplesse les momies, ma tante est masseuse et kinée et, surtout très séduisante! Pas vrai, Victor? Je lui parlerai pour qu'elle et son équipe vous fasse un bon massage de jouvence, à l'oeil bien sûr.
* Oui, parce qu'on ne veut pas vous ridiculiser en public sachant qu'on vous voit à peine vous tenir debout!
@ Nous les filles, on va vous faire un peu de pub. Tenez, si on informe les prix à gagner, on peut attirer tous les V.I.P de la ville voire ceux des villes voisines. N'est ce pas Peggy?
¥ En effet, d'ailleurs, on informera déjà demain, tôt dans la matinée, que ceux qui auront les couilles de participer à cet unique tournoi en son genre, pourront venir s'entraîner dans votre bar, y compris nos parents. Qu'est ce que vous en pensez?
- Quelle idée géniale, magnifique Peggy! Et quel enthousiasme les jeunes! Je vous remercie du fond du coeur. Si les gens viennent déjà demain consommer dans mon bar, vous aurez chacune un coktail personnalisé les filles. Bien sûr, celles qui auront vingt ans auront des bien spéciaux.
= Et nous les mecs, on aura quoi?
+ Une autre fessée!

HA HA HA! (rire général, y compris les jeunes étudiants à qui s'adresse cette menace amicale)

Un magnifique rire spontané et tellement simultanément et synchrone qu'on pourrait soupçonner que cela avait été répété et répété jusqu'à obtenir cette perfection chorégraphique quasi mathématique d'une équipe de presque d'une quinzaine de personnes, en plus de différentes réactivités.
Un tel synchronisme ne peut être le fruit du hasard!
Mais c'est ça la beauté, quand tout le monde est heureux, sauf que là, c'est encore plus magique car ces gens le sont au même moment, dans un même lieu et surtout, pour le même rêve, le même projet, que chacun fera le maximum pour le réaliser.
Derrière ces jolis sons de rire qui finissent par s'évanouir progressivement sans laisser d'écho, on imagine encore ce bonheur collectif se prolonger, en observant ces magnifiques sourires encore visibles sur chaque visage, avec une sincérité tellement enfantine.

Thèmes

Image de Nouvelles
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,