Papa est parti travailler loin

il y a
4 min
229
lectures
18

La trentaine et en pleine crise d'ado, j'aime me réfugier dans ma bulle et rêver... Rêver sur mon canapé est mon activité favorite car il s'agit là des prémisses de l'acte créatif. Tout cela  [+]

Demain, je suis invitée à l’anniversaire de Timéo. Il aura cinq ans.
Tu sais que j’aime bien les anniversaires ? Parce qu’il y a toujours plein de cadeaux et ensuite il y a du papier cadeau partout et ça fait un bruit rigolo quand tu sautes dedans.
Toi aussi, tu aimes sauter dans le papier cadeau ?

***

Demain, c’est « sortie en ville ».
Je vais pouvoir aller à la Poste envoyer le colis que je prépare depuis un mois pour ma petite Anna.
J’espère qu’elle aimera mes aquarelles et le cœur de bois que j’ai sculpté pour elle.

***

Timéo a été super gâté. Il a reçu un vélo avec un klaxon Mickey et un petit panier pour mettre une gourde et son goûter.
Il dit qu’il ira faire du vélo en forêt avec son papa.
Tu crois que sa maman elle ne sait pas faire de vélo ?

***

Cinq centimes ! Putain, il me manquait cinq centimes de merde pour affranchir le colis !
Cette conne de guichetière me dit d’aller retirer de l’argent au distributeur.
Je n’ai pas de carte bancaire.
Alors, elle me dit d’enlever un objet du colis. S’il pèse moins lourd, l’affranchissement sera moins cher.
Ça fait un mois que je fais des dessins et des sculptures à la con dans ce centre avec pour seule satisfaction de savoir que je les enverrai à Anna et cette idiote trop maquillée veut que je fasse un tri !
Je tremble. J’ai envie de crier, de lui balancer mon colis à la tête.
Alors, je me mords la langue. Jusqu’au sang. Et j’enlève le cœur en bois.
Je ne veux pas choisir entre les dessins car j’ai écrit des petits mots pour Anna sur chacun d’eux et je souhaite que sa mère les lui lise.
En sortant du bureau de poste, j’avale ce mélange dégoûtant de salive et de sang et je serre fort dans ma main le cœur sculpté.

***

Quand Maman est venue me chercher chez Timéo, je lui ai demandé si moi aussi je pouvais avoir un vélo à mon anniversaire.
Maman, elle dit qu’un vélo c’est cher !
Papa est parti travailler loin, tu le sais, hein ?
Alors pourquoi il n’envoie pas des sous à Maman pour acheter le vélo ?
Déjà qu’il me manque fort, il pourrait au moins m’offrir un vélo.

***

Quand je me sens faible et que j’ai envie de me défoncer je pense à mes femmes.
La petite et la grande.
J’aime bien les appeler comme ça.
Et puis, il faut reconnaître que la petite est la copie conforme de la grande.
Heureusement !
Quel avenir aurait Anna si elle tenait de moi ?
Secrètement, j’aimerais qu’elle ait quelque chose de moi, mais ai-je au moins une valeur à transmettre ?
Ce soir, j’ai vraiment envie de me défoncer la tête.
Faut que j’arrête de penser, ça me tue.

***

Quand je demande à Maman « quand est-ce que Papa rentre à la maison ? », elle prend un air malicieux et répond « par hasard, tu n’aurais pas envie de faire un gros gâteau au chocolat ? ».
C’est bizarre, non ?
Mais le gâteau au chocolat, j’aime trop ça !
Et puis, elle me laisse toujours lécher la casserole, mais elle me dit de ne pas le répéter à Mamie.
J’aime bien les secrets de Maman.

***

Après des mois au centre, ces quelques jours passés chez moi, dans ma maison étaient une éclipse de bonheur.
Je n’ai pas lâché Anna d’une semelle.
J’avais besoin d’être littéralement collé à elle, mais je me demande si cela ne m’a pas permis d’esquiver sa mère.
Avons-nous encore un avenir ensemble ? Je n’en sais rien, j’ai peur. Peur de poser la question dont je connais la réponse.
J’ai tout foutu en l’air avec mes conneries.
Comment fait-elle pour tenir le coup ? Tout assumer toute seule ?
Le fait-elle uniquement pour sa fille ou a-t-elle encore l’espoir d’une vie de famille ?
Je voulais lui offrir une vie de princesse, je lui ai offert de la détresse et cela sur un plateau d’argent. Service express.

***

J’avais les nerfs quand j’ai vu que Maman rentrait du travail avec son collègue. Parfois il vient dîner à la maison, je ne l’aime pas !
Et j’ai bien vu qu’il lui a fait un baiser derrière l’oreille en relevant ses cheveux.
Comment Maman peut se laisser draguer par ce minable ?
Si j’étais dégueulasse, j’irai tout raconter à Papa, mais quand il est en déplacement il ne répond pas toujours à mes appels.
Un père qui bosse à l’autre bout de la France.
Une mère qui allume un mec qui n’est pas son mari.
Ah, oui ! Elle est belle ma famille !

***

Dix ans.
Dix ans d’aller-retour entre deux vies.
Dix ans de chutes, de rechutes.
Et pourtant, j’arrive toujours à remonter cette saleté de pente. A chaque crise c’est pire. Chaque fois je crois que je vais crever.
Et à chaque fois il y a quelqu’un pour me tendre la main et me convaincre qu’il ne faut pas baisser les bras.
Mais souvent je ne rêve que d’une chose, qu’on me laisse partir. Une fois pour toutes.
Ne le faites pas pour moi, mais pour ma petite et ma grande.
Elles s’en sortent déjà sans moi, il est temps qu’elles cessent de vivre avec un fantôme.

***

Elles me font marrer mes copines à me raconter la rencontre entre leur père et leur mec. Le cliché quoi !
Le père qui se la joue super héros, genre « si tu fais du mal à ma fille, j’espère que tu cours vite » avant de mettre une bonne frappe dans le dos au mec qui avait déjà fait dans sa culotte !
Ils sont vraiment trop navrants !
Moi, de toute façon, même si j’avais un mec, il n’aurait rien à craindre.
Je ne l’inviterai jamais à bouffer chez nous le dimanche, je voudrais pas qu’il voit mon père quand il rentre de son centre de toxico.
J’en veux à mon père pour cette vie de merde.
J’en veux à ma mère d’avoir voulu me préserver avec tous ses secrets et mensonges à la con.
Ses gâteaux au chocolat ne me consolent plus.
Et avec toute cette colère, j’en veux déjà à mon futur fiancé, alors vaut mieux qu’il ne se pointe pas de si tôt.

***

D’ici quelques mois, ma petite Anna va se marier et moi je suis devant les papiers du divorce. Incapable de les signer.
Je savais que ça arriverait.
Mais pourquoi avoir attendu trente ans ? Ça rime à quoi tout cela ?
En fait, ça rime à avoir permis à Anna de ne jamais être sans famille, maintenant qu’elle va construire la sienne avec Timéo, elle n’a plus besoin de se rattacher à la nôtre.
La nôtre qui n’existe plus mais dont sa mère a gardé, durant toutes ces années, l’illusion parfaite.
C’est un passage de relais dans la douceur pour notre fille. Dans la douleur pour moi.

***

Tu sais, c’est marrant, mais maintenant que je suis devenue mère je vois les choses tellement différemment.
Comme si je relisais pour la deuxième fois un même livre mais que l’histoire en était différente.
J’ai enfin compris ma mère et je lui ai pardonné.
Elle a fait du mieux qu’elle pouvait et je réalise que le mieux qu’on peut avec beaucoup d’amour c’est pas si mal.
Mon père ?
Avec lui, c’est plus compliqué, on ne s’est pas rencontré. On s’est croisé, tout au plus.
Hier, je me suis posée une question en écoutant la radio : Johnny a écrit pour Laura, Renaud pour Lolita.
Est-ce que tu crois que Papa écrira pour Anna ?

***

Cela fait des années que j’ai arrêté la peinture et la sculpture.
J’ai trouvé la sérénité dans la musique. Chaque jour, je joue du piano.
Il y a des semaines que j’ai trouvé la mélodie parfaite.
Et maintenant que les notes s’enchainent harmonieusement, je sais que je trouverai les mots.

...
18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,