nationalité francaise

il y a
2 min
33
lectures
0
Nationalité française


« Je t’ai fait avoir la nationalité française et je t’ai remis beaucoup d’argent pour que tu sortes de la galère. Et dès que ça a marché, qu’est-ce que tu as fait ? » « Primo, tu as couché avec la bonne et tu l’enceinte et elle t’a fait un enfant. Enfant que tu as finalement reconnu, qui porte ton nom et dont je continue de supporter les charges. Et c’est toi qui veux le divorce ? » Il y eut quelques soupirs, puis elle continue : « deuxième, tu as pris deux autres épouses, devenant ainsi polygame, ce qui est contraire à la loi française sous laquelle nous sommes mariés, et tu m’as littéralement abandonnée. Pour moi, nous sommes déjà divorcés » il y eu de grands soupirs et quelques têtes se baissèrent, puis elle continue : « Tercio, tu as harcelé ma sœur jusqu’à la limite du viol dans ce même salon. C’est récemment qu’elle s’est confessée à moi parce qu’elle ne voulait pas que mon foyer parte en fumée à cause d’elle. Elle ignorait sans doute qu’il n’y avait plus de foyer, et j’espère qu’elle ne me cache pas le pire ». Puis regardant l’assistance, elle dit : « Est-ce que tes clowns de frères et sœurs ici présents savent que ça fait bientôt deux ans que tu ne m’as pas touchée ? ».
À ces mots, trois des personnes convoquées par le mari se levèrent pour aller aux toilettes. Mais ça ressemblait plus à un au revoir qu’à autre chose. Marie parlait toujours
« Avec tout ça, tu oses me faire un procès familial ? Tu oses demander le divorce ? Tu peux d’ores et déjà être sûr que tu n’y laisseras que des plumes ! Avec les preuves que j’ai, contre les photos que tu as, n’importe quel tribunal prononcera le divorce à tes torts exclusifs. Je n’aurai même pas besoin d’avocat pour ma défense. N’oublie pas que je suis juriste de formation. C’est quand même bizarre de voir à quel point tu deviens vertueux quand tu parles des autres, alors que tu es une pourriture de la pire espèce ». Puis ; regardant ce qui reste de l’assistance, elle demande : « Il y en a qui veut encore parler parmi vous qui n’avez pas eu le courage de vous lever et sortir ? » Aucune voix ne se fit entendre. Même le grand frère arrogant et sûr de lui n’osait plus parler.
-Alors la bonne servit le repas. Marie mangea seule, les enfants étaient en week-end chez leur grand-mère. Elle remonta se coucher après avoir regardé la télé et sans prêter attention à son mari. À 2 h du matin, Abarobi se réveilla enfin. ». Il alla frapper à la porte de sa femme qui ouvrit après quelques instants et découvrit son mari à genoux et en pleurs. « Pardon chéri, c’est la famille. C’est eux qui m’ont induit en erreur, c’est eux qui voulaient que je prenne d’autres femmes pour te prouver ma virilité. Je t’assure que des paramètres m’ont échappé et je vois le désastre qu’est devenue ma vie. Pardon, pardon, mille fois pardon ! ». « Tu ne veux plus divorcer alors ? », fit Marie ironiquement. « Divorcer, moi ? Je te jure que je n’ai jamais voulu ça, c’est eux ! » « Ça va, c’est bon, viens te coucher.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La pêche au vif

Noël Sem

Je vous recommande chaudement cette activité si vous trouvez que les poissons ont bien mérité de souffrir quelques heures avant de rendre leur petite âme à Poséidon.
Vous ne connaissez ... [+]