4
min

Le Père Noël, les éboueurs de l’espace et les lutins

Image de Sauvagere

Sauvagere

121 lectures

33

Le Père Noël était de très mauvaise humeur. Cette année, rien ne marchait comme il aurait voulu.

Tout d’abord, un de ses fournisseurs en jouets lui avait livré des poupées aux cheveux blonds magnifiques, mais qui tombaient dès qu’on les touchait. C’était donc dangereux pour les enfants qui auraient pu les avaler ou s’en étouffer.

Il avait fallu renvoyer toutes les poupées au fabricant et comme il ne restait plus assez de temps avant Noël pour remplacer les cheveux des poupées défectueuses, le fournisseur avait envoyé à la place tout un lot de poupées étranges, à la peau jaune et ridée, un peu grimaçantes, avec une tignasse noire et raide qui ressemblait à du crin de cheval.
Le Père Noël s’inquiétait à l’idée de décevoir des milliers de petites filles qui attendaient leurs poupées-princesses.

Et puis, mais il ne voulait l’avouer à personne, il s’était mis à l’informatique pour être à la mode. Pendant le printemps et l’été, au lieu de se reposer à la plage et à la pêche, il s’était acharné sur le clavier et l’écran de son ordinateur portable tout neuf, à enregistrer les stocks de jouets par catégories, ceux pour les filles et ceux pour les garçons, ceux pour les moins de 3 ans, les moins de 7 ans, les 7 ans et plus, les plus de 10 ans, etc.

Pour rentrer tout le fichier d’adresses, et il y en avait des milliards, il avait dû embaucher des stagiaires. Des anges désoeuvrés, pour ne pas dire déchus, s’étaient proposés pour l’aider. Certains n’étaient pas sérieux du tout, malgré leur air angélique, et écrivaient un peu n’importe quoi, par exemple :

Ville : New-York
Pays : Italie...

Le Père Noël avait passé un temps fou à tout vérifier, si bien qu’il était déjà épuisé à l’approche de Noël. Il faut dire aussi qu’il ne rajeunissait pas, ce qui le rendait plus facilement fatigué et irritable.

Une semaine avant la grande distribution, les rennes qui, eux, regardaient trop la télévision pendant leur période d’inaction, décidèrent une grève des transporteurs. Ils réclamaient des journées de récupération, comme s’ils n’en avaient pas assez avec 364 jours par an, plus une ration supplémentaire de foin la nuit de Noël.

Après des négociations difficiles, où l’on échangea injures et ricanements, le Père Noël céda sur la ration de foin et les rennes acceptèrent de retourner sous les... rênes du traîneau.

La nuit de Noël finit par arriver. Le Père Noël enfila son manteau rouge, qui le serrait de plus en plus car, à rester assis devant l’ordinateur, il avait pris du ventre. Il mit son bonnet bordé de la fourrure blanche qui lui chatouillait le nez, et des bottes rouges neuves, les anciennes étant vraiment trop usées.

Il se harnacha de sa hotte, que les anges remplirent d’un mélange de jouets bien choisis selon les listes de l’ordinateur - ils lui livreraient le reste sur place au fur et à mesure de la nuit - et le voilà parti pour sa tournée, tiré par les rennes qui râlaient un peu pour le principe en disant que le vieux bonhomme devrait se mettre au régime.
Effectivement, il avait de plus en plus de mal à se glisser dans les cheminées, il était très essoufflé quand il devait monter sur les toits.

Au milieu de la nuit, il éprouva le besoin de se reposer un peu et décida d’entrer dans une brasserie spatiale pour se rafraîchir d’une bonne bière, sans alcool évidemment.
Il déposa sa hotte à l’extérieur à coté de la porte et dit aux rennes qu’ils pouvaient se dégourdir les pattes pendant un quart d’heure.
Le Père Noël était bien naïf : laisser une hotte pleine de cadeaux comme ça, sans surveillance au milieu de l’Espace !

Les Lutins de l’Espace, une variété particulièrement farceuse, eurent vite fait de repérer la précieuse hotte et décidèrent de jouer un bon tour à ce fameux Père Noël dont tout le monde parlait alors que personne, ou presque, ne connaissait cette variété de lutins pourtant très répandue dans l’Univers.

Ils se saisirent de la hotte à plusieurs, la secouèrent et la vidèrent dans l’Espace. Une multitude de paquets joliment emballés et décorés de rubans multicolores se mirent à voltiger en orbite. Sur Terre, les gens crurent voir passer des étoiles filantes.
Les lutins remirent la hotte à sa place et la remplirent de jolis emballages vides, mais bien enrubannés, pour que le Père Noël ne remarque rien.

En effet, quand il sortit de la brasserie, il endossa la hotte et la trouva agréablement légère. “Cette bière m’a vraiment bien requinqué, pensa-t-il, je me sens capable de porter trois hottes à la fois !”.
Il repris les rênes de ses rennes pour continuer sa tournée, sans se douter de rien.

Pendant ce temps, les Éboueurs de l’Espace effectuaient leur ronde comme chaque nuit pour ramasser les nombreux détritus laissés par les satellites, les vaisseaux, les navettes qui sillonnaient le ciel.
Ils collectaient dans leur vaisseau-benne des papiers de bonbons, des boîtes de sodas vides, des chewing-gums mâchés, des journaux et revues chiffonnés, toutes sortes de saletés qui auraient fini par obscurcir le ciel et masquer le soleil et la lune. Ils compactaient le tout dans leur vaisseau spécial compacteur et en faisaient un petit paquet qu’ils déposaient sur une vieille planète froide, vide et laide, dans un coin très peu visible de l’espace.

Cette nuit de Noël-là, une belle nuit remplie d’étoiles, Ils aperçurent toutes sortes d’objets brillants qui flottaient autour de leur vaisseau-benne et ils comprirent avec horreur de quoi il s’agissait : les cadeaux du Père Noël !
Sans rien demander à personne, ils décidèrent d’intervenir et, à l’aide du bras articulé spécial de leur vaisseau, ils saisirent délicatement chaque joli paquet, les stockant tous proprement dans la benne qu’ils avaient préalablement vidée des détritus spatiaux et lavée à grande eau sidérale.

La nuit de Noël arrivait à sa fin. Le Père Noël était tout heureux d’avoir achevé sa tournée de bonne heure et pour une fois sans fatigue. Il rentra se coucher.

Comment les Éboueurs Spatiaux pourraient-ils déposer les vrais colis contenant les jouets dans les chaussures des petits enfants ? Ils ne pouvaient pas utiliser leur vaisseau-benne argenté et lumineux, ça aurait encore fait des tas d’histoires de soucoupes volantes et terrorisé bien des humains...

Ils songèrent donc à leurs collègues terrestres qui venaient eux aussi de terminer leurs tournées nocturnes, de prendre leur douche et s’apprêtaient à rentrer chez eux. Ils furent très contents qu’on leur confie enfin un travail propre.
“Justement, on vient de nous livrer des camions-bennes tous neufs, silencieux et non polluants ! Ça va nous permettre de les roder un peu avant leur mise en service le 1er janvier !”

Et au travail ! C’était des gens courageux et forts, les cadeaux furent vite déchargés d’une benne dans l’autre. Éboueurs Terrestres et Éboueurs Spatiaux avaient beaucoup de choses à se raconter, ils échangeaient de bonnes blagues d’éboueurs pendant qu’ils livraient ensemble les jouets devant chaque maison. Les Lutins de l’Espace, honteux d’avoir causé du tort au Père Noël, se chargèrent de descendre par les cheminées pour déposer les cadeaux dans les souliers.

La fin de la nuit était arrivée, tous les êtres de l’Espace grimpèrent dans le vaisseau-benne et s’envolèrent discrètement, ceux de la Terre allèrent se coucher comme si de rien n’était.

Et au matin, chaque enfant de la Terre eut la surprise de trouver auprès de ses souliers le beau cadeau qu’il souhaitait ainsi qu’un superbe emballage... vide !
33

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Adorable cette histoire, j'en veux encore ! Pourriez-vous faire une suite au prochain Noël ? A bientôt chez vous ou chez moi...
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une véritable performance, comme je les aime bien
·
Image de Kofrancoise
Kofrancoise · il y a
Quand l'univers des contes de Noël et celui de la SF se rencontre, on assiste à des aventures très originales !
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/bulle-5

·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Quelle imagination ! Au-delà du récit fantastique, très bien rythmé, à la chute très inattendue, qui nous fait voyager dans l'espace et dans le mythe, j'ai trouvé que votre texte présente un aspect écologique, l'espace comme la Terre ne doit pas être pollué à outrance, une réflexion sociale, chaque métier a son importance (pas de sot métier), éboueur dans le cas présent, et une conclusion philosophique, l'enfance s'arrête le jour où on s'aperçoit que la vie n'est pas toujours un cadeau. Merci Sauvagere pour ce texte !
·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
L'enfance ne s'arrête jamais et quoi qu'il arrive, la vie est toujours un cadeau !
Merci d'avoir aimé.

·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Vous avez raison de me reprendre lorsque je dis que je dis "l'enfance s'arrête le jour où...", car je me suis mal exprimé. Les mots traduisant plus justement ma pensée auraient dû être "une part d'innocence de l'enfance disparaît le jour où...".
·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Oui, bien sûr, les alea de la vie nous font perdre l'innocence, mais gardons au moins la capacité d'émerveillement...
·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Savoir faire la part des choses, s'indigner quand cela est nécessaire et s'émerveiller le plus souvent possible. Ne pas se mettre d'œillères face au malheur, non plus que se fermer aux bonheur.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Sauvagère ! Je relis avec le même plaisir votre chouette nouvelle SF !
Vous avez apprécié mon Lucky Luke et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Vous pouvez voter à nouveau pour lui si le cœur vous en dit : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/ouaip

·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Et vlan ! Celui-ci n'étant pas en lice, je vote ! Ah ah ah !! J'adore votre humour et votre joli conte. Merci Sauvagere :)
·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
2ème essai! l'ordi n'imprime pas du premier coup ce matin! Je disais: un autre visage du Père Noël et ces éboueurs propres, une trouvaille, bravo mon vote!
·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Merci pour ce double message ! L'ordi prend son temps, parfois... il a peut-être froid aux pattes ces jours-ci !
Eboueurs : j'ai un faible pour tous les métiers décriés...

·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Et tu as bien raison! La simple lucidité suffit à éviter le dénigrement imbécile!
·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Un autre visage du Père Noël et ces éboueurs propres, une trouvaille bravo! Mon vote!
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Un conte de Noël qui devrait plaire aux enfants, les petits comme les grands.
·
Image de Thara
Thara · il y a
Un superbe conte de Noël, malgré que ces petits lutins farceurs ont fait capoté sa tournée annuelle !
·