Présence

il y a
5 min
755
lectures
60

Je recherche un bêta-lecteur, si vous êtes intéressé(e) n'hésitez surtout pas à me contacter. Merci d'avance  [+]

C'était en fin d'été, un enfant venait de naître. Il se prénommait Tom et faisait la fierté de ses parents.
Son père Jérôme était un trentenaire, une trentaine bien passée dirons-nous. Il était brun, assez dégarni, on commençait doucement à voir le poids des années sur sa chevelure et son visage qui avait notamment perdu de son élasticité.
L'embonpoint aussi était survenu ce qui avait tendance à l'handicaper au quotidien, lui qui avait par le passé été un beau sportif ténébreux perdait à présent de sa superbe.

Il était d'ailleurs devenu beaucoup moins exigeant voire moins moqueur avec ses amis qui eux n'avaient pas eu la chance d'avoir ce physique de jeune premier. Je me souviens notamment d'une phrase qu'il disait "L'amour vient à qui sait attendre, d'ailleurs moi je ne drague jamais"

Sa compagne, Lucie, était une petite femme avec de la poigne qu'on sentait être capable de gérer d'une main de maître sa vie seule. 
Elle avait cette force de caractère qui l'a caractérisée depuis le décès de son père. 

Malgré tout cela, elle voulait comme beaucoup de gens; attention pas tous; mais comme beaucoup, avoir un foyer modèle; donc un papa, une maman, un ou plusieurs bambins, un chien de garde et une maison propre et bien rangée.
J'entends déjà les gens qui vont me dire bien rangé... bien évidemment pas dans toutes les pièces. Effectivement, comme dans beaucoup d'habitations, il y a toujours une ou deux pièces où l'on range, puis on entrepose, puis finalement on pose de tout et de rien, embarras de la maison.
C'est dans ses pièces où se mêlent vêtements qu'on porte moins ou tout simplement plus, objets qui deviennent moins à la mode, vieux livres etc...
Un type d'objet... appareils photo d'un autre temps et aspirateurs de table qui maintenant n'aspirent plus rien mais plutôt qui font office d'attrapes poussières.
Je disais donc la fin de l'été, dans une chambre toute refaite avec soin et minutie par le jeune (ou pas) papa se trouvait là un tout petit bébé. Les parents étaient chanceux, l'enfant était calme et taciturne comme son père et physiquement le portrait craché au masculin de sa mère.
Elle qui avait attendu tant d'années, avait maintenant son petit sosie au masculin qui la réveillait comme un coq.

Les mois passaient avec une vitesse effrénée.
c'est un phénomène qui est assez fréquent dès que nous sommes heureux le temps défile tel un TGV à pleine vitesse. C'est une chose qui est assez paradoxale, quand des choses dures de la vie nous arrivent, le temps semble s'arrêter, voire même s'allonger.
Comme si nous regardions un film en slow motion, chose décidée peut être par Chronos, le Dieu du temps, pour jouer avec nous simples humains fragiles.
La nouvelle organisation avait fait place à l'ancienne, c'était acté ! Il y aurait quatre personnes à s'occuper du petit ange, son papa, sa maman, sa mamie et la crèche.
Notre Jérôme avait donc était désigné comme seul garde d'enfants pendant une partie de la semaine.
J'imaginais la nouveauté pour lui qui avait toujours été si loin de la naissance d'un enfant et de la responsabilité que cela représentait.
Il était en effet resté pendant énormément d'années comme un "éternel" adolescent changeant de métier, d'appartements, de vie comme on change de smartphones.Ce n'est plus à la mode, nous changeons !
Drôle de société où des adolescentes tout juste sortis de l'enfance deviennent des leaders écolos et à coté de ça le restant de la société qui a une vision à court terme. Aussi court que la satisfaction que nous procure le plaisir de notre nouveau gadget prêt à augmenter notre impact carbone.

La pièce était le petit modèle de cette société, entièrement refaite, enfin entièrement c'est un bien grand mot. La pièce avait été maquillée pas tant comme une reine de beauté mais plutôt comme un clown qui ne voudrait pas être reconnu en réalisant son premier Hold-up.
Ce nouveau clown avait donc un parquet flottant, clipsant, ou stratifié tellement 2019 et le restant c'était des couleurs neutres comme dans nos émissions préférées de home staging. On aurait pu être rassuré en rentrant dans cette pièce qu'on aurait dite toute droite sorti d'un catalogue de design.

Mais l'impression était bien différente c'était plutôt une impression de froid, tel les pages du fameux catalogue.Sans aucune émotion, voire même pardon l'inverse comme un voile de tristesse, une impression assez compliquée à définir. Je ne suis rentré qu'une seule fois dans cette pièce et je m'en souviens encore dans les moindres détails.
Une impression de peur, pardon pour ce mot mais imaginez un instant, fermez les yeux, écoutez votre respiration et là imaginez que votre coeur s'arrête sans que vous soyez capable de rien n'y changer. Voilà l'impression que procurait cette pièce. Tel un animal ou un médium mon sixième sens m'avait dit de ne jamais y remettre les pieds.
Bien évidemment, je n'avais parlé à personnes de cette terrible impression, je dis bien à personne ni à ma femme (oui l'église etc.) ni même à mon meilleur ami Jérôme. 
Une semaine plus tard j'y repensai, quelqu'un peu importe qui, m'aurait dit rien que la moitié de mon ressenti sur cet endroit je ne sais pas si je l'aurais frappé ou étouffé pour le faire taire.
En effet, la chambre d'un enfant de tous les enfants devrait tel un jardin d'Éden, voir un jardin d'Éden qui aurait un champion de Tower Defense pour se protéger.
Revenons en aux faits, un jour d'automne mon ami Jérôme m’avait expliqué avec son calme habituel et en ne plaisantant absolument pas. "Quand je suis rentré dans la chambre de Tom" dit-il "j'ai vu comme une ombre". 
Je voyais qu'il ne disait pas exactement la vérité
"J'ai vu mon père au-dessus de son lit... Il me regarda et disparu aussitôt".
"je ne sais pas si j'ai rêvé"
Là on voyait de nouveau qu'il ne croyait pas à son propos. Il avait vu tout ça mais n'osait pas en parler ou peu... 

C'était à partir de ce moment que j'étais au courant de son malaise, de ce qui le rongeait à petit feu.
Lui aussi avait cette impression de cœur qui s'arrêtait dans cette pièce, à la différence que maintenant il savait très précisément pourquoi.

Alors que généralement on est comme satisfait de mettre un nom sur notre maladie, dans cette situation c'est le sentiment de double peine qui prédominait.

Alors folie ou apparition divine (ou sataniste) . Le souci c'est que Jérôme était déjà très vulnérable depuis le suicide de son père.

Oui, son père s’était suicidé, il avait détruit en l'espace d'un instant l'équilibre déjà très fragile d'une famille dans la difficulté d'un des maux de notre société, le sacro-saint argent qui dirige absolument tout dans ce monde.
Telle une nouvelle secte, mieux même une nouvelle religion qui englobe en un instant toutes les autres polythéistes et monothéiste, tel un chien affamé sur un morceau de viande tendre.

Le souci c'est que là même tout l'or du monde ne saurait arranger cette situation car au final le souci n'est pas cette pièce, le souci est bel et bien là, malgré toute la folie que cela représente.
Quoi faire à sa place ? En parler à Lucie qui pourrait être en un instant malgré sa solidité sans failles, déstabilisée et le voir soudain comme un inconnu, pire comme quelqu'un de dérangé à ses yeux.
Quelqu'un qui ne serait pas à même de s'occuper de cet enfant qui pourtant est aussi le sien, si on peut parler de possession.
La possession était-ce cela dont souffrait Jérôme ou simplement d'une pathologie enfouie en lui et se réveillant subitement à la naissance de ce nouvel être.

Les semaines et les mois passèrent...plus lentement pour Jérôme qui était devenu l'ombre de lui-même en quelques mois à peine.
Il avait perdu du poids, oui mais aussi sa santé physique et mentale. Notamment son manque de sommeil était devenu un problème sérieux, il avait d'ailleurs eu un grave accident de voiture qui s'était comme par magie déroulé sans douleur pour lui.
Sa voiture était devenu une épave. Lui qui aimait tant montrer sa réussite dans cet objet qui flattait son ego et le mettait en valeur comme un habit d'apparat. Il était maintenant condamné à avoir un vieux véhicule "pas cher" où l'assurance coûtait plus cher que ce qu'elle assurait.

C'était l'hiver, un hiver très froid, glacial même, cet enterrement ne dura finalement que peu de temps pour quelque chose d'aussi douloureux qu'un double enterrement. Cette fois-ci, l'accident avait été mortel pour le père mais aussi le fils...
En début d'été, Lucie, elle, eut un enterrement beaucoup plus long. Sa douleur et son chagrin l'avaient poussé à commettre l'irréparable.
Il y avait beaucoup de personnes réunies qui malheureusement pour certaines jugeaient que c'était la faute de mon meilleur ami.
60

Un petit mot pour l'auteur ? 50 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Très belle écriture, émouvante! Bravo!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Je rejoins le commentaire de Jacb : une histoire tragique, mais vous gardez une telle distance avec les événements que le lecteur est un peu perdu ... ( à propos de la déco des chambres en gris et blanc, j'ai écrit ''Au bout du rouleau'', si cela vs intéresse...)
Image de JAC B
JAC B · il y a
Oui c'est une histoire tragique dont le ton de narration est personnel, parfois humoristique, c'est ce qui m'a retenue dans votre texte. Un bon moment de lecture , merci D Rd
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Très joli texte .
Très émouvant et mérite tous les encouragements.
J'aime, faute de plus..
Je vous invite à soutenir :
« DIGOINAISES… » qui est en finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/digoinaises-corps-et-ame
Il ne reste que 2 jours.

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Une histoire rondement menée.
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Une histoire sombre ! et un bon moment de lecture ! Merci !
Image de D Rd
D Rd · il y a
Merci pour votre retour :)

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La chute

Florent Jaga

Je n’achète plus de livres en librairie. Maintenant, ce sont eux qui viennent à moi par le truchement de Josiane, une brave âme qui, par égard pour mon petit passé d’auteur, vient me... [+]

Nouvelles

La montre

Christian Doggwiller

L'année de mes six ans fut marquée par la naissance de mes deux sœurs jumelles Léa et Cécile. Cette double irruption avait fatigué maman, et mes parents décrétèrent à mon insu que... [+]