Plaidoirie imaginaire

il y a
1 min
170
lectures
7
Finaliste
Jury
Le Seigneur reprit son souffle et poursuivit.
« Monsieur le Juge, je n’avais pas créé ainsi les hommes, il y a là un dérèglement qui me dépasse. Pourquoi ai-je soudain décidé de descendre de mon trône et de m’ingérer dans les conflits des hommes? Parce que je suis déterminé à réguler le monde et à rendre aux hommes la raison qu’ils ont perdue. Sont toujours d’actualité, entre autres, les inégalités sociales sous fond de crise, et je perds trop de chrétiens...
J’ai tenté de raisonner le grand pasteur de la banque Lehmanus Brotherus. Je lui suis apparu en rêve et lui ai rappelé qu’en bon puritain qu’il était, il ne pouvait mettre le monde en faillite. Vous pensez qu’il s’est réveillé ? Non, il s’est retourné dans son sommeil et m’a envoyé paître, pour parler poliment. Quel Judas !
Puis je suis descendu rencontrer les chefs d’état mais ils m’ont claqué la porte au nez en déclarant qu’ils n’avaient pas besoin de mon vote pour l’instant. Je me suis alors déguisé en ministre et ai assisté à leur concile de crise. Ils ont discouru sur les répercussions désastreuses que la faillite bancaire de l’Oncle Sam allait avoir sur l’économie mondiale. Présidents, ministres et secrétaires ont reconnu leur impuissance face aux troubles naissants, et ils ont conclu leur conciliabule par un « No, we can’t ! » unanime !
Il m’a donc paru plus judicieux de voler au secours de la population car j’ai pensé que, meurtrie, elle aurait besoin de mon réconfort. Je me suis dépêché sur les lieux d’une manifestation organisée contre une entreprise qui projetait de délocaliser la production de son usine. Des centaines d’emplois étaient menacés ! Mais le cortège d’ouvriers était en colère et je n’ai pu me faire entendre. L’un d’eux m’a dit que j’arrivais trop tard, que ça « chauffait dur », et que j’aurais dû anticiper la délocalisation en me manifestant plus tôt auprès de leur dirigeant, ce suppôt de Satan, ai-je laissé échapper.
Monsieur le Juge, les puissants ont perdu la raison et les innocents refusent de m’écouter ! Mon troupeau continue de se vider de ses fidèles. J’implore votre indulgence ! Vous vous prénommez Mathieu, il y a donc forcément quelque chose de chrétien en vous ! »

7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lolclem
Lolclem · il y a
Très belle plaidoirie! Je trouve l'intervention de Dieu assez pertinente et celle des sujets d'actualités tout autant! Continue comme ça! ^^