Refusé la misere

il y a
2 min
28
lectures
0
Après un début de tension au niveau de l’approvisionnement en pain, causé par un sit-in au niveau de la principale usine de levure, il y a quelques jours, voici que les Tunisiens font face au manque de lait, et des bonbonnes de gaz. Autant de produits d’une nécessité absolue pour les familles, qui se retrouvent à faire face à une situation peu commune, en subissant de plein fouet la vague de froid qui déferle en ce début d’hiver.
-Dans un quartier huppé de la capitale, le mardi 20 décembre, un camion qui transportait du lait a quasiment été dévalisé en quelques minutes. L’épicier du coin qu’il était censé approvisionner a vendu une bonne centaine de packs de six en moins de cinq minutes. Or le lait est indispensable pour les familles avec les enfants en bas âge. Pourtant, la baisse officiellement annoncée de la production n’est « que » de 15 %. Mais visiblement, cette diminution a été suffisante pour exercer une tension sur le marché. Et si on ne se bat pas encore pour le lait, comme ça a été le cas en octobre dernier, il n’empêche que la situation devient pour le moins inquiétante, puisqu’il ne s’agit pas du seul produit de première nécessité qui en vient à manquer.
-La pénurie de bonbonnes de gaz a poussé des citoyens à attaquer un dépôt, lundi 19 décembre, au Kef. Les forces de l’ordre ont dû intervenir. Sont-ils réellement coupables d’un acte répréhensible ? Inversons la question. Comment cuisiner, nourrir ses gosses, se chauffer quand la température n’est pas loin de zéro et quand les magasins, les stations à essence, déclarent le gaz indisponible ? Faut-il rappeler que le gaz de ville ne dessert que certains quartiers des villes les mieux loties de Tunisie ?
-En somme, cette double tension exercée d’une part par la surconsommation de l’énergie due au froid, et d’autre part par les perturbations de la distribution des bonbonnes de gaz causés par les sit-in dans la région de Gabès, a induit une situation inédite. Pour rassurer la population, le ministère de l’Industrie et de la Technologie a annoncé que l’on verra de nouveau les bouteilles (pleines) de butane à partir du jeudi 22 décembre, puisqu’il est question d’importer, à partir de cette date, 20 000 tonnes de gaz. Précisant que 2200 bonbonnes ont été distribuées dans la zone du Kef, justement. Sauf que la quantité de gaz qui sera importée, n’est censée assuré la consommation que de deux semaines, à l’échelle de la Tunisie.
-Entre-temps, des associations tunisiennes sonnent l’alerte. Elles appellent à l’aide les citoyens et les incitent à collecter les vêtements chauds, les couvertures, pour aider les plus démunis de nos frères. Et puisque la misère s’associe désormais à la pénurie, cet hiver risque de faire des dégâts.
La pauvreté a toujours été perçue comme un sujet tabou en Tunisie. Les médias ont jusqu’ici fermé les yeux sur ce qui passe vraiment à l’intérieur du pays. Depuis peu, des associations mobilisées sur les réseaux sociaux œuvrent sur le terrain et lancent un appel pour aider ces personnes en difficulté.
-Des dizaines d’association caritative tunisienne qui œuvrent tant bien que mal afin de secourir des personnes en difficultés (surtout les plus fragiles comme les enfants et les personnes âgées) tentent actuellement de dénoncer ce fléau qu’est la pauvreté. Ces associations œuvrent constamment à apporter de l’aide à ces personnes en difficulté : appels aux dons, visites sur le terrain, créations de convois, ne sont ici que quelques exemples de cet élan de
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !