Metrotique

il y a
1 min
327
lectures
19
Finaliste
Jury

Enfant, j'aimais les châteaux de sable. Je les bâtis aujourd'hui avec des mots. Je m'y installe avec ma femme et mes chats pour regarder la marée montante  [+]

J'aime le métro aux heures d'affluence, j'aime le bruit des pas, la rumeur de houle, l'odeur de fer et de sueur. Aujourd'hui, vendredi soir, c'est le moment que je préfère. Je repère ma proie : une jeune femme rousse à la démarche dansante, petits seins ronds qui tressautent sous une tunique vert pâle fendue sur la cuisse. Je la suis et m'engouffre avec elle dans le wagon. Je me laisse pousser contre elle par la foule impatiente. Je sens ses fesses chaudes et fermes contre mon bas-ventre, je respire le parfum de cannelle de sa chevelure. La trépidation de la rame ne tarde pas à provoquer la réaction habituelle. Mon sexe durcit contre sa croupe. J'attends. Ou bien elle s'écartera et se retournera vers moi le regard courroucé, ou bien elle ne bougera pas et acceptera le jeu. Elle ne bouge pas. Alors que je me place plus confortablement entre le sillon de ses fesses, sans se retourner, elle passe sa main entre nous et caresse ma braguette. Avec le pouce et l'index, elle monte et descend sur mon jeans en pressant mon sexe. Elle passe un doigt entre les boutons. Je ne porte pas de caleçon, je suis toujours prêt aux rencontres amoureuses. Le doigt expert touche le bout de mon sexe, la couronne gonflée du gland. Il va et vient sur le frein tendu comme une corde de violon. Je ferme les yeux. La chaleur des fesses, l'habileté du doigt, chaud et vivace comme une langue... je suis comme dans la bouche de mon amante.
Soudain, l'annonce de la station Saint-Lazare, le mouvement des voyageurs me réveillent. Ma voisine se retourne et sans me dire un mot, sans me regarder, me bouscule et se retrouve sur le quai où elle est happée par le flot qui se dirige vers les correspondances.
La main qui m'avait presque fait jouir se retire de ma braguette. Je baisse les yeux. Tout contre moi et se retirant à regret, un nain aux cheveux ras lève vers moi son visage souriant et complice.

19
19

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean MILPIED
Jean MILPIED · il y a
très très bon, quelle horreur ce petit nain qui vous gifle et vous écrase à terre! a voté, (si mon "poney à plumes" vous séduit, n'hésitez pas à faire de même)
Image de Pascale Pujol
Pascale Pujol · il y a
ah ah! cruelle déception pour le narrateur! Bravo pour cette pour cette "métro-trique"! Je vote, bien sûr...
Image de Sandra Bartmann
Sandra Bartmann · il y a
Eh bien Christian, vous avez gagné une fan!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ton talent est déjà repéré, Christian! Je serais toi je me méfierais (humour!) En parlant de chute, celle de cette histoire a dû très rapidement provoquer certaine retombée chez le principal protagoniste , et narrateur, qui ne manque pas de recul pour pouvoir ainsi exposer sa mésaventure! Je vote, évidemment !
Image de Elodie Torrente
Elodie Torrente · il y a
Bien vu ! Et avec une chute. J'adhère ;)

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]