Les premisces du printemps.

il y a
1 min
33
lectures
1

''Étrange époque où il est plus facile de désamorcer un atome que de vaincre un préjugé'' Einstein  [+]

Ça y est !!! On y est. Aux premisces du printemps. Je me suis réveillée avec une forte envie de toi. J'entends les chants des oiseaux. J'étais tellement en ire. Que l'hiver se mettait en empathie avec moi. Et le printemps tardait. Ça y est !!! Le changement d'heure. Le couinement des oiseaux se fait plus vivace. Chaque mélodie rivalise avec une mélodie. En parlant de rivale, j'ai décidé de me battre. Oh noon pas contre elle. Non. Me donner moi, aussi les moyens. Ce matin, en me levant, j'ai eu envie de t'écrire. Pour te dire combien et comment tu me manques. Tu aurais, sans doute penser, au harcèlement. Eh bien, chéri, tu le sais mieux que moi. On ne rompt pas à n'importe quel moment. Ni n'importe comment. Tu l'as fait pour moi à la mauvaise phase du sommeil. Je me retrouve alors ébranlé. Tremblante. Pas bien. Pas en grand forme. Pour autant, en toute lucidité, je vois bien. Je perçois bien le mal pour un bien de cette rupture. J'ai même envie de te diminuer. Ce n'est pas moi. Je n'aime pas gâcher ou abîmer les souvenirs. Tout mon corps te réclame. Comme marqué au fer rouge. Comme si je me refusais de comprendre ton désamour. M'as tu seulement aimé? En es tu capable? Les chants des oiseaux se font à nouveau omniprésents. Et saturent ma réflexion. Je t'écris. Pour éviter de t'envoyer un sms. Pour ne pas t'harceler. Un jour, tu me liras. Je t'écris au mois de mars. Fin mars. Je panse encore mes plaies vivaces. Pendant que la sève monte aux arbres. Pendant que tu aimes ailleurs. Les premisces du printemps... Je hais désormais cette saison.

Mamame
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
une lettre d'un ton si juste, avec ses phrases brèves qui sentent le manque, la douleur, l'instant, mais aussi une détermination, alors que le printemps s'exprime par le chant des oiseaux, "la sève qui monte"...
Image de Erna Ghislaine
Erna Ghislaine · il y a
Oui... une sève sous glace. Un printemps gelé, froid... qui couve et contredit le chant des oiseaux.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Au Balajo

Gaspard Deparis

C’était l’été de 1936. À Paris. Au Balajo. Rue de Lappe. Près de la Bastille. Un bal populaire. Musiciens avec la clope au bec et le demi de bière fraîche à portée. Boule de cristal... [+]