L'enfer vert ( deuxième essais de nouvelles )

il y a
3 min
22
lectures
0
La topaze royale, cette pierre responsable de tout ces maux... De sa douleur aux articulations des mains à force de tenir la pioche servant à extraire le minerai. De son coccyx cassé ou encore de ces douleurs lombaires.

Cela faisait des jours qu'Alexander creusait encore et encore dans les espaces boueux et arides de Terrarian, la planète réputée la plus dangereuse de tout le système solaire.Pourquoi cette planète était tant redoutée et seuls quelques inconscients chercheurs de trésors s'y risquaient ?
Son climat déjà, humide et chaut, on y rajoute un temps très ensoleiller et une grande humidité due à l'écosystème puis on obtiens une prolifération de vermines et d'insectes en tout genres. Si en plus on y rajoute des petits animaux en quantité nul doute que bien des plus gros seront présent pour pouvoir les dévorer, ce qui au fil des années à créer ce gros tas de purin, plus de 2000km d'épaisse forêt dans laquelle on risque d'y croiser la mort ou la folie à tout moments.

Alexander lui, était dans ce bourbier depuis 4 mois environ mais ça faisait bien longtemps qu'il avait arrêter de compter les jours...
Puisque c'est seuls occupations étaient trouver de quoi se nourrir, chercher cette fameuse pierre puis ensuite se constituer un campement ou dormir.
Et pour chercher cette topaze dieu seul sait combien de kilomètre il a dû faire depuis le lieux ou il a poser son petit vaisseau, avec le matériel nécessaire pour sa survie, un sac remplis de pelle et pioche en tout genre, quelques produits de soins élémentaires ainsi que son matériel de couchage.
Au début Alexander avait décider de creuser près de son avion pour éviter de le perdre, mais après des semaines à remuer la boue pour ne trouver que des colonies de fourmis crache-feu et autres insectes des profondeurs il s'était résigner, il fallait avancer.

C'est pourquoi il choisit une direction propice au développement des parties caverneuses et autres cours d'eaux, la ou la pierre se développait le plus... Si ça lui permettait de trouver la topaze plus rapidement et ainsi pouvoir payer le médicaments contre le cancer du poumon de son père, qui est condamner. Le pire c'est qu'il creuse comme un damner depuis des mois mais au final il ne sait pas si son paternel à survécut, donc c'est la peur au ventre qu'Alexander continus de creuser, de plus, il évolue dans l'incertitude, vas il trouver cette pierre ou non ?
Quand il annonçait sont projets aux autres habitants du village dans lequel il résidait ces proches le prenaient pour fou et pensaient qu'il avait vriller à l'annonce de la maladie de son paternel.
Mais peux importe, il continuerait à creuser, oh ça oui il continuerait. Comme il n'avait pas réussit à trouver un seul minerai depuis son arriver au nouveau campement il décida de changer de direction, peut être, se disait il qu'avec un peux de chance il trouvera ce qu'il cherche... Ou au moins un équivalent qui lui permettrais de payer les soins pour son père.
Alexander se résigna à chasser avant de reprendre la route car il mourrait de fin, cela ne le retarderais pas trop car il savait bien y faire. Et d'ailleurs il réussi à avoir un gros singe en très peux de temps, ce qui lui permis de se nourrir ainsi que de repartir pour plusieurs heures de marche.

Il lui semblait être au bon endroit, le corps caverneux laisser assez de place pour qu'un homme de sa stature puisse entrez et semblait assez solide pour que l'on puisse donner plusieurs coups de pioches sans que tout s'effondre. Après avoir allumer la lampe et préparer son matériel Alexander s'engouffra dans cette petite caverne puis choisit un endroit et commença à creuser avec précaution.
Quand au bout d'un temps il découvrit une petite lueur scintiller sur les parois de la roche, lueur brillante qui apparaissait à chaque passage de la lampe torche. Bien entendus Alexander se précipita pour l'extraire et passa la pierre dans l'eau ruisselante de la caverne, quand il vit que c'était le fruit de tout ces désirs il ne pus s'empêcher de pousser un cris de joie et de sauter en même temps.

Sauf que...

Au moment de retomber au sol il ressenti une douleur terrible à la cheville qui le fit presque tomber au sol. C'est la qu'il remarqua la morsure toute fraiche juste au dessus de sa chaussure et qu'il vit le reptile sortir de la caverne et disparaitre dans le petit cour d'eau.

"Pourvus que cette bête ne possède pas un venin mortelle"... Au bout de quelques minutes son coeur battait la chamade si bien qu'il avait du mal à respirer..." Pourvus que cette bête ne possède pas un venin mortelle"... Puis ce fus ces muscles, il dut s'allonger à même la roche et l'eau tellement la douleur était intense. Il réussit tout de même à pouvoir contempler la pierre qui sauverait son père "Pourvus que cette pierre ne possède pas un venin mortelle".
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !